Vendredi 28 Novembre 06:58 GMT 
à Bamako [La Météo]
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Alimentation / Crise alimentaire
Crise alimentaire au Mali : Les foyers bamakois souffrent
 Le Combat, 25/02/2011 Commentaires [ 7 ] E-mail Imprimer

L’enquête réalisée par le ministère du développement social sur le développement humain durable est sans appel : dans notre pays, la crise alimentaire a eu des effets négatifs  sur les habitudes et les relations sociales des ménages.  Mais dans la ville de Bamako, c’est une autre paire de manches : pendant que la malnutrition et la malbouffe se trouvent dans les assiettes, les Bamakois se nourrissent de plus en plus dans les gargotes, les restaurants… Du coup, les rapports sociaux se détériorent. Au rythme que les familles s’effritent.  Sans discontinuer.

Selon le rapport sur le développement humain durable édition 2010, la crise alimentaire peut être liée à la flambée des prix des denrées alimentaires. Cette hausse des prix a poussé nombre de maliens à adopter un nouveau régime alimentaire. C’est la principale stratégie de survie qu’ils appliquent pour se nourrir sans se ruiner.

 Selon Bourama Koné un chef de famille au bord du gouffre « Tout ce que nous gagnons est dépensé en nourriture. Que pouvons-nous encore acheter ? La crise alimentaire a accentué la pauvreté et a cassé nombre de ménages », indique le document.

Aussi indique t –il que La crise alimentaire  qui pousse les ménages dans la précarité à redoubler d’efforts pour joindre les bouts. Selon le document les enquêtes ont relevé que pour se  nourrir, certaines familles  sacrifient la quantité ou la qualité des produits qu’ils achètent .D’autres mettent à contribution les enfants qu’ils lancent sur le marché du travail. Certains choisissent une alimentation moins riche en protéines et en minéraux .Par exemple au lieu d’un «  tôt »avec une sauce riche, li est fait une sauce sans poisson  ou viande ou le couscous de nuit avec une sauce qui laisse apparaître quelques graines d’haricot qui l’agrémentent .Ces mets sont appelés par les enfants « tremblement de terre ou l’Afrique en danger ». Le document informe en outre que les ménages urbains pauvres ne font plus qu’un repas par jour et tous les membres de la famille se ruent vers les restaurants à ciel ouvert ou sont servis l’attiéké mélangé avec la brisure de gratin de riz et d’haricot .A cela il faut ajouter la diminution du nombre de repas dans plusieurs ménages : « A Bamako plusieurs ménages ne posent qu’une fois la marmite sur le feu  ».

Le rapport souligne par ailleurs, il est observé que la population urbaine qui consomme en général  le riz se tourne vers du riz moins cher (assez vieilli) et des céréales comme le mil, le sorgho, et le maïs. Mais le prix de ces céréales commence à augmenter lui aussi, même elles ne sont importées, parce que la demande devient plus forte. Le rapport soutient que la crise alimentaire a contribué au relâchement et la détérioration des rapports sociaux .Cela n’est sans influence sur les habitudes alimentaires. Une telle mutation crée des déséquilibres physiologiques provoquant des fois, la perte de vie humaine. Le document précise que ces tendances sont constatées à chaque flambée des prix. Selon le document  pour les acteurs de la société civile rencontrés (ONG LACIM, Caritas Mali, entre autres) l’un des effets de la crise alimentaire a été la disparition progressive des greniers dans les concessions et la segmentation des anciennes familles autant dans les centres urbains qu’en milieu rural .En conséquence nous assistons impuissamment au déclin progressif au déclin de l’autorité parentale et de la solidarité fraternelle. Le rapport souligne qu’il est soutenu que les sociétés ont très souvent résisté à beaucoup de crises sauf à la crise alimentaire car sans alimentation pas de vie en société. Le rapport affirme que la crise alimentaire a poussé les acteurs sociaux à casser l’ancien système social en les poussant à adopter une nouvelle organisation sociale, facteur de recomposition sociale. En conséquence nos assistons au relâchement de la fraternité et de la germanité, l’abandon de l’adoption, la nucléarisation des familles, l’accentuation des taux de divorce et la multiplication des cantines.

 OUMAR TRAORE

 

 

Le Combat, est seul responsable du contenu de cet article  
2152 hits
Remonter

Vos commentaires Modifier mon avatar 
Posté par Sambou  4805,  le 25 Feb 2011 08:21:31 GMT
 
La bouffe comme tout autre chose est gérée la les règles de "l'offre et de la demande".S'il
n' y a qu'1 seul sac de mil sur le marché, la loi du commerce veut QU'IL NE SOIT DONNE QU'AU
PLUS OFFRANT.Certes on ne vit pas de "routes et de betons" mais ces routes contribuent à la
diminution de la pauvreté en reliant les zones de production (exemple Sikasso) aux zones de
consommation (Bamako-Kayes...).Actuellement nous consommons plus ce que nous ne produisons
pas (Portables tactiles donc certains n'ont même pas de sou pour payer le credit de
com'-Grosses voitures...).Libre à nous de situer NOS PRIORITES:JAMAIS LES DIRIGEANTS NE
DESCENDRONS FAIRE UNE DISTRIBUTION GRACIEUSE DE L'ARGENT TIRE L'OR EXPLOITE AU MALI!
 
 
Réponse de < foudkg  20683 > à < Sambou >,  le 25 Feb 2011 19:45:20 GMT
 
SAMBOU PRESIDENT SAMBOU PRESIDENT SAMBOU PRESIDENT SAMBOU PRESIDENT
 
  Répondre à < foudkg >
Posté par Maliba1991  800,  le 25 Feb 2011 08:07:34 GMT
 
Des jeunes sont morts en mars 1991 pour rien. Même si la crise est mondiale, le peuple
devait avoir le minimum vital. Si je n'ai rien a manger, je ne vais pas quand bouffer les
échangeurs multiples ou la nouvelle statue du cinquantenaire. La priorité des priorités est
l'alimentation, celui qui n'arrive pas a trouver une issue c'est qu'il a échoué. Et pourtant
c'est vrai le Mali est un pays affamé, on ne doit pas peur ou honte de le dire.
 
  Répondre à < Maliba1991 >
Posté par ponate  74,  le 25 Feb 2011 08:02:36 GMT
 
je situe la responsabilité à deux niveaux 1)Le laxisme des autorités qui se devaient de non
seulemnt de fixer les prix mais aussi de les contrôler de manière stricte et de punir tout
contrevenant qui enfreind à la règlementation des prix pour diissuader toux ceux qui seront
tentés. 2) La cupidité aveugle de nos opérateurs économiques et commerçant véreux. Alah
k'an bè sara an nganiaya la
 
  Répondre à < ponate >
Posté par Sambou  4805,  le 25 Feb 2011 07:22:23 GMT
 
La solution à notre pauvrété, c'est LE RETOUR A LA TERRE.La crise alimentaire est
mondiale.Comme on ne cultive plus chez nous et qu'il FAUT PAYER LA BOUFFE AU MÊME PRIX QUE
LES OCCIDENTAUX c'est logique que ça nous revient cher!Pourtant nous avons tous au Mali des
PORTABLES AVEC ECRAN TACTILE-DES GROSSES CYLINDRES....Je pense qu'ON EST ENTRAIN DE SAUTER
DES ETAPES.Revoyons nos copies: "LA TERRE NE MENT PAS"!
 
 
Réponse de < Ndy  4763 > à < Sambou >,  le 25 Feb 2011 08:48:12 GMT
 
voila une belle analyse Sambou nous devrons retourner à la terre.C'est impensable et inadmissible que le Mali ne parvient pas encore à se nourir avec les fleuves Niger et sénégal, avec ces terres irrigables à l'office du Niger, aux périmetre de baguineda,à Manikoura,à Taoussa et quoi d'autres????
 
  Répondre à < Ndy >
Posté par dogon2  297,  le 25 Feb 2011 01:57:21 GMT
 
...Et la multiplication exponentielle de la depravation des moeurs.
 
  Répondre à < dogon2 >

 Réagir à cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez Obtenir un compte, en moins de 30 secondes.
    Poster un commentaire  
    * Commentaires (1000 chars maxi)  smile   wink   mali   tongue   laughing   sad  angry  crying    
     
    * Pseudo   Mot de passe  Mémoriser (nom et email)
      
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    L'Actualité du Jour selon ...
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la défense de la république Codem en appelle à l'union sacrée
    Mali: réaménagement du gouvernement, négociations à Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colère lancent une expédition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?
    Le Top 10 de la Semaine
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011