Mercredi 30 Juillet 23:19 GMT 
à Bamako [La Météo]
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Environnement
Promotion des énergies renouvelables : L'énergie solaire ou le pétrole sous-valorisé du Mali
 L'Indépendant, 12/03/2009 Commentaires [ 2 ] E-mail Imprimer

Au-delà des domaines classiques de l'utilisation du reste timide de l'énergie solaire, à l'image des pompes, chauffe-eau et autres cuiseurs solaires, le Mali a tout à gagner à faire une option sérieuse en faveur des technologies solaires ayant un impact plus grand sur le développement du pays. Des technologies comme le solaire thermodynamique qui permet de construire des centrales solaires de grande puissance 200 MW, voire plus, soit la même puissance installée que le barrage de Manantali.

Quand on parle de promotion de l'énergie solaire au Mali, on pense généralement aux chauffe-eau, cuiseurs et autres pompes solaires pour la fourniture de l'eau potable. Récemment, notre pays a mis la barre plus haut en réalisant à Kimparana - cercle de Koutiala - la première centrale solaire photovoltaïque d'une puissance de 72 KWC capable de fournir de l'électricité à 250 personnes. Ces initiatives sont à saluer d'autant qu'elles constituent des réponses aux préoccupations vitales des populations.

Mais au regard des immenses potentialités solaires du pays, ces initiatives ne sont rien de moins qu'une goutte d'eau dans l'océan. D'autant que notre pays a la chance de faire partie des onze pays riverains du Sahara, le plus grand désert chaud du monde s'étendant sur plus de 9 millions de Km² et possédant le meilleur taux d'ensoleillement du monde. C'est assurément là que se trouve l'avenir énergétique de l'humanité. Ce n'est donc pas pour rien que le concept DESERTTECM (Désert + technologies) a été lancé par l'Europe en partenariat avec le Moyen Orient et l'Afrique du Nord.

Il consiste notamment à utiliser les espaces désertiques (par exemple ceux du Sahara) pour produire de l'électricité.

D'un point de vue purement théorique un réseau de centrales électriques thermosolaires occupant au total une surface équivalente à un pour cent (1%) du Sahara est susceptible de répondre à la demande mondiale en électricité, ceci à un coût compétitif avec les énergies fossiles et le nucléaire.

Les avantages de ce concept sont nombreux. Il s'agit de la production massive d'une énergie propre et perpétuelle sans bouleversement des activités humaines et des écosystèmes locaux et de l'indépendance progressive vis-à-vis des hydrocarbures avec comme conséquence immédiate la réduction des tensions géopolitiques et des conflits armés, une meilleure stabilité des économies concernées et la réduction de la pollution et du réchauffement climatique. S'y ajoute le décollage industriel, économique et social des régions d'Afrique du Nord avec à la clé une meilleure répartition des richesses Nord-Sud, la réduction des flux migratoires dûs à la misère.

Un plan solaire méditerranéen a même été lancé le 14 juillet 2008, lors de la naissance de l'Union pour la Méditerranée. Ce qui devrait permettre la mise en application du concept DESERTECH afin d'acheminer de l'énergie solaire produite au Maghreb jusqu'en Europe.

Pour transporter l'énergie produite sur de longues distances recours sera fait à la technologie HVDC (High Voltage Direct Current). Cette technologie permet de transporter l'électricité sur des milliers de km en limitant fortement les pertes. Celles-ci sont seulement de 3% pour 100 km à un coût standard (les pertes peuvent être davantage réduites jusqu'à 0,3% pour 1000 km, mais à un coût plus élevé. La perte globale du transfert Afrique du Nord-Europe (3000 Km) est donc d'environ 10,5 à 11%. D'après le groupe Suisse - suédois ABB, leader mondial de l'HVDC, le transfert HVDC de l'électricité solaire saharienne vers l'Europe (700 Twh) conduit à une augmentation de kwh CSP d'un demi centime d'euro. Ce qui est presque négligeable. Un réseau connectant l'Europe, l'Afrique du Nord et le Moyen Orient est tout à fait envisageable techniquement, de plus, la technologie HDVC permet de réaliser des réseaux électriques très stables.

Au regard de tout ce qui vient d'être développé, il est loisible de constater que l'Afrique sub-saharienne n'est nullement concernée par ce projet très innovant. Et pourtant certains de ses pays, à l'image du Mali, ont la chance, comme nous l'avons précédemment évoqué, d'être traversés par le Sahara. Notre pays, pour ce qui le concerne, voit même plus de la moitié de sa superficie "bouffée" par le désert. Un handicap naturel qui devient, grâce à l'évolution de la technologie, un formidable potentiel capable de hâter, enfin, son développement économique et social. Pour ce faire, le Mali doit chercher à nouer, dans le domaine solaire, des partenariats avec ceux qui ont la technologie et les capitaux, y compris l'Europe.

L'Union Européenne, est déjà un partenaire technique et financier de premier plan de notre pays surtout dans le domaine de la construction des infrastructures routières et énergétiques. Il ne faut pas oublier non plus les Etats-Unis d'Amérique au moment où Barak Obama a fait de la promotion des nouvelles technologies et des énergies renouvelables une des priorités de son mandat.

Ce faisant, au-delà des domaines classiques de l'utilisation de l'énergie solaire, comme les pompes solaires, cette coopération avec l'Union Européenne doit intégrer des technologies solaires plus révolutionnaires avec un plus grand impact sur le développement du pays.

Des technologies comme le solaire thermodynamique qui consiste en la concentration du rayonnement solaire sur une surface de captage permettant d'obtenir, de très hautes températures généralement comprises entre 400 et 1000°C. La chaleur alimente une turbine. Cette turbine fait tourner un générateur qui produit de l'électricité, c'est l'héliothermodynamie.

Trois procédés distincts sont utilisés dans les centrales solaires à concentration. Ainsi, dans les concentrateurs paraboliques les rayons du soleil convergent vers un seul point, le foyer parabole. Dans les centrales à tour, des centaines, voire des milliers de miroirs (héliostats) suivent la course du soleil et concentrent son rayonnement sur un récepteur central placé au sommet d'une tour.

Petit réacteur nucléaire
Troisième procédé : des capteurs cylindro - paraboliques concentrent les rayons du soleil vers un tube caloporteur situé au foyer capteur solaire.

Parmi ces trois procédés, la tour solaire est l'un des projets les plus ambitieux de la planète pour la production d'énergie alternative. C'est une usine d'énergie renouvelable qui fournit la puissance d'un petit réacteur nucléaire tout en étant plus propre et plus sûr. Son principal avantage est qu'elle peut fonctionner sans intermittence en utilisant le rayonnement du soleil le jour et la chaleur de la croûte terrestre la nuit.

La tour est creuse. Ce n'est, en fait, qu'une cheminée placée tout autour de la cheminée centrale une serre gigantesque est chauffée par le soleil. Le fonctionnement se base sur un principe simple : l'air chaud étant plus léger que l'air froid, il s'élève. L'air s'engouffre sous la serre avant d'être dirigé vers le haut par convection (au sommet de la tour, l'air est plus froid qu'au sol). Le déplacement de l'air permettant à des turbines, situées à l'embouchure de la cheminée, de produire l'électricité.

Le système produit de l'électricité, jour et nuit, grâce à la chaleur résiduelle du sol et au différentiel permanent de température qui existe entre le sol et le point culminant de la tour.

Le procédé, outre qu'il offre une source d'énergie inépuisable et gratuite comporte d'autres avantages comme l'absence d'émission polluante, un fonctionnement sans intermittence (jour et nuit) une mécanique simple et un entretien facile.

L'espace accueillira, en 2010, une nouvelle tour solaire à Tuento El Fresno près de Toledo. La cheminée mesurera 750 m de haut, ce qui en fera le plus haut bâtiment d'Europe. Son objectif : produire de l'énergie grâce à la différence entre le sol et le sommet de la tour. Grâce à cette innovation, les turbines, seront capables de fournir une puissance de 40 MW. Ce qui devrait permettre de couvrir la demande en électricité de 120 000 personnes. Elle fournira l'équivalent de 140 000 barils de pétrole, et évitera l'émission dans l'atmosphère de 78 000 tonnes de dioxyde de carbone.

Un autre projet de tour solaire, appelé projet de Buronga prévu pour 2010, est actuellement en Australie pour la société EnviroMission. La cheminée aurait 990 mètres de hauteur et 70 mètres de diamètre. La centrale fournirait 200 mégawatts de puissance électrique.

Les études de faisabilité par le bureau d'ingénieurs allemands basé à Stuttgart, arrivent à leur terme. Cette tour sera donc construite par l'entreprise EnviroMission dans le désert de Nouvelles Galles du Sud, dans le comté de Wentsworth. Si ce financement est trouvé, sa construction devrait commencer avant 2010. Coût d'investissements : environ 400 millions d'euros.

D'une superficie pouvant atteindre plusieurs centaines de mètres carrés les centrales solaires à tour constituent une autre filière du solaire thermodynamique. L'énergie rayonnée par le soleil est transformée en chaleur à température élevée puis en énergie mécanique (et électrique) à travers un cycle thermodynamique. Comme principe de fonctionnement plusieurs centaines de milliers de miroirs sont positionnés autour d'une tour.

On appelle ces miroirs "Héliostats" (en grec qui fixe le soleil). Situés au sol, ces héliostats sont orientables. Les rayons du soleil sont ainsi en permanence réfléchis en direction d'un point unique au sommet de la tour. Le rayonnement solaire est directement concentré sur un absorbeur qui transforme le rayonnement en chaleur en haute température.

Généralement, un fluide caloporteur (des sels fondus) circule au sommet de la tour. Chauffé par les rayons, celui-ci transfère son énergie à un circuit d'eau. La chaleur alors produite actionne une turbine qui engendre l'électricité.

On caractérise la performance du système par le chiffre de sa "concentration" qui est le rapport de la surface de collecte sur la face du capteur. Avantages : source d'énergie inépuisable et gratuite, absence d'émission polluante. Inconvénients : le système nécessite un fort ensoleillement, surface au sol importante.

Ce projet "PS10" permet de produire de l'électricité au moyen de miroirs mobiles (héliostats) de 120 m² chacun qui concentrent le rayonnement solaire au sommet d'une tour de 115 m de hauteur dans laquelle se trouve le capteur solaire et la turbine à vapeur.

Située à 25 km à l'Ouest de Séville, la centrale solaire PS10 a été construite par la société Solucar filiale de l'Abengoa. Le coût total de l'investissement est de 35 millions d'euros dont 5 millions financés par le l'Union Européenne pour la recherche et le développement technologique qui récompense là une approche résolument innovante.

La réalisation du projet s'est déroulée sur 54 mois, du 1er juillet 2001 au 31 décembre 2005. PSIO est la première d'une série de centrales de production d'électricité solaire qui seront construites dans la même zone et totaliseront une capacité de plus de 300 MW d'ici à 2013. Puissance : 20 MW ; production attendue : 50,6 Gwh / an de quoi alimenter 12 000 foyers Espagnoles en électricité. Investissement total : 35 millions d'euros.

Construites dans le déserts et autres zones arides du globe, les centrales solaires à capteurs cylindro-paraboliques sont une autre filière du solaire thermodynamique. La technologie des réflecteurs cylindro - paraboliques est la plus fréquente et est actuellement utilisée par les plus puissantes centrales solaires au monde dans le sud-ouest des Etats-Unis et dans le sud de l'Espagne.

Ce type de centrale se compose d'alignement parallèle de longs miroirs hémicylindriques qui tournent autour d'un axe horizontal pour suivre la course du soleil. Les rayons solaires sont concentrés sur un tube horizontal où circule un fluide caloporteur qui servira à transporter la chaleur vers la centrale elle-même. La température du fluide peut monter jusqu'à 500°C. Cette énergie est transférée à un circuit d'eau, la vapeur alors produite actionne une turbine qui engendre l'électricité.

Certaines centrales sont, désormais, capables de produire de l'électricité, nuit et jour, grâce à un système de stockage de chaleur. Les avantages vont de la disponibilité d'une source inépuisable et gratuite à l'absence d'émission polluante en passant par la possibilité de fonctionner sans intermittence.

Achevée et reliée au réseau en avril 2007, Nevada Solar One, la centrale solaire du Nevada est la plus grande centrale de ce type au monde s'étendant sur une superficie de 1,3 million de m², elle compte au total 76 Km de cylindres réflecteurs, soit 219 000 miroirs. La production attendue de cette centrale solaire, d'une puissance de 64 MW, est de 134 Gwh / an susceptible d'alimenter 40 000 foyers américains en électricité pour un investissement total d'environ 190 millions d'euros.

Cet article est, en fait, un plaidoyer pour une utilisation plus accrue de l'énergie solaire par notre pays pour en faire un puissant levier de développement. A travers l'utilisation à grande échelle des technologies solaires plus classiques et plus accessibles comme les cuiseurs, les chauffe-eau, les pompes solaires et les fours solaires artisanaux. Et, d'autre part, faire une option hardie et sans délai pour le solaire thermodynamique. Ce sera tout bénéfice pour le Mali d'autant que la valorisation du solaire participera à la réduction de la facture énergétique et à l'atténuation du réchauffement climatique, une préoccupation planétaire qui est d'une actualité brûlante.

A terme, le Mali gagnera plus à chercher à apprivoiser les technologies solaires en ouvrant une filière spécialisée dans le système éducatif. Le salut pourrait venir à travers, entre autres la relance de l'ex-Centre Régional d'Energie Solaire.
Yaya SIDIBE

L'Indépendant, est seul responsable du contenu de cet article  
2861 hits
Autres Articles dans la même catégorie
Canicule : Comment atténuer le coup de chaleur  ( 6)
Remonter

Vos commentaires Modifier mon avatar 
Posté par chah  1,  le 23 Jun 2009 12:52:39 GMT
 
africa is the future!!
 
  Répondre à < chah >
Posté par Ndy  4763,  le 13 Mar 2009 09:11:53 GMT
 
A la suite de Once,nous exigeons une baisse du prix du carburant.
 
  Répondre à < Ndy >

 Réagir à cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez Obtenir un compte, en moins de 30 secondes.
    Poster un commentaire  
    * Commentaires (1000 chars maxi)  smile   wink   mali   tongue   laughing   sad  angry  crying    
     
    * Pseudo   Mot de passe  Mémoriser (nom et email)
      
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    L'Actualité du Jour selon ...
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la défense de la république Codem en appelle à l'union sacrée
    Mali: réaménagement du gouvernement, négociations à Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colère lancent une expédition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?
    Le Top 10 de la Semaine
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011