Mercredi 19 Décembre 16:29 GMT 
à Bamako [La Météo]
maliweb.net
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Assemblée Nationale
Séance de question orale à l’Assemblée nationale : la situation des maliens de l’extérieur anime les débats
 L'Essor, 12/06/2009   E-mail Imprimer

Le ministre Badara Aliou Macalou et le député Oumar Mariko ont eu de vifs échanges sur des questions concernant nos compatriotes vivant à l’étranger


L'Assemblée nationale était en plénière hier avec un ordre du jour prévoyant 3 questions orales et l’examen de 5 projets de lois. Mais finalement, une seule question orale était au rendez-vous. Les autres ayant été renvoyées à une prochaine séance.

La question qui a passé était celle du Dr Oumar Mariko élu à Kolondiéba. Elle était relative à la situation des Maliens de l'extérieur. Selon le président du groupe parlementaire PARENA-Sadi, on enregistre par mois 45 expulsions de Maliens sur la compagnie Air France. Et cela sans compter les charters en provenance de l'Espagne et de Libye.

Il pense que les consulats ne font pas preuve de toute la fermeté pour s'opposer à ces expulsions. Le député croit même savoir que ces services perçoivent 150 euros (environ 97 000 Fcfa) pour la délivrance du laissez-passer qui facilite l’expulsion.

Oumar Mariko n’a pas manqué de soulever la délicate question des accords sur la gestion des flux migratoires que la France a signés avec certains pays et que le gouvernement malien n'a pas accepté en l'état.


UNE QUESTION COMPLEXE. L’élu a évoqué plusieurs autres sujets : les relations avec l'Espagne, l'accueil à Bamako-Sénou des rapatriés, la question de la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières de l'Union européenne (Frontex), le Centre d’information et de gestion (CIGEM) de Bamako et les actions du département des Maliens de l’extérieur en faveur des migrants de retour.

Le ministre des Maliens de l'extérieur et de l'Intégration africaine a d'abord retenu la complexité de la question. Badara Aliou Macalou a ainsi relevé que la question de la migration concerne tous les Maliens. C'est pour cette raison, explique-t-il que le président Amadou Toumani Touré a dédié un ministère spécifique aux Maliens de l'extérieur.

Le ministre a fait remarquer que le Malien, où qu'il se trouve garde le sens de la famille, l'attachement au pays d'origine et la volonté de rentrer un jour au bercail. Où qu'ils soient, les Maliens attirent respect et considération sur eux.

Selon les estimations, ils sont aujourd'hui 4 millions de nos compatriotes à s'être installés en dehors du pays dont 3 millions en Afrique et 200 000 en Europe (avec un peu plus de 100 000 en France). Le ministre a annoncé que le gouvernement s'apprête à organiser un forum international sur la diaspora.

Répondant à une question de Oumar Mariko, le ministre a contesté le chiffre de 45 expulsions de la France par mois. Rappelant les chiffres de 2008, il a retenu une moyenne de 21 expulsions par mois. Pour l'année en cours, il a donné une moyenne de 10 expulsions par mois. Pour cerner le phénomène migratoire, il invite à prendre en compte la réalité des pays de transit et d'accueil.

La situation économique est loin d'être brillante pour tout le monde. Beaucoup de pays connaissent le chômage grandissant. De plus, selon les normes internationales admises les immigrés doivent se stabiliser à 6 ou 7% de la population du pays d’accueil pour être supportable. Avec les tendances actuelles, certains pays en sont à 1/5 de leur population constituée d'immigrés.

Abordant le cas des Maliens expulsés de pays d'Afrique australe, il a rappelé que malheureusement, notre pays n'a aucun accord avec ces pays et en plus, les Maliens qui y vivent sont dans les zones diamantifères, des zones interdites, y compris pour les nationaux de ces pays.

Quant aux Maliens vivant en Espagne, le Dr Macalou rappelle qu'ils ont bénéficié d’une régularisation massive il y a 4 ans, mais que ce pays aussi connaît des difficultés économiques aujourd'hui.

Pourquoi des expulsions ? La migration suppose le respect des règles du pays d'accueil par l'émigré. Tout contrevenant s'expose à des mesures d'expulsion.

Il a démenti que les consulats perçoivent de la part de pays d’accueil, 150 euros par laissez-passer délivré, en précisant que l'établissement de ce document engendre des frais de la part de celui qui en fait la demande. Ainsi l'émigré malien sans papier doit débourser 20 euros pour obtenir le laissez-passer (7,5 euros pour les frais de timbre et 12,5 euros pour les frais de chancellerie).

Contrairement aux déclarations du Dr Mariko, Macalou indique que tout Malien rapatrié de retour est accueilli et acheminé sur sa localité. Le département a ouvert à l’aéroport de Bamako-Sénou un bureau à cet effet. Tout comme, il continue d'assister ceux de nos compatriotes rentrés au pays et qui veulent mener des activités.

Le Mali n'a pas signé d'accord sur la gestion des flux migratoires avec la France car le gouvernement estime que les projets d’accord jusque là proposés étaient déséquilibrés. Mais les négociations continuent. Il ne voit aucun inconvénient à ce qu'un pays veuille chercher un accord avec un autre sur une question qui les concerne. Le gouvernement a une claire conscience de ce qu'il veut : tenir compte de l'attente des Maliens où qu'ils soient et défendre à tout point de vue les intérêts de notre pays.


PROMOUVOIR L’EMIGRATION LEGALE
. Au Mali, il y a une réalité : les transferts des migrants sont vitaux pour de nombreuses familles. Rien que pour la Région de Kayes, les transferts se sont élevés à 120 milliards Fcfa en 2008. Les migrants ont joué un rôle crucial pour la réalisation de certaines infrastructures de cette région.

Badara Aliou Macalou a rejeté toute complaisance dans le choix des 30 Maliens invités à effectuer un travail saisonnier en Espagne.

Pour ce qui est des biens des Maliens victimes d'expulsion, les ambassades font tout ce qui est en leur pouvoir pour les aider à rentrer en possession de leurs biens.

Répondant toujours aux questions, le ministre a expliqué que Mali n'a rien à voir avec le Frontex. Il a cité les zones où des migrants de retour ont obtenu des terres pour pratiquer l’agriculture.

Sur le Centre international de gestion des migrations (GIGEM) les deux hommes n'ont pas la même lecture. Oumar Mariko estime qu'il s'agit là d'un gaspillage et que les 10 millions d'euros (65 millions Fcfa) de frais de fonctionnement seraient utiles ailleurs. De plus, il ne comprend pas que notre pays se mette à aider les autres dans leur lutte contre l'émigration clandestine.

Le ministre Macalou considère le GIGEM comme un moyen de promotion de la migration légale, une amélioration des profils et un appui à la diaspora. En somme, c'est une chance pour le Mali, de l’abriter.

Appréciant les réponses du ministre, Oumar Mariko s'est dit peu convaincu. Il a invité tous les partis à soutenir le gouvernement dans le refus des accords sur la réadmission.

Enfin, il a appelé à se référer à nos devanciers, notamment le président Modibo Keïta. Cette allusion n'a pas été du goût du ministre Macalou, qui est aussi le secrétaire général de l'USRDA, le parti qui a porté Modibo Keïta au pouvoir en 1960. Il a pris cette allusion un peu comme une offense et a considéré l'initiative de Mariko comme de la "démagogie". Pour lui, Mariko soutient l'émigration clandestine malgré tous les dangers que cela engendre pour les candidats. Le ministre pense qu'au contraire, il faut soutenir l'émigration légale et continuer à défende les intérêts des Maliens où qu'ils se trouvent.

Le président de l'Assemblée nationale est alors intervenu pour inviter le ministre à garder son calme et à rester dans un débat démocratique. On notera que le débat a largement débordé les 60 minutes prévues par le règlement intérieur de l'Assemblée nationale.

Après la question orale, les élus de la nation ont examiné et adopté le projet de loi portant ratification de l'accord de prêt signé à Bamako le 30 mai dernier entre le Mali et l'Association internationale pour le développement (IDA) pour le financement du troisième Crédit d'appui à la stratégie de réduction de la pauvreté (CASRP-3).

Nous reviendrons sur les travaux de la plénière dans notre prochaine livraison.


A. LAM

L'Essor, est seul responsable du contenu de cet article  
867 hits
Autres Articles dans la même catégorie
Assemblée nationale : Les députés ratifient un prêt de 32 milliards de FCFA pour la réduction de la pauvreté  ( 1)
Remonter


 Réagir à cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez obtenir un compte.
    Poster un commentaire  
     
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la défense de la république Codem en appelle à l'union sacrée
    Mali: réaménagement du gouvernement, négociations à Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colère lancent une expédition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011