Librairie :Aboubacar Eros écrit « la légende du Dr Oumar Mariko »

0
0

 

Dans un ouvrage d’une centaine de pages, Aboubacar Eros décrit le parcours d’Oumar Mariko depuis leur rencontre dans les luttes estudiantines jusqu’à nos jours. Pour l’écrivain malien, le choix se justifie à plus d’un titre  car « Oumar Mariko incarne les valeurs des luttes sociales, la crédibilité et la constance dans le discours ».

 

 C’est la première fois dans l’histoire du Mali indépendant qu’un auteur décide d’écrire sur un homme politique malien en activité. Le secrétaire général du parti SADI peut se réjouir d’avoir cette chance. A 54 ans, un livre lui est consacré par le jeune écrivain malien vivant en France. « Docteur Oumar Mariko, Une légende vivante », est en effet le titre d’un livre biographique écrit par Aboubacar Eros Sissoko sorti aux éditions « L’Harmattan ». Le lancement officiel du livre, qui a eu lieu samedi 3 décembre dernier au Centre Djoliba, a enregistré la présence des membres de l’Association « Alternative Mariko 2012 », ceux du Comité central du parti SADI, et les amis de l’ancien leader estudiantin. 

 

L’ homme et son parcours

Préfacé par Touré Issoufi Arber Bedari, ce livre est un vibrant témoignage sur la rencontre de l’auteur avec le député de Kolondiéba. Une amitié de vingt ans prenant racine bien avant la création de l’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) qui le propulse au-devant de la scène politique malienne avec la chute du régime dictatorial de Moussa Traoré. L’auteur, à cette époque membre ardent de l’AEEM, nous fait partager ses souvenirs avec ce militant qu’il qualifie de « légende vivante » dans un langage ferme. « Un récit captivant, véridique, accablant, pourvu d’une rare sincérité » apprécient certains lecteurs. Si les critiques littéraires font la différence avec les œuvres pédagogique enseignés dans nos écoles, ils conviennent en revanche, que le livre ait été écrit avec un génie rare dans les plumes contemporaines.

Témoin et acteur de la journée sanglante du 26 mars 1991, Aboubacar Eros Sissoko nous fait part de son ressenti sur cet évènement meurtrier qui a ébranlé l’histoire de notre pays. Tout à la fin de l’ouvrage, la lettre de félicitation du professeur d’Oumar Mariko rend hommage à cet élève hors du commun devenu « une légende vivante ». Un livre qui devra sortir indemne des méandres de la diffamation coutumière dans le monde politique en République du Mali.

En sa première partie (sur les cinq qu’il comporte), le livre fournit la note de l’auteur où il rend « la vérité sur Dr Mariko ». Une deuxième partie (mémorable rencontre) où l’auteur définit l’UDPM comme « un parti creux ». La troisième partie, elle, est un chapitre qui parle du portrait physique, la dimension humaine du Dr Mariko, sa dimension politique où l’auteur tranche qu’entre c’est deux, « il n y a pas une différence fondamentale ». Une vingtaine de témoignages d’amis, de parents, de camarades de lutte se succèdent, et tous apprécient à sa juste valeur le Dr Mariko qui, pour chacun des intervenants, reste « un espoir pour le peuple malien ».

 

20 ans de constance dans le discours

L’auteur explique son choix par la « constance dans le discours de Mariko». Toute chose, pense-t-il, qui est rare chez les hommes politiques de notre pays. « Dr Mariko représente quelque chose pour ses camarades, pour le Mali qu’on le veuille ou non. Oumar ne s’est jamais intéressé à la ligne éditoriale de ce livre. C’est un homme politique qui respecte les autres, qui ne cherche jamais à manipuler les autres. Ce livre a été édité par Harmattan et vendu par cette même maison d’édition », a expliqué aussi Aboubacar Eros Sissoko.

Pour Issoufi Albert Bédari Touré qui a préfacé le livre, le député SADI est « le seul homme resté constant de tous ces héros du 26 mars 1991. Seul homme qui a véritablement un programme pour le Mali, un homme dont l’histoire mérite d’être écrite et lue publiquement au Mali, en Afrique ou ailleurs, pour le bien être du peuple », estime Issoufi Albert Bédari Touré. Qui appelle l’homme politique à poursuivre son combat en faveur des luttes sociales.

Oumar Mariko, très ému par ce qu’il qualifie de « marque d’honneur et de fierté », a exprimé toute la reconnaissance du travail de l’auteur.  Il a rappelé le but et les motivations profondes du peuple de la révolution de mars 1991. « Le peuple malien, qui nous a soutenus en mars 1991, mérite qu’on le sauve des incertitudes dans lesquelles il a été plongé » a-t-il déclaré. Ajoutant que sa « ferme conviction est que cette tâche est une mission de génération et un devoir de mémoire ». « La justice sociale, la satisfaction des besoins élémentaires du peuple malien, l’éducation, l’état de bonne santé, l’autosuffisance et la sécurité alimentaire et le logement décent pour toutes les Maliennes et tous les Maliens pourront donner à notre pays sa dignité d’antan », a lancé Oumar Mariko. Qui a appelé à la mobilisation et à la vigilance lors des prochaines élections.

Issa Fakaba SISSOKO


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.