Le 23ème FESPACO clôturé samedi à Ouagadougou : Le Sénégal remporte son premier Etalon d’or avec le film “Tey ” d’Alain Gomis

1

Le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré a présidé la cérémonie de clôture de la  23ème  édition du festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), au stade du 4 Août le samedi 2 mars 2013. C’était en présence des membres du gouvernement, des cinéastes et des invités de marque. Cette édition est marquée par une razzia du Sénégal qui en plus de l’Etalon d’or de Yennenga remporte l’Etalon de bronze et six prix spéciaux. Le Mali quant à lui a fait une participation très honorable et s’empare du prix de l’Union africaine et au prix spécial du groupe Ecobank, grâce à ” Toiles d’Araignée “, un long métrage de Ibrahima Touré.

« Tey “ du Sénégalais, Alain Gomis est le film qui a remporté l’Etalon d’or de Yennenga lors de la clôture de la 23ème édition du FESPACO. C’est une véritable razzia que le Sénégal a faite à cette édition de la biennale du cinéma africain en remportant également l’Etalon de bronze et six prix spéciaux.

Pour la première fois, une femme remporte un Etalon. C’est le cas de l’Algérienne Djamila SAHRAOUI avec son film ” Yema “. Notons que le Mali qui n’a pas connu une bonne préparation due à la crise que traverse le pays s’est néanmoins emparé de quelques prix. Il s’agit du long métrage ” Toiles d’Araignée ” de Ibrahima Touré qui a remporté dans la catégorie Institutions et Etats, le prix de l’union africaine, d’une valeur de 8 millions de Fcfa.

Le président du Faso, Blaise Compaoré remettant, samedi, l'Etalon de Yennega au réalisateur du film  Tey
Le président du Faso, Blaise Compaoré remettant, samedi, l’Etalon de Yennega au réalisateur du film Tey

Le représentant de la présidente de l’union africaine qui était en charge de remettre ce prix, expliquera que le film ” Toiles d’Araignée “ de Ibrahima Touré a répondu aux critères dans ses les compartiments, surtout la dénonciation des violations des droits de l’Homme, la culture de la paix, la sécurité en Afrique, le mariage forcé, la bonne gouvernance etc… Il a enfin lancé un appel aux réalisateurs de tenir compte des critères de l’union africaine, qui portent sur “  la culture de la paix ” lors des prochains rendez-vous. Après avoir reçu son  prix, M. Touré très ému l’a dédié à toutes les femmes qui vivent dans les exactions partout dans le monde.

Le Mali a également eu deux mentions spéciales du jury, un à Hamadoun Kassoké, pour son rôle de professeur dans le film ” Toiles d’Araignée “,  et le second à Andrey Diarra pour son documentaire ” Hamou Beya “. Le Burkina a eu le prix de la meilleure interprétation féminine avec Mariam Ouédraogo dans ” Moi Zaphira “, d’Apolline Ouédraogo. Le Burkina a gagné aussi le prix spécial de la série avec Guy Désiré Ouédraogo pour son film ” Ouaga Love ” et deux prix spéciaux.

Dans la catégorie documentaire, la Tunisienne Nadia El Fani dans ” Même pas mal “ gagne le poulain d’or, suivi du “ Calypso Rose “ de la Camerounaise Pascale Obolo et “ président Dia “ du Sénégalais William Baye.

Catégorie série et vidéo : prix speciaux du jury, a “ Ouaga Love ” du Burkina Faso et ” Beyong ” de l’Afrique du Sud. La meilleure série est décernée à “ l’œil de la cité “ du Gabon. Meilleure œuvre de fiction à ” Zamoura ” de la Tanzanie et la 1ère œuvre revient à l’Ile Maurice dans la série ” Les enfants de Troumaro “.

Prix de la Diaspora : ” le bonheur d’Elsa “ de la Guadeloupe

Prix court métrage : le poulain d’or revient au réalisateur tunisien  Ami Lassued pour son film ” le soulier de l’Aid “, suivi de “ la photographie “ du malgache David Ramanonana et “ Dialemi “ de la gabonaise Nadine Otsobogo.

L’étalon de Yennenga a été décerné au sénégalais Alain Gomis pour son film ” Tey “, suivi de ” Yema “ de Djamila saharoui et d’un autre sénégalais Moussa Touré avec son film ” la pirogue “.

Le groupe Magic system, invité express du président du Faso, a tenu en haleine pendant 25 minutes le public du stade du 4 aout à moitié plein. Le meilleur groupe zouglou du monde a tout simplement chanté avec le public dans un répertoire bien maitrisé. Dans son allocution de clôture, le délégué général du FESPACO a annoncé trois grandes réformes qui vont révolutionner le Festival. Il s’agit de l’ouverture de la compétition officielle aux films de la diaspora et au format numérique. Par ailleurs, les prix des différents Etalons seront doublé à partir de 2015. L’Etalon d’or va donc passer de 10 millions à 20 millions de FCFA. Et les autres distinctions de 3 à 6 millions de Fcfa.  Le prochain rendez-vous du FESPACO est prévu du 28 février au 7 mars 2015. A suivre

Nous vous proposerons les coulisses du Fespaco dans nos prochaines parutions.

Clarisse Njikam depuis ouagadougou

PARTAGER

1 commentaire

  1. Les magouilles des politiciens et leur façon apatrides de faire doit être une inspiration aux cinéastes maliens.

Comments are closed.