Magma Gabriel Konaté à la Cérémonie de lancement de l’AJDEC au Palais de la Culture :

0

« L’homme malien instruit ne véhicule pas la culture de son pays, plutôt la culture de son pays d’apprentissage.  Il est riche de la culture de l’autre, malheureusement dans une tête noire »

L’alliance des journalistes pour le développement de la culture (AJDEC) a été mise sur les fonds baptismaux, ce samedi 27 février 2016, au Palais de la Culture Amadou Hampathé Bah. C’était en présence de Monsieur d’Andogoli Guindo, Secrétaire Général du ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, de l’homme de culture Monsieur Magma Gabriel Konaté et du président de l’AJDEC Monsieur Cheick Oumar Sangaré, et bien d’autres amoureux de la culture notamment les services centraux et associations pour la promotion et la protection de la Culture.

Dans son discours d’ouverture, le président de l’AJDEC Cheick Oumar Sangaré a d’abord fait l’historique de l’AJDEC. C’est ainsi qu’il dira que  l’idée de créer l’AJDEC est venue des journées culturelles organisées par le Ginna Dogon à Koro en février 2015. C’est à Siby, un mois après, qu’a eu lieu l’assemblée  constitutive de l’AJDEC.  Et l’AJDEC a été officialisée par l’obtention du récépissé 0985 GDB du 02 décembre 2015. L’AJDEC s’est assignée entre autres objectifs : « contribuer à la promotion de la culture malienne en particulier et la culture africaine en général ; favoriser le brassage de la culture entre les différents pays africains ; valoriser les aspects positifs des us et coutumes africains, in former et sensibiliser les populations sur l’importance de la culture dans le développement socioéconomique ». Pour ce faire, l’AJDEC compte nouer des partenariats avec d’autres structures dont certaines se sont déjà manifestées. C’est pourquoi, il a rendu un vif remerciement au ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme pour son soutien sans faille.

Magma Gabriel Konaté a donné une véritable leçon modèle sur la culture. Le Mali est un pays de culture, introduit Magma Gabriel Konaté.  Avant d’ajouter qu’on assimile au Mali la culture à l’instruction. Malheureusement regrette Magma, l’homme instruit ne véhicule pas la culture malienne, plutôt la culture de son pays d’apprentissage.  Il est riche de la culture de l’autre, malheureusement dans une tête noire, déplora-t-il.  A ses dires, la colonisation française a imposé une nouvelle culture aux Etats africains afin d’asseoir un modèle de développement économique et social, d’où l’échec patent de toutes nos politiques économiques. Car, elles sont  basées  sur des cultures artificielles. Selon lui, le retard de l’Afrique s’explique par le manque d’initiatives envers les secteurs porteurs d’émergence. Et Magma Gabriel Konaté a invité les journalistes culturels à plus d’abnégations, car un journaliste culturel doit être un homme de la culture.  Pour lui la solution de la crise malienne se trouve dans la culture avec le cousinage à plaisanterie. Car tout conflit chez nous prend fin avec la connaissance du patronyme. C’est pourquoi, il invita les autorités maliennes à envoyer à Kidal des militaires Dogon et Bozos qui sont des cousins à plaisanterie des Touareg.

Quant au Segal du ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme Monsieur  Andogoli  Guindo, la culture malienne est menacée par des assauts venant de toutes parts. C’est pourquoi, il a invité les journalistes culturels à plus de sagacité. Il a promis l’accompagnement du département dans l’exécution du programme d’activité de l’AJDEC. Avant de décaler lancer l’AJDEC, monsieur Guindo a chaleureusement félicité au nom du Ministre N’Diaye Ramatoulaye Diallo les membres de l’AJDEC  pour leur initiative.

C’est un bureau exécutif de cinq membres dirigés par notre confrère Cheick Oumar Sangaré de l’Ortm et le poste de trésorier général est revenu à l’estimé Directeur de Publication de votre serviteur Boubacar Yakoué. Et l’AJDEC comprend en plus des journalistes, des décorateurs et des guides touristiques. Nous souhaitons pleins succès  à l’Alliance des journalistes pour le développement de la culture.

Abdrahamane Sissoko.

PARTAGER