Talents de la Cité 2014 : Le ministre de la culture salue la contribution inestimable de SMART Ségou à l’économie de la culture au Mali

1
Talents de la Cité 2014 : Le ministre de la culture salue la contribution inestimable de SMART Ségou à l’économie de la culture au Mali
Mme Ndiaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la culture

Le vendredi 27 juin 2014, les lampions se sont éteints sur la 8ème édition du concours de musique, de tresse, de photographie et des Arts plastiques dénommé « Talents de la cité ». Les 13 lauréats de l’édition 2014 des « Talents de la cité » se sont partagés la somme de 9 690 000 FCFA au titre des prix.

Mme Ndiaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la culture qui a présidé la cérémonie solennelle qui  a consacrée la finale du concours, a salué la contribution inestimable de SMARTS Ségou et de Mamou Daffé, Directeur du Festival sur le Niger et Président de la Fondation Festival sur le Niger, à l’économie de la culture au Mali. Selon elle, « Talents de la cité » rompt avec les clichés et les stéréotypes négatifs qui déforment la perception de la culture, souvent considérée à tort comme improductive et purement artificielle. « En suscitant la saine émulation chez les jeunes artistes et artisans, en stimulant la création artistique, en faisant la promotion des métiers culturels, en préparant les lauréats à affronter le marché de l’emploi, vous apportez une contribution inestimable à l’économie de la culture au Mali », a indiqué Mme le ministre de la culture. Avant d’inviter les uns et les autres à cerner toute la portée d’un changement d’attitude à l’égard de la culture, un domaine plein de potentialités insoupçonnées. Partant du principe que le talent brut ne saurait assurer aux créateurs ni la possibilité de vivre décemment du fruit de leur labeur, ni celle de jouir des lauriers de la gloire, Mme le ministre a salué les initiateurs des « Talents de la cité » pour avoir compris que les lauréats auront besoin d’encadrement et de formation pour faire face à un marché des biens et services culturels, quelque peu émietté, qui doit résoudre des problèmes aussi ardus que la faiblesse de la demande interne, l’incertitude des débouchés, l’insuffisance de l’accompagnement managérial, les conséquences de la crise récente sur le secteur culturel. « Le combat que mène SMART Ségou pour la promotion de la création artistique et culturelle s’inscrit sensiblement dans la même veine que celui du Gouvernement dont la volonté s’est clairement manifestée à travers, entre autres mesures importantes, l’adoption du décret fixant les modalités de perception et de répartition des redevances de droits d’auteurs et de droits voisins, et, la ratification de l’Accord de Florence pour l’importation d’objets à caractères éducatif, scientifique ou culturel », a indiqué Mme le ministre de la culture. Cependant, convaincue que les différents projets et programmes réalisés au quotidien par les secteurs public et privé, ne peuvent atteindre les résultats escomptés que dans un cadre et un environnement adéquats, Mme le ministre de la culture a indiqué qu’en septembre prochaine, le Mali organisera les Etats généraux de la culture, dans le prolongement du document de politique culturelle nationale dont il conviendrait de renforcer les acquis.

Assane Koné

—————————————-Encadré——————————————-

Talents de la Cité 2014 : Le ministre de la culture salue la contribution inestimable de SMART Ségou à l’économie de la culture au Mali
Mme Keita Zeinabou Sacko – Chef de la cellule de la reforme du cadre des affaires (CTRCA)

Prix « Talents de la cité »

Treize artistes se partagent 9 690 000 FCFA

Dans la catégorie musique, la jeune Kankou Kouyaté de Bamako, qui ne tardera pas à convaincre par son talent, s’est classée 1ère et elle a enlevé le Grand prix de la Fondation Festival sur le Niger d’un montant de 2 000 000 FCFA. Elle a devancé  Kamissa Diabaté de Bamako qui a occupé la  2ème place. Pensionnaire du Conservatoire Balla Fasséké, Kamissa Diabaté  a empoché l’enveloppe de 1 500 000 FCFA. Et, pour défendre l’honneur des jeunes talents venus des régions du Mali, Mohamed Dorenthié de Ségou s’est classé à la  3ème place et a empoché la  somme de 1 000 000 FCFA. Dans la catégorie  Art plastique, compétition entre adultes,Souleymane Guindo de Bamako, avec une œuvre intitulée « Organe moteur à trois volet »s’est classé 1er et a remporté le Grand Prix Fondation Festival sur le Niger d’une valeur de 1 500 000 FCFA.  Mamadou M Sarr de Ségou, s’est classé 2ème et a remporté 1 000 000 FCFA, pour son œuvre « L’espoir ».Mohamed Diabagaté de Bamako, ferme la marche, avec le 3ème prix d’une valeur de 500 000 FCFA, pour son œuvre « Urbanisation ». Pour inculquer la passion des arts plastiques aux enfants, un concours spécial les a opposés et  Kassim Sangaré de Ségou, a enlevé le 1er d’une valeur de 40 000 FCFA. Il a été suivi par Cheickné Cissé de Bamako  qui a remporté la somme de 30 000 FCFA. Ici, c’est Aissatou Diallo de Mopti qui ferme la marche avec une récompense de 20 000 FCFA. En ce qui concerne la catégorie tresse traditionnelle, elles étaient douze sur la ligne de départ, mais seulement trois ont été récompensées. Oumou Djénèpo de Mopti, a été classée 1ère   et a remporté la somme de 1 000 000 FCFA. Batoma Doumbia de Bamako, est arrivée à la 2ème,  avec 500 000 FCFA en guise de prix. Aissata Kobou de Mopti, est arrivée à la  3ème  et s’est vu discerner le prix de 300 000 FCFA. Dans la catégorie photographie, seul Pierre Théra a été classé. Il est arrivé 1er et a remporté la somme de 300 000 FCFA.

Assane Koné

PARTAGER

1 commentaire

  1. Je pense que Mme le ministre a de bonnes intentions pou le développement de la culture malienne,merci Mme Ndiaye,merci Smart Ségou et bon vent aux lauréats

Comments are closed.