Dimanche 31 Août 10:27 GMT 
à Bamako [La Météo]
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Interview
Interview exclusive du Directeur Général de TRANSRAIL-SA : “Réinscrire Transrail dans son environnement social et économique”, a dit Eric Peiffer
 Nouvel Horizon, 12/09/2007   E-mail Imprimer
Transrail-SA a un nouveau Directeur Général. Nous l’avons approché pour échanger avec lui sur les circonstances de sa nomination, ses ambitions pour ledit service, mais aussi les problèmes en instance qui doivent être gérés. Il a bien voulu se prêter à nos questions.

Nouvel Horizon : Bonjour M. le Directeur Général de Transrail-SA, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs s’il vous plaît ?

Eric Peiffer : Je suis Eric Peiffer, 51 ans, de nationalité belge. Je suis administrateur délégué de VECTURIS depuis le 1er mai 2007. Je suis le Directeur Général de Transrail. J’ai plus de 15 ans d’expérience dans les activités ferroviaires en Afrique. J’ai servi au Zaïre, (actuel République Démocratique du Congo), au Cameroun, en Tanzanie et à Madagascar dans le domaine ferroviaire. Nous sommes là pour apporter au Mali et au Sénégal notre expérience et notre expertise.

Nouvel Horizon : Nous savons que vous n’êtes pas le premier ni le deuxième Directeur de Transrail, dans quelle circonstance, êtes-vous venu à la tête de cette entreprise ?

Eric Peiffer : En 2006 s’est tenue à Paris dans la capitale française une réunion d’évaluation de la concession de Transrail-SA. Cette rencontre a regroupé les représentants des Etats maliens et sénégalais, l’actionnaire de référence d’alors Canac-Getma, ainsi que les bailleurs de fonds. La réunion d’évaluation de Paris s’est achevée par un constat d’échec de la gestion antérieure.

Dès lors, une restructuration de l’actionnariat a été envisagée. C’est ainsi que l’entreprise SAVAGE, une société américaine qui est en même temps actionnaire de Canac-Getma a souhaité vendre les actions de Canac dans Transrail. Puisque les actionnaires privés disposés à les acheter n’avaient pas de compétence avérée dans le domaine, alors ils se sont rapprochés de VECTURIS qui est un opérateur ferroviaire qualifié, disposant de références solides. C’est ainsi que j’ai été amené à prendre la direction de Transrail-SA.

Nouvel Horizon : Du fait de votre arrivée à la tête de Transrail en tant qu’opérateur, certains pensent que la convention de concession prévue pour 25 ans avec 7 ans de clause de stabilité de l’actionnariat a été violée par les Etats. Qu’en est-il réellement ?

Eric Peiffer : Je m’inscris en faux contre ces allégations. L’arrivée d’un nouvel actionnaire de référence de Transrail s’est déroulée dans les règles. Mais il est vrai que les Etats pourraient faire grief à Canac d’avoir cédé sans leur accord. Le choix de VECTURIS comme opérateur a été approuvé par le Conseil d’Administration de Transrail-SA et ratifié par l’assemblée générale des actionnaires sur avis conforme des commissaires au compte conformément aux textes de l’OHADA et de la convention de concession.

Ces décisions ont été adoptées à l’unanimité par les représentants des deux Etats, c’est-à-dire malien et sénégalais. C’est donc avec l’accord unanime des actionnaires que VECTURIS est devenu l’opérateur technique en remplacement de Canac.

Nouvel Horizon : Le 23 août 2007 s’est tenue à Dakar l’assemblée générale de tous les acteurs de Transrail-SA. Pouvez-vous nous rappeler les grandes lignes qui ont été dégagées ce jour-là dans la capitale sénégalaise ?

Eric Peiffer : L’assemblée générale du 23 août dernier avait à son ordre du jour l’approbation des comptes de l’exercice 2006, la confirmation des mandats des Administrateurs et la ratification de la convention d’opérateur de VECTURIS. Il faut tout de même souligner qu’elle n’a pas donné quitus aux Administrateurs sortants.

Nouvel Horizon : Avant votre arrivée à la tête de Transrail, le climat social était délétère entre la Direction et certains leaders syndicaux. Aujourd’hui, comment se porte le dialogue social au sein de votre entreprise ?

Eric Peiffer : Effectivement avant notre arrivée, le climat social était très tendu à Transrail-SA tant du côté malien que sénégalais. Cette situation a conduit à des licenciements.

Nous avons pu faire baisser la tension en prenant un certain nombre de mesures notamment la réintégration du personnel suspendu ou exclu pour des raisons non justifiées. Parallèlement à cela, nous avons réinvesti les cadres de leurs responsabilités. Actuellement, nous essayons de retrouver un mode de fonctionnement collectif et solidaire.

Depuis quatre mois le comité de direction se réunit une fois par semaine, alors que depuis plus de deux ans cette réunion ne se tenait plus.

Mon prédécesseur, pour se déplacer entre les services de l’entreprise était toujours accompagné par des agents de sécurité, du fait du climat social qui prévalait. Moi, je n’ai pas besoin d’un tel dispositif sécuritaire ; d’ailleurs, je trouve cela aberrant.

J’ai le sentiment que la grande masse des travailleurs fonde beaucoup d’espoir sur moi. Mon souci est de ne pas décevoir ces espoirs placés en moi. Je me sens donc investi d’une énorme confiance. Le dialogue social est vraiment en marche.

Nouvel Horizon : Alors M. le Directeur Général, notre entretien tend vers sa fin, quelles sont les perspectives pour votre entreprise ?

Eric Peiffer : Dans l’avenir immédiat, nous comptons mettre en oeuvre, premièrement, le programme d’investissement dans les infrastructures de manière à améliorer la sécurité des circulations. A cet égard, nous venons de recevoir de la BOAD un accord de crédit de plus de 7 milliards de francs CFA. Dans les semaines à venir, les travaux vont pouvoir démarrer.

Le deuxième défi que nous comptons relever est l’amélioration de la disponibilité du matériel pour mieux répondre à la demande de transport de plus en plus grande en particulier dans le domaine des conteneurs où nous enregistrons une croissance très forte.

Le troisième point est de définir avec l’Etat les modalités d’organisation d’un service de transport des passagers nationaux et internationaux répondant aux aspirations légitimes des usagers.

A moyen terme, les Etats malien et sénégalais, ainsi que les bailleurs et le concessionnaire doivent définir un programme d’investissement qui garantit les capacités futures du chemin de fer à répondre à la demande du transport et à contribuer au développement des deux pays.

Nouvel Horizon : M. le Directeur Général, votre mot de la fin s’il vous plaît ?

Eric Peiffer : Il y a certes bien des difficultés mais qu’on peut surmonter. L’intégration dans une société bi-nationale d’un corridor ferroviaire entre le port de Dakar et son arrière-port. La plate forme multimodale de Korofina représente une avancée remarquable. Les bases sont là, le chemin de fer ne peut que se développer.

Mon souhait est de réinscrire Transrail dans son environnement social et économique.

Interview réalisée par Daba Balla KEITA


Nouvel Horizon, est seul responsable du contenu de cet article  
3753 hits
Autres Articles dans la même catégorie
Seydou Badian Kouyaté sur KLEDU : Le Mali sous l’orage  ( 46)
Remonter


 Réagir à cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez Obtenir un compte, en moins de 30 secondes.
    Poster un commentaire  
    * Commentaires (1000 chars maxi)  smile   wink   mali   tongue   laughing   sad  angry  crying    
     
    * Pseudo   Mot de passe  Mémoriser (nom et email)
      
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    L'Actualité du Jour selon ...
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la défense de la république Codem en appelle à l'union sacrée
    Mali: réaménagement du gouvernement, négociations à Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colère lancent une expédition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?
    Le Top 10 de la Semaine
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011