Samedi 15 Décembre 13:39 GMT 
à Bamako [La Météo]
maliweb.net
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Politique
Communales du 26 avril dernier : La hiérarchie respectée
 Le Débat, 01/05/2009 Commentaires [ 1 ] E-mail Imprimer

Les résultats provisoires obtenus par les partis politiques permettent de se faire une idée du poids de chacun d’eux. Ainsi, à l’exception de certains partis politiques qui sont tombés dans la disgrâce, nombre ont pu honorer leur position.

Les élections municipales du 26 avril dernier étaient un véritable test grandeur nature pour l’ensemble des partis politiques en lice. A ce jour, même si cela reste encore à confirmer par des autorités compétentes, il reste entendu que presque tous les partis politiques sont désormais fixés sur leur moisson dans les heures qui ont suivi la fermeture des bureaux de vote. Pour ce qui est des résultats définitifs du district de Bamako proclamés par le Gouvernorat, l’Adema vient en tête avec 73 conseillers, l’URD avec 45, le RPM 35, les indépendants 33, le MPR 27, le CNID18, la CODEM 9, l’UDD 6 et le PDR 4. A Kayes, l’Adema a eu 13 conseillers, 8 pour l’URD, 4 pour le CNID…A Mopti, l’Adema et l’URD sont au coude à coude avec 8 conseillers. A Sikasso, l’Adema occupe la première place avec 16 conseillers contre 9 pour la CODEM. A Nioro, le parti de la Ruche a 5 conseillers, 4 pour le Parena, 4 pour le Mouvement Citoyen et 3 pour le CNID et le MPR. A Diéma, l’Adema se taille 88 conseillers contre 33 pour l’URD, 29 pour le RPM, 16 pour l’UDD et 14 pour le CNID. A Bla, l’Adema vient en première position avec 91 conseillers, 46 pour le MPR, 38 pour l’URD, 30 pour le CNID et 17 pour le RPM…A Banamba, l’Adema vient en tête avec 54 conseillers suivi du Parena avec 41 conseillers. Les indépendants ont eu 20 conseillers pour leur compte tandis que l’URD et le CNID sont au coude à coude avec 12 conseillers chacun. A Macina, l’Adema caracole en tête avec 9 conseillers. Il est suivi du Parena avec 4. Le REDD et l’URD ayant chacun 2 conseillers.

A la lecture de ces résultats et bien d’autres, on s’aperçoit clairement que la hiérarchie a été respectée sauf à quelque exception près. Ce explique que le classement à l’intérieur du pays est presque à l’image de celui de Bamako.

Cependant les élections municipales ont été riches en enseignements à Bamako. On retrouve des absents de marque comme le Parena et le BEDIA qui n’ont eu aucun conseiller à Bamako. Le RPM est le CNID ont eu moins de conseillers qu’en 2004. La formation politique qui s’est distinguée seulement en mois d’un an de sa création est la Convergence pour le développement du Mali (CODEM) de Ousséïni Amion Guindo avec 9 conseillers. Il supplante ainsi le Parena et le BDIA, l’UDD et le PDR à Bamako.

Avec ses résultats, les partis politiques ont déjà une idée de ce que peut être leur poids quand le bicamérisme sera une réalité au Mali. Aussi, les formations politiques doivent consolider ses résultats en vue d’un bon score pour la présidentielle de 2012.

Ces résultats sont la confirmation de la suprématie de l’Adema qui était même par le passé le parti le mieux représenté à l’Assemblée Nationale avec 52 députés, plus de 3500 conseillers communaux, 4é conseillers nationaux sur les 75 et pour avoir bénéficié aussi d’une part non négligeable de l’aide publique accordée aux partis politiques.

Abdoul Karim Maïga

 
Résultats du scrutin du 26 avril

Dans les régions

Les élections communales de dimanche dernier ont permis à certaines formations politiques de renforcer leur position sur l’échiquier politique et contraint d’autres à montrer leurs limites. Comme pour dire que la tradition a été respectée car c’est le parti des Abeilles qui vient en tête.

Ainsi selon les résultats provisoires de certaines régions qui nous sont parvenus, la situation se présente comme suit :

Circonscription électorale de la ville de Niono

ADEMA : 4 conseillers

MPR : 2conseillers

URD : 2 conseillers

SADI : 5 conseillers

PCR : 2conseillers

Mouvement citoyen : 3 conseillers

Indépendant Sabou : 8conseillers

 

Circonscription électorale de Kati Ville

PARENA : 10 conseillers

ADEMA : 8 conseillers

URD : 6 conseillers

ADM : 3 conseillers

RPM :2 conseillers

Circonscription électorale de Ségou Ville

ADEMA : 8 conseillers

CNID : 6 conseillers

RPM : 6 conseillers

URD : 4 conseillers

UDD : 2 conseillers

CODEM : 2 conseillers

Mouvement Citoyen :3 conseillers

Indépendant 2

 

Circonscription électorale de Badiangara Ville

CODEM : 8 conseillers

ADEMA : 5 conseillers

 Indépendant : 2 conseillers

RPM : 1 conseiller

URD : 1 conseiller

Municpales en CVI :
La désillusion d’un prétentieux en Commune VI

Attendu pour faire mouche en Commune VI au soir des dernières élections communales,  Soumaïla Bayini Traoré qui était aussi annoncé comme un éléphant, est finalement arrivé avec un pied cassé. Inscrit en deuxième position sur la liste Génération Citoyenne, sa participation  n’a été que de la figuration, puisqu’il n’a obtenu aucun conseiller et ce, malgré une certaine popularité dont il s’est toujours prévalu.

 A l’origine de ce flop, une campagne faiblement menée et un désarroi total de ses supposés électeurs.

En effet, Soumaïla Baïni Traoré dirige la Convention pour le développement de la jeunesse CONJEDEV basée à Magnambougou, une organisation qui a des bailleurs de fonds dont l’apport n’a jamais fait défaut. Mais voilà que selon des indiscrétions, Soumaïla Baïni Traoré  utilise les fonds pour sa campagne auxmunicipales ! Nous avons alors compris que les sous  manquaient quelque part à notre jeune candidat aux allures de fanfaron.

L’autre raison de taille qui fait que Baïni a raté son coche réside au fait qu’il s’était présenté comme un philanthrope aux populations de Yirimadio Kadobougouni pour les aider à trouver une solution à leurs problèmes, et cela, en échange de leurs voix aux élections. Mais par la suite, ces populations ont vite compris que ce monsieur les a simplement roulés dans la farine quand il a pris la clé des champs.

En effet, des menaces de déguerpissement au profit d’un port sec planent sur des populations de l’espace   compris entre la bifurcation communément appelée « Wara Ka Sirafara » et les nouveaux logements sociaux en construction à Niamana, et la zone appelée Kadobougouni est la nouvelle cible de ceux qui sont rodés dans la démolition et autres mesures qui tranchent avec la solidarité et l’entraide. Il s’agit d’un quartier qui abrite des maisons sur titre foncier, lettre d’attribution et des attributions par le droit coutumier.

Quelle ne fut la surprise des populations quand, il y a 9 mois, des agents mandatés par le service de l’urbanisme de Kati  sont venus recenser les maisons pour la démolition. A la fin des travaux, ces agents ont laissé un numéro sur lequel les populations peuvent appeler pour de plus amples informations. A l’appel, il leur a été indiqué que le site était réservé pour le port sec, sous l’égide du Conseil malien des chargeurs, sans autre commentaire. C’est ainsi que les populations se sont organisées pour rencontrer, sans succès, le préfet de Kati. Vu l’urgence de trouver un terrain social, les populations de cette partie qui relève de Kati, ont mis sur place une association dénommée l’Association pour la sauvegarde et la réhabilitation de Yirimadio (ASRY) qui na pu prendre attache avec le ministre de l’Administration territoriale et des collectivités locales, le général Kafougouna Koné. A l’issue de cette rencontre, le ministre, après leur avoir signifié n’être au courant de rien, les a dirigés vers sa collègue des Logements, des affaires foncières et de l’urbanisme, madame Gakou Salimata Fofana qui leur a refusé l’audience tant sollicitée.

Selon les dires de nos interlocuteurs, il avait été proposé d’autres sites non habités pour abriter le port sec. Mais, le choix a été sur cette partie habitée par des hommes et des femmes à revenus modestes qui sont parvenus à ériger un local au prix de mille souffrances.

Véritable interpellation des autorités, nous dirons qu’au moment où le cas des locataires 80 logements de Missabougou lésés par la construction du 3ème pont de Bamako est en train d’être examiné, les infortunés de Yirimadio Kadobougouni méritent une attention particulière pour ne pas grossir le lot des enfants en perdition, des courtisanes et deshonnêtes citoyens cchangés en criminels par la rancœur.

Notre candidat a tenté sans succès de mettre ce malheur à son actif pour faire mouche. Mais, il n’a même pas pu leur offrir les traditionnels tee-shirt, a fortiori de l’argent pour prendre un bain de foule.

Abdoul Karim Maïga

 

 Communales  26 avril :
Les enseignements à tirer d’un scrutin
Jamais au Mali un scrutin n’a atteint un tel record en matière de fraude électorale comme on n’a pu le constater le 26 avril dernier. Cette fraude a été pour la plupart organisée en amont par certains responsables politiques, rien que pour se maintenir à leur place, en tout cas pour ce qui concerne les conseillers sortants, et peu importe les méthodes pour y parvenir.

Cette situation interpelle les autorités maliennes afin de prendre les dispositions pour contrecarrer les éventuels cas de fraude. Si d’une part les formations politiques ont vocation à conquérir le pouvoir, d’autres part elles doivent également contribuer à l’amélioration du processus électoral. Mais la réalité électorale du Mali donne des frissons car on a l’impression que certains leaders politiques semblent ignorer les règles du jeu démocratique en s’adonnant à des comportements peu orthodoxes comme pour soutenir la conception du profane en matière de démocratie, qui se résume à la lutte pour les places. Un autre fait qu’on a pu remarquer  au cours de ces élections c’est la jeunesse qui, malgré sa présence, ignorait  carrément son rôle combien important en matière d’élection. En fait cette jeunesse malienne faisait l’objet  de toutes sortes de manipulations le jour de l’élection pour mille fois rien : avec 1000F ou 2000FCFA on leur achète leur vote !

Mais d’une façon générale, les citoyens ont tout simplement boudé cette élection car ils accordent peu de crédit aux leaders politiques,du fait qu’ils ne tiennent pas leurs promesses électorales une fois élus. D’où le fort taux d’abstention. Il convient alors de se demander ce que le Mali pourra attendre de cette jeunesse inconsciente. Cette jeunesse qui souffre déjà d’un mauvais système  éducatif qui la handicape sur le plan intellectuel.

En tout cas il est grand temps pour la jeunesse malienne de se réveiller pour pendre son destin en main afin de pouvoir assurer la relève.

Ben Dao

Le Débat, est seul responsable du contenu de cet article  
1095 hits
Autres Articles dans la même catégorie
Echos des communales : Commune VI : la tendance inversée à Niamakoro  ( 1)
Goundam Carton plein de la liste indépendante Oumou Sall : Oumar I. Touré et Oumarou Ag Ibrahim dans leurs petits souliers!  ( 1)
Blaise Sangaré, une énigme ? : La Cds triomphe à Bougouni  ( 7)
Liste des conseillers élus dans le district de Bamako  ( 5)
Résultats provisoires des élections communales  ( 2)
Ça s’est passé à Tombouctou lors du scrutin de dimanche : Utilisation d'armes à feu entre adversaires politiques  ( 3)
IBK absent pendant la campagne des communales : Il était hospitalisé à Paris  ( 44)
Zou chez les Mécaniciens de Ouolofobougou : Cela va surprendre beaucoup mais Zou est sympa et il fréquente le petit peuple avec plaisir.  ( 20)
Communales 2009 : Le plat électoral a été pimenté et relevé  
Remonter

Vos commentaires Modifier mon avatar 
Posté par garanka  102,  le 03 May 2009 12:12:05 GMT
 
Quelle hiérarchie? Disons la hiérarchies des voleurs de la Républiques plongé dans la fraude
électorale légalisée. Quelle honte pour la démocratie malienne. Vous avez changement!
 
  Répondre à < garanka >

 Réagir à cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez obtenir un compte.
    Poster un commentaire  
     
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la défense de la république Codem en appelle à l'union sacrée
    Mali: réaménagement du gouvernement, négociations à Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colère lancent une expédition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011