Masa 2014: Quand le stade Houphouët Boigny dévient une grande boîte de nuit à ciel ouvert

0

Masa 2014 au Masa 2014Communément appelé « Félicia » au bord de la lagune ébrié, le stade Félix Houphouët Boigny, du nom du premier Président de la Côte d’ivoire, à la faveur de la cérémonie officielle d’ouverture du Masa 2014, a été transformé en une grande boîte de nuit à ciel ouvert. En plus des discours des officiels, des artistes, comme Salif Keita, P Square et Maggic système, ont amené les 20 000 abidjanais qui avaient fait le déplacement, à danser. Et, les couleurs de la 8ème édition du Marché des arts et du spectacle africain étaient données.

 

 

Il y a 7 ans que les lampions s’étaient éteints sur la dernière édition du Masa. En 2014, cette 8èmeédition a été voulue par le Président ivoirien Alassane Dramane Ouattara, qui était d’ailleurs Premier ministre de la Côte d’Ivoire, à l’époque de la première édition en 1993. Puissant facteur d’intégration et de cohésion sociale, la manifestation de cette année vise à aider le peuple ivoirien sur son long chemin de la réconciliation. Présidée par Daniel Kablan Duncan, Premier ministre de la Côte d’Ivoire, la cérémonie d’ouverture qui a été exceptionnellement conçue comme une grande manifestation, a enregistré la participation de forte personnalités comme : Robert Beugré Mambé, Gouverneur du District d’Abidjan, Maurice Bamdama, ministre ivoirien de la culture, Henriette Dagri Diabaté, grande chancelière de l’ordre national, marraine de l’édition 2014 et Abdou Diouf, secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie. Pour donner le ton de la soirée, le samedi 1er mars 2014, au « Félicia », le Groupe « Afrique Tempo » a été mis à contribution pour chanter l’hymne nationale de la Côte d’ivoire. Ensuite, comme pour exorciser l’espace et partant toute les villes de la Côte d’Ivoire qui doivent abriter les manifestations, le chef Haby Lucien, doyen des ébriés de Cocody, a procédé à une cérémonie de libation. « Que le Masa soit une occasion pour la valorisation de la culture et que les ancêtres aident la Côte d’Ivoire à aller très loin et surtout à aider les ivoiriens à retrouver la cohésion », a indiqué le chef traditionnel. En sa qualité de Directeur général du Masa, Pr Yacouba Konaté, après avoir mis l’accent sur la nécessité d’une alliance entre la politique et la culture, a souhaité que le présent Masa soit le lieu de l’éclosion de plusieurs artistes africains. Robert Beugré Manbé, Gouverneur du District autonome d’Abidjan, a rappelé que la culture c’est la manière d’être, de penser et d’agir. Pour cela, il a estimé que la culture permet à l’homme de marquer son originalité. « Nous nous réjouissons du réveil du Masa. Tel le sphinx, le Masa se réveil et sera beau et plus grand », a-t-il déclaré. Pour sa part, Maurice Bamadama, ministre de la culture de la Côte d’ivoire, a indiqué qu’il y a 27 ans que le Masa existe grâce à la volonté des ministres de la culture de l’espace francophone. Il a réitéré l’engagement des autorités ivoiriennes de faire de cette rencontre l’espace de promotion des talents africains pour la conquête des marchés africains et du monde.  Henriette Dagri Diabaté, grande chancelière de l’ordre national de la Côte d’Ivoire, marraine du Masa, a souhaité que le Masa soit un moment de ferveur qui participe à la réconciliation des cœurs et des esprits, dans une Côte d’ivoire en paix et résolument engagée pour le développement. « La réussite du Masa 2014 sera notre réussite à tous », a-t-elle indiqué.  Ensuite, ce fut le tour du dialogue des religions entre deux groupes. Une chorale musulmane sénégalaise et une chorale chrétienne de la RDC. En sa qualité de secrétaire général de l’OIF, Abdou Diouf, a rappelé un dicton de Houphouët Boigny, selon lequel « nous voulons allez en avant sans renoncer à notre passé ». Le secrétaire général de l’OIF, a indiqué rien n’aurait pu l’empêcher de fêter cette renaissance du Masa, avec les ivoiriens. Avant de rappeler que l’Afrique a une civilisation millénaire, des traditions et des valeurs pour bâtir des industries culturelles de demain. « Si la francophonie a soutenu le Masa, c’est parce que nous sommes convaincus que la culture est un pilier du développement », a-t-il déclaré. Avant d’estimer que le Masa, un puissant instrument d’unité et d’intégration continentale, est aussi un espace qui approvisionnera le marché en attente de créations et de productions africaine. « Nous sommes ici pour offrir une vitrine des meilleurs créations d’art contemporain du continent », a-t-il ajouté. Avant de rappeler qu’ils sont réunis à Abidjan pour faciliter l’intégration des artistes africains dans les circuits de distribution à travers le monde. Il a invité la jeunesse africaine à prendre soins du patrimoine culturel africain. « Le patrimoine culturel africain est entre vos mains jeunesse africaine. Protéger et développer ce patrimoine précieux », a-t-il conclu. Représentant, le Président de la République de Côte d’Ivoire, le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, a indiqué qu’après 7 ans d’interruption, le Masa reprend ses droits dans une ferveur populaire à Abidjan. « Le Masa vient apporter des solutions concrètes aux problèmes des artistes et des professionnels de la culture en Afrique », a-t-il estimé. Avant d’annoncer que le gouvernement ivoirien sous la houlette du Président Alassane Dramane Ouattara, ne peut que soutenir cette initiative. Ce discours du Premier ministre ivoirien a permis aux artistes de donner libre cours à leur talent. Le groupe Ribbab fusion du Maroc, Gnahoré Dobet de la Côte d’Ivoire, Dara J du Sénégal, Salif Keita du Mali, Maggic système de la Côte d’Ivoire et  P Square du Nigéria, ont rivalisé d’ardeur pour une animation riche en sons et en lumière. Et, du coup, les nombreux mélomanes qui ont fait le déplacement du stade, n’ont pas pu se retenir. Le Stade a été transformé en une grande boîte de nuit à ciel ouvert. Cela augure de la réussite de cette édition du Masa.

Assane Koné

Envoyé Spécial

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER