Focus : Konimba Sidibé, zéro pointé sur le Nord

25 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

S’il est facile d’accuser les journalistes du délit d’incitation à la révolte, certains députés, à force de vouloir démontrer leur bel art oratoire, sombre dans l’apologie de la rébellion.  » Si nous ne faisons pas attention, l’injustice peut amener des jeunes de notre pays à prendre les armes contre l’Etat. Je crois que certains jeunes Touareg ont pris les armes à cause des injustices. … Ils ont été ainsi instrumentalisés « , avait, à gorge déployée, lancé l’honorable Konimba Sidibé. A peine avait-il terminé ces phrases que ce fut le tollé à l’Hémicycle. Plusieurs députés ont protesté vivement, se sont levés pour quitter la salle.plénière jeudi à l’hémicycle

Honorable Konimba Sidibé

Avec Me Kassoum Tapo, Me Mountaga Tall et d’autres, l’honorable Konimba Sidibé fait partie des meilleurs parlementaires de l’actuelle législature prolongée. A travers ses questions orales, le député PARENA élu à Dioïla avait souvent donné du fil à retordre à plusieurs membres du gouvernement. La pertinence et la logique dans les idées, la rhétorique dans les explications donnaient envie à plusieurs cadres de se faire élire député et …  « faire comme Konimba« . Cette belle image de cet ancien ministre sous le président Alpha Oumar Konaré a, semble-t-il, reçu un coup lors de la séance plénière du jeudi dernier.

L’honorable Konimba Sidibé, lors de ses questions orales adressées au ministre de la Fonction publique, Mamadou Namory Traoré sur le dossier des 263 fonctionnaires récemment radiés, s’est plutôt montré « tendre » à l’endroit de ce membre du gouvernement. Ce qui a permis à celui-ci de convaincre aisément sur sa bonne foi à éradiquer la vermine du népotisme et du favoritisme au sein de la Fonction publique malienne. Et l’élu du peuple de poser des questions comme s’il était là seulement dans le rôle de permettre au ministre de communiquer sur ce dossier qui fait grincer des dents.

Le pire c’est quand on voit l’honorable, parfaitement en phase avec le ministre, se fendre de propos du genre : « c’est bien de lutter contre les injustices dans l’accès à l’emploi public. Si nous ne faisons pas attention, l’injustice peut amener des jeunes de notre pays à prendre les armes contre l’Etat. Je crois que certains jeunes Touareg ont pris les armes à cause des injustices. … Ils ont été ainsi instrumentalisés ». C’est là que le député de Dioïla a semblé justifier la rébellion au Nord. Pour presque dire que les Maliens ne doivent pas déplorer cette récurrente rébellion dans le septentrion, car elle ne serait générée que par des «injustices» liées à l’inégalité des chances dans l’accès à l’emploi public. Par ce discours, Konimba Sidibé avait manqué de pertinence, car, non seulement le contexte que le Mali traverse ne se prête à une telle nauséabonde envolée lyrique, mais aussi notre représentant du peuple peut être accusé de faire l’apologie du crime. Ce qui avait provoqué le courroux de plusieurs de ses collègues dont Yaya Haïdara du CNID, Me Kassoum Tapo de l’Adéma et bien d’autres qui sont tous sortis de la salle en protestant vertement.

Cette rébellion, qui fait tellement de victimes, si un député aussi éclairé que Konimba Sidibé doit le brandir à la face du monde (la séance étant retransmise en direct par l’ORTM) comme réponse à des «injustices», il faut dire qu’il y a là matière à réflexion et à inquiétude.  Comment comprendre ce discours provocateur quand, au même moment des parlementaires comme Assarid Ag Imbarcaouane, Mme Haïdara Aïchata Cissé dite Chato, Baba Haïdara dit Sandy se battent sur les plateaux de télévisions occidentales pour expliquer que la rébellion au Nord du Mali ne saurait se justifier par aucune marginalisation, par aucune raison valable ? Il faut souligner que rien ne peut justifier le fait de prendre des armes contre son pays! Par certains propos plutôt fades voire incendiaires de ces questions orales de l’honorable Konimba Sidibé, comme « Quelles sont les raisons de la radiation de ces agents de la fonction publique ? Est-il exact que certains des agents radiés sont des enfants de hauts dirigeants de l’Etat ?… « , on ne peut s’empêcher de coller un gros zéro pointé à notre cher élu de Dioïla.

                            Bruno D SEGBEDJI

  djitosegbedji@yahoo.fr  

SOURCE:  du   19 nov 2012.    

25 Réactions à Focus : Konimba Sidibé, zéro pointé sur le Nord

  1. DibyS

    Cher Konimba . Il faut toujours puiser dans la mentalité du peuple au moment T pour dire ce qu on veut surtout pour un homme politique de votre gabarit. Je crois savoir que par l’exemple, vous ne pourriez pas convaincre assez des maliens en ce moment. Certains croiraient et il faut comprendre et accepter que vos propos sont un quitus à la révolte d’une partie du peule. Je suis persuadé que mal vous a pris , il s’appelle incompréhension comme le pauvre rappeur en fuite. Courage après tout. Quand ne prend de coups, on n(‘avance pas .

  2. DibyS

    Bonjour. Je ne connais pas bien cette affaires de fonctionnaires renvoyés .Mais sincèrement voila ce que je pense :
    s’ils ont pu intégrer la FP ce que des cadres hauts placés y ont joué un rôle .Ils faut situer les responsabilité et laisser une mission d’enquête indépendante faire un travail scientifique et des propositions maliennement valables. Je ne craints que ceux-ci soient renvoyés et simplement remplacés par d’autres par des méthodes moins catholiques / A près tout , même des membres du gouvernement ont été pointés dans l’affaire de faux diplômes .Combien de membres de gouvernement ont intégré la FP sans concours depuis 1992 ?

  3. djeden

    Moune,
    Au Mali, le désespoir n’est pas dans le seul camp des jeunes Touareg. De toutes les façons, il est connu de tout le monde que ces jeunes dont il parle ne sont que des fainéants qui ne veulent que la facilité. Si tous les jeunes désespérés se conportaient de la sorte, on allait avoir dans tous les pays du monde ce qui est arrivé au Mali car aucun d’entre eux n’est épargné par le désespoir des jeunes.
    Ne prends pas les maliens comme des idiots qui ne comprennent pas. Koniba est un homme comme les autres. Il s’est trompé, point.

  4. moune

    ……J’ai bien suivi son intervention et il a été mal compris je crois car, il a pris un exemple sur les jeunes TOUAREGS qui ont rejoint les rebelles non pas parcequ’il sont convaincus du bien fondé des revendications des chefs rebelles mais parceque, le desespoir peut les pousser à prendre ce mauvais chemin. Il y’a aussi certains noirs qui ont rejoint les rebelles Touaregs et qu’en pensez vous de cela? Partout dans le monde où le chômage des jeunes augmente, où le sentiment de ne servir à rien amine les jeunes, ils sont souvent recuperer par soient des islamistes, des voyous comme le MNLA ou bien d’autres groupes malveillants. KONIMBA qui aime tant ce pays ne défendra jamais la cause du MNLA. Ceux qui sont sortis de l’Hémicycle ne l’ont pas permis d’aller au bout de son raisonnement. Il a le courage de dire la vérité en face et devant les minsitres pour défendre la cause de ceux qui l’ont élu et je le félicite. Vive le MALI!

  5. djeden

    Voirclair
    Ne mettons pas toujours en cause les journalistes en cherchant à défendre l’indéfendable. Koniba que moi même connais et aime bien a dérapé sur ce coup là. Je souhaite qu’il reconnaisse qu’avec cette déclaration il a fait du mal à beaucoup de personnes et qu’il présente des excuses à tous ceux qui souffre à cause de cette situation!

  6. Voirclaire

    Ce journaliste est un inteligent menteur, il a completement deformé les propos de l’honorable konimba. Bon comme l’independant a toujours defendu ce dossier des 263 fonctionnaires, alors on comprend aisement pourquoi cette campagne de denigrement à l’encontre du deputé. Mais ils feront tous mieux d’accepter d’accompagner le gouvernement.

    • Diarrrrrr

      Voirclair ce n’est pas une question d’independant de gouvernement ou des radiés c’est la réalité ce que le journaliste à dit je dirai même que ce député à été payer par le ministre namory

      • justicequity

        Diarrrr exact j’ai suivi le débat de bout en bout konimba a dis que c’est bien que l’état ait accepté de recruter les anciens rebelles dans tous les corps habillés sans concours et souvent sans diplôme. D’un côté il traite de tous les maux de la terre ces jeunes qui n’ont jamais fais quoi que ce soit contre l’état et apprécie le fait que la république fasse toutes les faveurs à ceux ont pris des armes contre leur pays avec tous les crimes. Si on suit son raisonnement ces 263 fonctionnaires ont juste à prendre des armes et les survivants récolteront les fruits. Moi depuis le début j’ai dis que le ministre s’il veut rétablir la justice et l’équité doit éjecter de la fonction publique tous ceux qui y ont accéder sans concours plus particulièrement les anciens rebelles intégrés dont beaucoup je ne dis pas tous pas d’amalgame ont quitté leurs différentes unités pour rejoindre encore cette même rébellion.

  7. Outang

    Un article sur commande.

  8. djeden

    « Je crois que certains jeunes Touareg ont pris les armes à cause des injustices. … Ils ont été ainsi instrumentalisés »

    Je ne sait pas pourquoi une telle déclaration de la part de Koniba mais je ne suis pas d’accord avec lui pour les raisons suivantes:
    1- la première rébellion a éclaté en 1963, je dis bien 1963. Pouvait-on parler d’injustices ou de marginalisation dans un Etat qui n’avait que trois ans d’existance? Je dit non. Depuis toujours ces racistes de touareg n’ont jamais voulu être sous l’autorité du pouvoir central de Bamako composé essentiellemnt de noirs (environ 90% de la population malienne)qu’il ont toujours considéré comme des esclaves.
    2- Il n’y a pas que les touareg au Mali qui est un immense pays pauvre. Si toutes les autres ethnies devait prendre des armes pour révendiquer du n’importe quoi sans travailler, mais chercher à tout avoir de l’Etat, il n’y aurait pas de MALI aujourd’hui.

    Honorable SIDIBE a vraiment dérapé.

  9. nonalinertie

    La réalité est toujours entre les extrêmes. Il y a eu de la marginalisation au Nord comme au Sud. Mais les autres ethnies du Nord n’ont pas pris les armes. Même la majorité des touaregs n’a pas pris les armes. Mieux ou pire, bien que majoritairement touareg, le MNLA comporte bien d’ethnies d’Afrique de l’Ouest, et ANESARDINE/AQMI/MUJAO se compose de bien d’ethnies du monde. Mais personne ne peut nier que LE BANDITISME/TERRORISME SE NOURRIT AVANT TOUT DE L’ANALPHABETISME, SURTOUT DU CHOMAGE ET DU DESESPOIR DE JEUNES DESŒUVRES…