Festival « Urban music et mode » : La diversité artistique et culturelle s’exprime à Sélingué

0
0

Si Djenné est la ville jumelle de Tombouctou, le Festival international de Sélingué peut être désormais considéré comme le frère jumeau du Festival sur le Niger à Ségou. Deux rendez-vous culturels à la symbolique forte : l’un autour du fleuve Niger, l’autre autour du Sankarani. Et le tout dans une dynamique de complémentarité et de partenariat entre les organisateurs, dans l’objectif de promouvoir la culture malienne.

Au port de pêche de la « Carrière » de Sélingué, un site attire toutes les convoitises des visiteurs. Au bord du fleuve Sankarani, ce site se veut un lieu touristique par excellence grâce aux démonstrations des piroguiers et le défilé des pêcheurs, mais également par sa propreté et l’odeur de parfum que dégage le fleuve.

L’association « Mali Art Promotion » ne pouvait être mieux inspirée en choisissant ce lieu pour abriter, du 2 au 4 mars derniers, les festivités marquant la célébration de la 1re édition du Festival international de Sélingué, dénommé « Urban Music & Mode ». Pour sa 1re édition, ce grand rendez-vous des arts, de la culture et de la mode, a regroupé plus de 5000 festivaliers de l’intérieur du Mali et des quatre coins du monde. Pour un coup d’essai, les organisateurs ont réussi un coup de maître.

Organisé en partenariat avec l’Office de développement rural de Sélingué (ODRS), cette manifestation culturelle est une première dans cette localité. Elle vise à promouvoir la musique et la mode, en contribuant au développement culturel et économique de Sélingué. La présence des autorités politiques et administratives tout au long du festival témoigne de leur adhésion au projet et l’engouement suscité chez les populations. Pour la cérémonie d’ouverture, le ministre dela Cultureétait accompagné de son homologue de l’Artisanat et dela Culture, Mohamed El Moctar.

Sélingué est une localité touristiquement riche par son barrage, son lac artificiel, son périmètre irrigué, ses infrastructures d’accueil, etc. Ses sites touristiques comme la mare sacrée de Dalabala, la mare de « Satiè » de « Sanankoroni », la touffe « Kobitou » et les collines « Sagadjigui coulu » et « Kokolibala » de Kangaré, le « Gnaman coulouni » de carrière, le tunnel naturel appelé « Souroukou falani » de Sélingué, etc. offrent un cadre idéal pour l’organisation de festivals et autres manifestations du genre. Le festival international de Sélingué a été donc l’occasion de revaloriser ces sites en attirant plus de visiteurs.

Pour le ministre de la culture, si ce festival n’était né, il fallait le créer. Car, explique M. Hamane Niang, dans l’air culturel du manding, un tel festival n’existe pas. « Le festival Urban Music & Mode rallonge la liste des festivals  dont le Mali est fier », s’est-il réjoui. Avant d’ajouter que grâce à ce rendez-vous, Sélingué devient une destination touristiques et une plaque tournante de la diversité artistique et culturelle.

 

La mode comme richesse africaine

Au cours de ce festival, une place de choix a été accordée à la mode africaine. Et l’un des temps a été le défilé des créations des maisons de couture et stylisme de Mariam Bocoum du Mali, Natacha Ida du Sénégal et Ndeye Fatou Cissé dela Gambie. Inspirédu tissu made in Africa, les coutures et le style ont impressionné plus d’un.

Pour ce touriste, « le savoir-faire africain en matière de mode n’est plus à démontrer ». Bref, les différents défilés ont constitué un cadre d’expression pour les artisans et la revalorisation de leurs produits. Pour le directeur du festival, Issiaka Bâ dit Amkoullel, l’objectif est de promouvoir la mode comme facteur de développement et d’expression des artistes.

Le festival international de Sélingué est un carrefour de rencontre et une opportunité d’affaires pour de nombreux acteurs du développement. Bref, une occasion pour la localité de booster son économie locale. Les transports,  l’hébergement, le commerce, la restauration, etc. tous les secteurs de développement se sont mis en mouvement pendant les trois jours du festival.

La ville de Sélingué ne pouvait en rêver mieux. D’où l’avis du maire de la commune de Baya, que ce festival constitue un facteur de développement à pérenniser. « Le festival Urban Music & Mode vient à point nommé, au moment où les populations de Baya aspirent (à l’instar de Ségou et de Tombouctou) à revisiter leur patrimoine culturel en se réconciliant avec leur pas de danses traditionnels », a déclaré  Magatte Ndiaye.

Pour lui, Sélingué tient son festival, et il ne lâchera pas. C’est du moins l’objectif recherché par les organisateurs qui croient que « l’art peut contribuer au développement économique d’une nation, si les opérateurs culturels sont mieux organisés et soutenus ».

Issa Fakaba Sissoko

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.