Mercredi 19 Décembre 16:17 GMT 
à Bamako [La Météo]
maliweb.net
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Politique
Commission de relecture des textes : Vers une volte-face de l’opposition
 L'indicateur Renouveau, 06/03/2008   E-mail Imprimer

La consolidation de notre démocratie passe d’abord par des textes adaptés et fiables. Conscient de cet impératif, le président Touré a jugé utile de procéder à une réforme constitutionnelle pour adapter nos textes aux réalités actuelles de notre démocratie. Pour traduire en actes ses aspirations, il a désigné mercredi 6 février dernier Daba Diawara, ancien ministre et président du PIDS de diriger un comité de 16 personnes qui a reçu le jeudi 28 février sa lettre de sa mission. Déjà, des voix discordantes, notamment celles de l’opposition, s’élèvent pour insinuer un éventuel boycott de l’homme par des politiques

Annoncée par le président de la République, Amadou Toumani Touré, à la veille du 22 septembre 2007, la réflexion sur la consolidation de la démocratie dans notre pays est désormais lancée. Les membres du comité d’experts dirigés par l’ancien ministre Daba Diawara, ont reçu, des mains du Chef de l’Etat, la lettre qui constitue les termes de référence de leur mission. C’était le jeudi dernier au Palais de Koulouba en présence des présidents des différentes institutions de la République, des membres du gouvernement et d’honorables invités.

En effet, les membres du comité  d’experts chargés de la réflexion sur la consolidation de la démocratie dans notre pays ont depuis cette date pris connaissance des missions qui leur sont assignées pour mener des réflexions et faire des propositions pouvant améliorer la pratique de la bonne gouvernance au Mali. Lors de la cérémonie qui a consacré le coup d’envoi cette réflexion, le président de la République, Amadou Toumani Touré, a tenu à préciser les raisons pour lesquelles il a sollicité cet exercice. «  La présente cérémonie m’offre l’occasion de vous rappeler qu’en mars 1991, sous la direction du Comité de Transition pour le Salut du Peuple, notre pays s’est engagé résolument dans la mise en place d’un régime politique démocratique et multipartite. Depuis 1992, nos institutions fonctionnent assez correctement, sur la base des textes fondateurs de notre démocratie, à savoir la Constitution, la Loi électorale et la Charte des partis politiques. Notre pays est cité parmi les pays démocratiques du monde. Le peuple malien en est fier. Cependant, force est de reconnaître que le pari de la démocratisation n’est pas entièrement gagné. En effet, la pratique institutionnelle des quinze dernières années écoulées a révélé un certain nombre d’insuffisances qui constituent des sujets de préoccupation aussi bien pour la société politique que pour la société civile » a-t-il fait remarquer. 

 

Un comité comprenant des experts de tous les horizons

Il a aussi précisé que ces lacunes et insuffisances concernent notamment le système électoral, le fonctionnement des partis politiques et le fonctionnement des institutions constitutionnelles. C’est pourquoi, a expliqué ATT, « il s’agira pour le comité d’experts de tirer les leçons de notre pratique institutionnelle et de me faire des propositions réalistes, visant à rénover nos institutions en vue de consolider notre démocratie ».

Il s’est dit convaincu d’avoir fait le bon choix nommant l’ancien ministre Daba Diawara pour ses nombreuses qualités, sa compétence avérée en matière institutionnelle, son sérieux au travail, sa grande connaissance du domaine public, son intégrité morale et surtout pour son engagement constant pour la démocratie. Il sera accompagné par quinze cadres compétents dans les domaines couverts par sa mission. Ces cadres qui viennent de tous les horizons (société civile, majorité et opposition), vont travailler, a promis le président de la République, en toute indépendance.

L’opposition prépare le boycott des réformes à venir

Malheureusement, ce gage qui se traduit par la présence d’au moins un représentant de l’opposition à travers l’ancien directeur de comité de l’ancien président de l’Assemblée national et leader de l’opposition, Ibrahim Boubacar Keïta, Seydou Nourou Keïta, ne semble pas pouvoir venir à bout des réticences de l’opposition. A travers des journaux qui lui sont proches, celle-ci continue à réduire la relecture des textes à la volonté du président de la République de tripatouiller la Constitution pour faire sauter le verrou de la limite constitutionnelle de deux mandats. On n’hésite pas à vouer déjà les efforts de Daba Diawara et de ses camarades à l’échec. Histoire de préparer ses militants et l’opinion nationale et internationale à un boycott des réformes qui seront proposées. Il s’agira que d’une volte face de plus de la part de Tiébilé Dramé et de ses partisans habitués aux retournements de veste. L’ancien président de la République, Alpha Oumar Konaré, a été lâché en pleine campagne en faveur des réformes en 2001 par le PARENA qui avait pourtant été associé au processus en tant que parti de la majorité présidentielle. Un autre retournement ne saurait donc étonner.

Abdoulaye Diakité

L'indicateur Renouveau, est seul responsable du contenu de cet article  
1480 hits
Autres Articles dans la même catégorie
Partis politiques : Le manuel des bons comptes  
Recomposition de la scène politique au profit de l’Adéma et de l’URD : Ce que cachent les adhésions et retours tous azimuts  ( 3)
Les partis de l’ADP et du FDR : Maintiendront-ils leur cohésion interne jusqu’en 2009?  
Remonter


 Réagir à cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez obtenir un compte.
    Poster un commentaire  
     
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la défense de la république Codem en appelle à l'union sacrée
    Mali: réaménagement du gouvernement, négociations à Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colère lancent une expédition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011