Mardi 19 Septembre 15:04 GMT 
à Bamako [La Météo]
maliweb.net
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Interview
Confidences d’un Ségovien, chauffeur d’Houphouët Boigny
 Le Ségovien, 09/12/2009 Commentaires [ 64 ] E-mail Imprimer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Il fut l’inamovible chauffeur de Félix Houphouët Boigny. Pendant 40 ans, ce ségovien modeste a côtoyé le père de l’indépendance ivoirienne et différents acteurs politiques de ce pays, aujourd’hui en crise et qui veut se donner la force d’organiser un scrutin présidentiel longtemps attendu. Kalilou Thiero retranché au Quartier Somono de Ségou a décidé de nous entretenir quand on lui a rappelé que le 7 Décembre consacrait le 16eme anniversaire du décès d’Houphouët Boigny. Aussi, Bakalilou, chef du Secteur Thierola livre son avis sur les candidats à l’élection présidentielle ivoirienne. Mais, pour honorer un engagement pris avec notre interlocuteur nous lui avons donné la peine de censurer certains propos qu’il juge être donnés en « off ».

Le Ségovien : Racontez nous comment un jeune malien de Ségou s’est permis d’être le chauffeur du grand Houphouët Boigny……….

Kalilou Thiero : C’était aux années d’indépendance en 1960. Je servais déjà à l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire. Houphouët Boigny était alors venu voir son Excellence Raphaël Legg pour lui demander de lui donner un chauffeur très intelligent qui savait lire et écrire. L’Ambassadeur lui a donc averti que celui qu’il proposait n’est pas ivoirien mais bien malien.

Houphouët lui a dit ne pas donner une importance à la nationalité, puis Raphaël a demandé mon avis, lequel était plutôt de rester à l’Ambassade mais, sur ses conseils, je suis allé au Palais Présidentiel de Côte d’Ivoire. Dès mon arrivée, Houphouët Boigny m’a parlé ainsi : « Mon fils, tu es chez toi. Chez moi, il n’ y a pas de question de nationalité encore moins d’ethnie baoulé ou agni ou dioula. Fais bien ton travail et considère moi comme ton père ». Cependant, le Président avait besoin de me tester. Il m’a informé de l’arrivée d’un véhicule CITROEN Type ID (c’est comme ça qu’on l’appelait à l’époque) chez un concessionnaire français (la SICA) installé à Abidjan.

En compagnie de son aide de camp, je devais le ramener au Palais quand bien même que dans tout Abidjan, un seul blanc avait l’habitude de le conduire. Le véhicule était d’une extrême sophistication puisqu’il n’avait pas de levier. Devant des blancs ahuris, je contrôlai l’eau et l’huile, puis je m’engouffrai dedans et au grand étonnement de tous, je le mis en marche avant de faire un bon tour avec.

Ma prouesse m’a précédé au Palais où Houphouët m’accueillit en ces termes : « Mon fils, je suis content. Ce véhicule t’appartient désormais ! ». Mon aventure avec Houphouët venait de démarrer. Sur les routes cahoteuses qui vont à Yamoussoukro, Houphouët admirait ma conduite et me le disait

Le Ségovien : Cela veut dire que vous conversez beaucoup avec lui……

Kalilou Thiero : De part ma profession, c’est toujours lui qui peut entamer une conversation. Généralement, Houphouët qui appréciait que je maîtrise sa langue maternelle, le baoulé, ne parle avec nous que pour donner conseil ou pour donner son avis sur nos prestations. Quelques rares fois, il me raconte ses amitiés et son combat menés avec des maliens comme Mamadou Konaté ou Modibo Keita. Je me rappelle en 1968, quand Moussa Traoré a renversé Modibo Keita il m’a dit : « Mon fils, Modibo doit être tranquille. C’est son destin. Je ne choisirai pas Moussa comme mon ennemi car lui aussi suit son destin…. ».

Dans le véhicule, il nous fait part de ses états d’âme mais rarement nous entamons avec lui une longue discussion. C’est un homme qui voulait beaucoup être écouté et on peut s’en apercevoir lors des débats qu’il anime avec ses invités dans le véhicule mais, la plupart du temps, dès que cela relève de la confidence ou du privé, il appuie sur un bouton qui permet d’afficher une vitre qui nous sépare pour ne rien entendre.

Le Ségovien : Selon vous, ses qualités et ses défauts se résument à quoi ?

Kalilou Thiero : Beaucoup le disent régulièrement. La générosité d’Houphouët est sans limite. Dès qu’il vous porte dans son cœur, il s’emploie à casser toute barrière entre vous. C’est le genre de berger qui, sans communiquer avec son animal, sait de quoi il souffre ou ce dont il a besoin. Il sait lire dans la pensée d’autrui C’est vrai, il n’aime jamais être contrarié, c’est son défaut mais, je pense que c’est parce qu’il est issu d’une famille de chef et qu’il dirige la nation toute entière qu’il aime beaucoup qu’on le respecte.

Le Ségovien : C’est pour cela alors qu’il n’a pu s’entendre avec Thomas Sankara ? Quelles étaient ses relations avec les autres présidents : Senghor, Sékou Touré ?

Kalilou Thiero : Houphouët n’avait vraiment pas la même idéologie que Senghor. Rien qu’à entendre souvent leur débat où Houphouët se voyait vexé par la manière philosophique de Senghor d’aborder les sujets. Et puis, Houphouët se définissait toujours devant Senghor comme un héritier d’une chefferie. Les conceptions du pouvoir n’étaient pas les mêmes. A peu près, c’est la même chose qu’avec Sékou Touré qui lui demandait d’opter pour un régime de révolution qui fait fi du colonisateur.

Pour Sankara, je peux attester qu’Houphouët avait le sommeil coupé. La révolution de Sankara le dérangeait. Depuis une colère noire piquée contre son ministre, Jean Baptiste Moké qui ne fut pas satisfait d’un réaménagement technique du gouvernement, je n’ai jamais vu Houphouët, régulièrement colérique qu’avec Sankara.

Le Ségovien : Et avec son opposition, particulièrement Laurent Gbagbo ou ses deux fistons que sont Alassane Ouatarra et Henri Konan Bédié……

Kalilou Thiero : Laurent Gbagbo c’est moi ! Je peux dire que même maliens, c’est nous qui avons crée le FPI (Front Populaire Ivoirien). En Côte d’Ivoire, tous les maliens étaient RDA, le parti qui dirigeait le pays mais avec la carte de séjour, nous avons tous basculé au FPI. Cette carte de séjour existait, mais c’est Alassane Ouattara qui l’a appliquée aux étrangers. Je me rappelle que j’ai pris mon courage à deux mains pour dire à Houphouët : « Mais Papa, affaire d’Alassane, c’est trop fort ! ». Il m’a dit : «  Mon fils, c’est vrai, Alassane a mal fait mais qu’est ce que tu me proposes ? ». Je lui ai dit que les étrangers, surtout les maliens, ne peuvent pas payer 10 000 F, déjà qu’on avait à payer 3 000 F pour la pièce d’identité malienne. Je lui propose 4 000 ou 5 000 F. Il me regarde et semble convaincu. Du coup, je le vois appeler Alassane et lui dire « bon Alassane, désormais tu mets la carte à 5 000 F, il ne faut pas qu’avec cette carte nos militants partent chez Gbagbo ».

Malgré tout ce qu’on peut dire, Houphouët aimait et admirait Gbagbo. C’est l’un des rares politiciens qui lui disait la vérité. Ça faisait mal à Houphouët mais en prenant du recul, il adhère à ses critiques. C’est le cas d’une milice d’Houphouët Boigny que Gbagbo a combattue et que par la fin, Houphouët s’en était débarrassé. C’est le cas, et rarement on en parle, de certains remaniements ministériels dont les critiques de Gbagbo sont à l’origine.

En ce qui concerne Alassane, ses relations avec Houphouët datent de son séjour en tant que fonctionnaire international à Dakar puis à Abidjan, sinon Alassane est bien un burkinabé mais détesté par Sankara. Houphouët a donc sauté sur l’occasion pour contrer Sankara en le nommant Premier Ministre. A cette époque, tout était presque au point pour qu’Houphouët désigne Gbagbo comme Chef du gouvernement. Pour le cas de Bédié, rien à dire, Houphouët l’avait élevé et adopté.

Le Ségovien : Et vous, aviez vous eu des relations particulières avec ces 3 personnalités ?

Kalilou Thiero : J’ai connu personnellement Gbagbo. Nos chemins se sont croisés lors d’une élection municipale. Un de ses candidats à la Mairie de Treichville, un certain Sylla était un malien. Gbagbo avait donc invité la communauté malienne que je dirigeais pour avoir son appui. Je ne me gênai pas pour dire à Gbagbo ceci : votre démarche est louable mais les maliens de Côte d’Ivoire ne se reconnaissent pas dans votre candidat. Il ne s’est jamais intéressé à ses compatriotes ; il avait la chance de côtoyer les maliens lors de nos réunions, puisque nous lui envoyons des invitations, il ne s’est jamais présenté. Nous préférons voter pour un ivoirien que de voter pour Sylla.

Gbagbo a admiré ce jour là mon courage public. S’agissant de Alassane, on ne s’est pas approché concrètement, et puis sa fameuse carte de séjour, dès ses premiers jours à la Primature, ont contribué à ce qu’on l’évite sincèrement, même lorsqu’il voulait faire un clin d’œil à notre communauté. Le pont était totalement coupé.

Quant à Bédié nous étions presque dans la même famille chez Houphouët. Je l’amenais à l’école. Ce n’est pas un ingrat. C’est un homme de reconnaissance qui a hérité des qualités de largesse de son père spirituel. Je me rappelle que lorsqu’on a eu l’intention de construire la Mosquée de Treichville, il est venu nous donner 20 millions de F. Connaissant mon expérience, il n’hésitait pas à recourir à mes services pour l’encadrement de ses chauffeurs.

Le Ségovien : Ce sont ces trois là qui sont le plus attendus vers la fin février pour l’élection présidentielle ivoirienne. Votre pronostic ?

Kalilou Thiero : Il n’y a aucun doute. Les jeux sont déjà faits et tout va bien se passer, contrairement à ce que l’on peut penser. Les ivoiriens ont fait leur choix il y a bien longtemps. Alassane ne mérite pas de passer et n’aura aucune chance de gagner. Si un deuxième tour arrive à se jouer, Bédié et Gbagbo iront en duel et il y a un grand avantage pour Gbagbo de se succéder à lui-même.

Il va être très difficile à Bédié de revenir au pouvoir avec cette élection puisque son parti a connu une déchirure profonde et les plus influents des démissionnaires sont avec Gbagbo. Beaucoup d’ivoiriens reconnaissent que Gbagbo a trimé avec eux depuis plus de 40 ans mais mieux, la plupart reconnaissent à Gbagbo son amour et son patriotisme pour le pays dans les moments les plus difficiles de la crise.

Propos recueillis par Moutta

 

Le Ségovien, est seul responsable du contenu de cet article  
17249 hits
Remonter

Vos commentaires Modifier mon avatar 
64 réactions (16 en attente de modération)1 2 3 4 5  Suivant >>  
Posté par tiecoroba  22,  le 16 Dec 2009 19:54:44 GMT
 
Le vieux ment comme il respire et qu'ill nous montre une photo avec la famille Boigny et
être chauffeur c'est quoi
 
  Répondre à < tiecoroba >
Posté par sakass  165,  le 14 Dec 2009 16:22:11 GMT
 
Tout ce que le vieux a dit est juste, je suis temoins des faits. La cote d'ivoire est les
etats unis tous etaient egaux avant Allassane. Certains sont vraiment faché, alors que ça
ne vaut pas le coût. les journaux maliens sont mieux que la où on tue les journalistes et
aussi là où ils ont pas droit à la parole.
 
  Répondre à < sakass >
Posté par mamoudou  93,  le 14 Dec 2009 14:23:41 GMT
 
à tous sachez quie nous qui vivons ici en civ nous en souffrons,et nous disons nous n'avons
rien à avoir avec la politik,deja que les étrangers sont mal vu ici,nous voulons restr dans
notre petit coin,nous demandons à tous les maliens qq soient leur sécret de ne pas nous
mettre dans des problèmes.nous esperons pouvoir compter sur la bonne volonté de chacun
 
  Répondre à < mamoudou >
Posté par lenfant  121,  le 13 Dec 2009 12:29:18 GMT
 
le vieux n'a dis que la verite,lisez bien et vous verez que c'est le journaliste qui n'a pas
fait une bonne analyse de son interview.ce ne sont pas des pro et passent leurs temps a
deformer les propos des gens.lisez bien les citations et le reste de la redaction vous
compredrez .le vieux n'a jamais dis qu'il a ete chauffeur pdt 40ans c'est bien le
journaliste,quand a bedie il pouvait bien l'amener dans une universite pour des traveaux de
recherche ou bien pour des formation ,reunion et il n'aura pa menti.quand a alassane tout le
monde sait que thomas detestait l'imperialisme et alassane ayant fait ses etudes aux usa
etait surement contre ses idees revolutionaires.fhb a du cottoyer alassane pour combatre
thomas et par finir le nomer premier ministre apres la mort de thomas.
 
  Répondre à < lenfant >
Posté par DOUDOUBA  6028,  le 12 Dec 2009 13:22:13 GMT
 
Ce vieux la surement etait un planteur dans le champ de FELIX,peut etre un conducteur de
tracteur mais pas un chauffeur de FELIX.
 
  Répondre à < DOUDOUBA >
Posté par mamoudou  93,  le 12 Dec 2009 10:18:25 GMT
 
je crois que tou ce ci est un montage en bonne règle et ça métonne qu'un journal malien qui
gagnerait mieux à parler du fleuve niger qui es entrain de s'assambler,passe à sa une une
ckose qui n'a rien de malien.si vous manquer de sujets faites moi savoir je vais vous en
donner.j'en ai un maximum pour parler du mali et je assure que cela va faire vendre votre
journal.voici mon mail:pourlemali@yahoo.fr
 
  Répondre à < mamoudou >
Posté par Angella  1,  le 11 Dec 2009 15:48:36 GMT
 
Du mensonge rien que du mensonge; comment peut publier des bétises pareils? En 1960 Bédié
était au USA comment ce menteur a pu le conduire à l'école. De plus Thomas Sankara est mort
en 1987 alors que Alassane a été nommé PM en 1991. Faites un peu de recherche avant de
poster de tel ânerie. La CI n'a pas besoin de ce genre d'écri.
 
 
Réponse de < kievlan  232 > à < Angella >,  le 12 Dec 2009 08:18:27 GMT
 
TU AS RAISON MON CHER QUE DE MENSONGES. LE JOURNAL LE SOGOVIEN VEUT MAGNIFIER UN SOGOVIEN FAISANT FI DES REGLES ELEMENTAIRES DU JOURNALISME.
 
  Répondre à < kievlan >
Posté par kalach  80,  le 11 Dec 2009 13:13:10 GMT
 
De 1960 a 1966 le chauffeur d'Houphouet Boigny etait Mr Aka Lambert, de 1966 a 1975 c'etait
Mr Kousdio Bah et de 1975 a sa mort c'etait Mr Ezan. Le "vieux Kalilou dit avoir servi FHB
40 ans durant ce qui fait de 1960 a 2000 or FHB est decede en 1993, il dit avoir condui
Bedie a l;ecole pdt que Bedie etait deja stagiaire a l'ambassade de France aux USA, et bien
d'autre mensonge. Non seulement je doute de l'existence de ce vieux mais mieux, le journal
le segouvien est vraiment une poubelle pour avoir publie ces incoherneces qui sautent a
l'oeil. La presse malienne est vraiment pourrie et imature.
 
  Répondre à < kalach >
Posté par PEWE  97,  le 11 Dec 2009 12:51:38 GMT
 
De toute facon malien BOURKINABE ou ivoirien on est tous meme je vois pas pourqoi alassane
ne piusse etre elligible.Aujourdhui quoiqu'il en soit il plus ivorien que burkinabe.Il ya
aujourdhui possibilité pour des noirS d'etre president dans le pays des blancs .Je crois que
ni couleur ni etnie ni nationalité parce a mon avis une nationalité s'acquiert.Seule la
valeur (competence et integrite) doit prevaloir. Et allassane à fait ses preuves.POUR ce qui
de la carte de sejour il faut noter seulement que c'etait pour des raison economie de
l'heure et en tant que economiste et ppremiers ministre de à lepoque ca bien pote ses fruitS
CE n'etait pas une chasse à l'homme .
 
  Répondre à < PEWE >
Posté par demlo  52,  le 11 Dec 2009 11:43:43 GMT
 
laisser le vieux en paix tt ce qu il a dit est vrai moi meme je detiens un ancien j ournal
de jeuneafrique de 1995 ds lequel il y a l interview d un ancien ambassadeur du haute volta
aux U S A a l epoque qui a dit que qd les alhassane dramane wattara et autres venaient
comme etudiants voltaiques c est lui meme en personne qui les ai accompagne au supermarche
pour qu ils achetent des blousons et en plus wattara vient de sindou un village du burkina
,soyez honnete au moins le vieu n adit q la verite ,accepterez vous q un jour le mali soit
dirige par un zerbo ou un n guessan qui a ces origines soit du burkina ou de la cote d
ivoire .
 
 
Réponse de < kievlan  232 > à < demlo >,  le 12 Dec 2009 08:24:40 GMT
 
POURQUOI SI LA PERSONNE EST MALIENNE, MEME SI ELLE ZERBO , AVEC DES ORIGINES BURKINABE. EST CE QUE VOUS ALLEZ CONTESTER A LA FAMILLE ZERBO D
 
  Répondre à < kievlan >
Réponse de < kievlan  232 > à < demlo >,  le 12 Dec 2009 08:22:19 GMT
 
POURQUOI SI LA PERSONNE EST MALIENNE, MEME SI ELLE ZERBO , AVEC DES ORIGINES BURKINABE. EST CE QUE VOUS ALLEZ CONTESTER A LA FAMILLE ZERBO D
 
64 réactions (16 en attente de modération)1 2 3 4 5  Suivant >>  

 Réagir à cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez obtenir un compte.
    Poster un commentaire  
     
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la défense de la république Codem en appelle à l'union sacrée
    Mali: réaménagement du gouvernement, négociations à Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colère lancent une expédition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011