Journée Culturelle « Appel du Khasso » Pour valoriser la culturelle Khassonké

0
1

« En valorisant nos langues, nous valorisons  toute une culture », c’est partant de ce constat que la communauté Khassonke du Mali a organisé une journée culturelle dénommée :  « Appel du Khasso ». C’était au CICB qui a abrité l’événement, sous la présidence du Secrétaire Général du ministère de la culture, M. Alhady Koita, en présence du coordinateur M. Macky WD Sissoko et plusieurs autres invités.

Cette initiative n’est certes  pas la première du genre, mais elle vient à son heure. Elle est née d’une volonté de fédérer  toutes les énergies pour mener ensemble un même combat : la valorisation de la langue khassonke et de leur culture.

En invitant à aller à la redécouverte du khasso profond, le coordinateur dira que « nous sommes obligés de réfléchir à la problématiques de la préservation et de la transmission de cet héritage aux jeunes générations. La signification profonde de notre démarche qui allie l’aspect scientifique, à travers une approche intellectuelle et l’aspect artistique s’exprimant à traversa chants, danse et musique que le génie créateurs du peuple khassonké a produits ». Le khasso, aux plans géographique, historique et humaine, est un territoire, une communauté d’hommes et de femmes, aux dimensions modèles, mais qui a joué un rôle majeur dans l’histoire politique de notre pays, avant et pendant la colonisation, a expliqué l’orateur. Un rôle a-t-il poursuivi, par ailleurs, grandement méconnu a lancé le coordinateur M.Macky WD Sissoko. Selon toujours l’orateur dira que le khassonké est une langue mandingue parlée  environ par des locuteurs vivant dans des villages et villes situées sur les deux côtes du fleuves Sénégal et appartenant aux cercles de Kayes et Bafoulabe. Les participants se sont dits convaincus que « nous dirons que la défense et l’illustration  du khassonké est l’affaire des khassonké eux-mêmes car cette langue est véritablement le véhicule incontournable de la valorisation de notre culture et l’expression de notre savoir-faire et de notre savoir-être. Et s’il est vrai qu’aucune communauté l’linguistique ne peut se développer en s’exprimant dans une langue étrangère, force est des reconnaitre que le développement des khassonké est intimement lié à la promotion de leur langue ».  Quant au Secrétaire Général du ministère dela Culture, M. Koita, il a salué l’initiative et de donne l’assurance que l’accompagnement de département en charge de la culture ne fera pas défaut.

Aliou M Touré

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.