Première édition du Festival “Daoula Pulaku” à Douentza du 6 au 8 janvier : Valoriser la culture des peuples du Sahel en mettant en exergue les liens séculaires

0
1





L’association  Promotion arts culture et développement Sahel (PACD) a été créée en 2003. Depuis sa création elle a participé à l’exposition de l’artisanat d’art en 2003-2004 puis à un concours d’art culinaire des peuples nomades en 2005. L‘association a organisé du 10 au 14 février 2009, à Dori, la première édition du festival "Sahel Culture" qui a regroupé les peuples nomades et sédentaires de la région du sahel burkinabè avec la participation des peuples frères du Mali et du Niger.  Après ces différentes rencontres, l’association organisera, du 6 au 8 janvier 2012, dans la région de Mopti, particulièrement à  Douentza, la première édition du Festival "Daoula Pulaku".

En organisant cet événement, la promotrice du festival, Djénébou Bolly Sidibé entend valoriser la culture des peuples du Sahel en mettant en exergue les liens séculaires entre les peuples sahéliens dans une démarche de cohésion. Le Festival  Daoula Pulaku se propose de réunir les participants de la sous-région ouest-africaine autour de plusieurs activités culturelles (musique, danse, art vestimentaires, arts capillaire, produits d’artisanat).  Il est programmé une série d’activités comme les spectacles en plein air et la foire exposition-vente, entre autres.

Cette première édition est organisée sous la haute présidence d’honneur de l’honorable Mme Dicko Fatoumata Dicko, élue de Douentza à l’Assemblée nationale et sous le parrainage Sékou Sangaré du Burkina Faso (parrain sous-régional) et du général Ila Cissé, Consul général du Mali en Guinée Equatoriale.

L’association  Promotion arts culture et développement Sahel (PACD) faut-il le rappeler, depuis qu’elle a été porté sur les fonts baptimaux participe activement à l’organisation des filières de production des femmes dans le domaine silvo-agro-pastoral et dans les activités génératrices de revenus. Elle travaille en partenariat avec des associations sœurs du Burkina Faso et du Niger. Elle travaille également avec d’autres structures (ONG, administration publique, groupements…) sur le plan national et compte beaucoup d’amis tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

L’implantation de l’association dans la région ouest-africaine est l’une des priorités des responsables. Il reste entendu que la pérennisation des activités comme le festival "Daoula Pulaku" s’inscrit, dans le court terme, comme un défi important.

             Bandiougou DIABATE

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.