La Tolérance zéro du BUMDA aux pirates en marche : Plus de 10 000 CD saisis, 11 condamnations et 14 promoteurs d’hôtel, de bar-restaurant entendus par la BIJ

1
La Tolérance zéro du BUMDA aux pirates en marche
Le DG du BUMDA, Andogoli Guindo

Dans le cadre de la lutte contre la piraterie des œuvres artistiques et littéraires, le Bureau Malien du Droit d’Auteur (BUMDA) a saisi, cette année, plus de 10 000 supports et 3 ordinateurs. Onze personnes viennent d’être condamnées chacune par le tribunal de la Commune VI à six mois d’emprisonnement avec sursis et une amende de 50 000 FCFA chacune. Ce n’est pas tout. Quatorze promoteurs d’hôtels et de bars-restaurants ont été entendus par la Brigade d’Investigation Judiciaire (BIJ) pour avoir refusé de payer la redevance du droit d’auteur.

 

Le Directeur général du Bureau Malien du Droit d’Auteur (BUMDA) Andogoli Guindo est très déterminé à lutter efficacement contre la piraterie des œuvres artistiques et culturelles. Et 2014 a été décrétée comme l’année de lutte contre ce fléau, qui continue à tuer la musique. On peut dire, aujourd’hui, que la tolérance zéro aux pirates est en marche. Malheureusement ou heureusement, les différentes actions du BUMDA sont menées dans l’anonymat total.

 

Rien que pour cette année seulement, plus de 10 000 supports artistiques et littéraires piratés ont été saisis. C’est le résultat de différentes sorties des agents du BUMDA sur le terrain. La dernière saisie date seulement d’une semaine où plusieurs CD et ordinateurs permettant le transfert de la musique ou des clips ont été saisis.

 

Au niveau du tribunal de première instance de la Commune VI, onze personnes viennent d’être condamnées à six mois d’emprisonnement chacune avec sursis et au payement de 50 000 FCFA. Ces personnes ont été prises en flagrant délit de piratage des œuvres artistiques à travers des ordinateurs.

 

S’agissant des mauvais payeurs de la redevance du droit d’auteur, la lutte est également très engagée afin de mettre les artistes dans leur droit. C’est dans ce cadre qu’une dizaine de promoteurs d’hôtels et de bars-restaurants ont été récemment interpellés par la Brigade d’Investigation Judiciaire (BIJ). D’autres personnes seront bientôt entendues. Il s’agit, en fait, des gens qui refusent de payer la redevance.

 

Selon le Directeur général Andogoli Guindo, il est toujours important de sensibiliser les gens sur le phénomène du piratage surtout avec le développement en puissance des nouvelles technologies de l’information. Le recouvrement et la répartition de la redevance du droit d’auteur ainsi que les missions du BUMDA seront expliqués de long en large aux artistes. Sans oublier, le nouveau décret fixant les modalités du droit d’auteur et du droit voisin.

 

Alou B HAIDARA

PARTAGER

1 commentaire

  1. Cela est un ouf de soulagement pour la communauté des créateurs littéraires et artistiques de mali.

Comments are closed.