Mardi 26 Septembre 01:55 GMT 
à Bamako [La Météo]
maliweb.net
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Agriculture
Production de riz à Ségou : L’IICEM introduit de nouveaux matériaux de production
 YEKO, 14/03/2011   E-mail Imprimer

L’USAID par le biais de son projet IICEM vient d’introduire un nouveau système de culture du riz dans la région de Ségou. Ce nouveau système appelé SRI « Système de Riziculture Intensif » ne cesse d’engranger des résultats positifs surtout dans la pleine de San.

Le projet a fait preuve d'une démonstration concluante à San en ce qui concerne la mécanisation de la culture du riz. L’objectif de cette démonstration était de prouver que le SRI allait au delà du simple jardinage et constituait un réel système pouvant permettre d’assurer la souveraineté alimentaire en étant en mesure de traiter de grandes surfaces. Les matériaux présentés aux paysans furent la repiqueuse de riz et la sarcleuse motorisée toutes deux fabriquées par l’entreprise américaine Garuda Briggs-stratton AG. Ces matériaux, tel que l'a indiqué le responsable de la SRI, Djiguiba Kouyaté, permettront d’améliorer la productivité et d’étendre les superficies cultivables.

L’adjoint au Préfet de San, Mohamed Maiga qui présidait la cérémonie, a affirmé que l’organisation d'une telle démonstration du SRI est une initiative à soutenir et à saluer à l’orée de la campagne de contre-saison, dans la plaine aménagée de San Ouest. Il a également remercié l’USAID, à travers l’IICEM, pour cette initiative et à   réitérer le soutien et l’accompagnement de l’administration locale dans l'application de nouveau système.

Le représentant du Ministère de l’agriculture, Abdoulaye Traoré, a expliqué que le SRI s’est distingué au Mali, après seulement trois ans de démonstration auprès des producteurs, par des économies d’échelles telles que la réduction substantielle du temps de séjour des plants en pépinière , l’économie de semences de 8-10kg par hectare contre 50-60kg , l’économie d’eau d’irrigation pendant la phase végétative du riz  et l’augmentation significative du rendement avec une moyenne de 8 tonnes par hectare.

Cette activité de démonstration d’équipements agricoles s’est déroulée en présence des producteurs de l’ARPASO, des représentant des OP de Tombouctou, de Gao et de Mopti , des unités de fabrication de matériaux agricoles CAFON et Samanko , des partenaires IER ; DNA GR ; de la Fondation syngenta, d'Africare, de l'Office du Niger, Office riz, de l'Initiative riz, de la BNDA et de Lux Development.

Un comité national de coordination des actions SRI
C’est avec ces mêmes partenaires dans la salle de conférence de la Direction régionale du plan de la statistique et de l’informatique appliqué, que l’on a procédé à la mise en place du comité national de concertation et de coordination des actions de vulgarisation du système de riziculture intensif (SRI).
La mise en place de ce comité permettra désormais de favoriser la communication, la concertation et la coordination des actions des intervenants autour du SRI pour sa vulgarisation et son introduction dans la stratégie nationale de production de riz. Le bureau de 20 membres mis en place aura comme mission première de formaliser les aspects administratifs, financiers et techniques. Il a aussi comme mission l’interconnexion sous-régionale et internationale des activités du SRI.

De ces assises de 2 jours, il en ressort que le développement à grandes échelles ne pourra se faire sans une bonne coordination des actions par l'entremise du SRI sur le terrain. La technologie du SRI sera adoptée dans les bassins de production de riz ce qui permettra d’augmenter  à coup sûr la productivité et ce, à moindre coût et ainsi participer à l'essor de la croissance économique du Mali.
Douba Dembélé


Djiguiba Kouyaté responsable SRI à l’IICEM.
« Le SRI peut assurer la sécurité alimentaire en termes de riz dans notre pays »
L’USAID à travers le projet IICEM  est entrain de vulgariser une nouvelle technique culturale du riz dans la région de Ségou. Avec le responsable de ce volet Djiguiba Kouyaté nous évoquons les méandres de cette nouvelle technique. 

YEKO : Pouvez-vous nous faire l’historique du système de riziculture intensif (SRI) au Mali ?
DK: Le SRI est une technique qui permet de produire beaucoup de riz avec très peu de semence. Elle est d’origine Malgache. Cette forme de technique culturale du riz a été introduite au Mali dans deux villages de la région de Tombouctou par Africare. L’IICEM a ensuite effectué un voyage d’étude à Tombouctou pour voir tout cela, les résultats étaient satisfaisants et on a décidé de faire le SRI dans quatre régions supplémentaires du Mali. On s’est donné comme mission, de favoriser la croissance économique dans les chaînes de valeur du riz en y intégrant tous les maillons de la chaîne de valeur et la productivité agricole améliorée, qui est d’ailleurs l'un des résultats positifs du projet. Nous avons donc fait le choix de l'application du SRI en vue d'assurer la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté. Nous avons été appuyés en cela par des partenaires que sont les services techniques de la Direction nationale de l’agriculture et d’autres acteurs intervenant dans la culture du riz.

YEKO : Quel peut être l’impact de ce nouveau système pour la culture du riz dans notre pays ?
DK : L’impact se traduit à plusieurs niveaux. Nous avons une très faible productivité et il y a des difficultés dans l’augmentation des rendements. Avec le SRI, on va résoudre ce problème de rendement. Aussi avec ce système, nous ferons des économies d’eau. D’ailleurs aujourd’hui, c’est une nécessité de s’adapter aux changements climatiques. En ce sens, nous augmenterons aussi notre utilisation de la fumure organique pour la culture du riz, car cela nous permettra une gestion durable des sols. Sur le plan économique, l’amélioration de la productivité amènera une forte augmentation des revenus. Le SRI c’est produire plus à moins de frais.

YEKO : Dans la région de Ségou, le SRI est pratiqué dans la plaine de San Ouest, à quand sa vulgarisation dans les zones Office du Niger et Office riz ?

DK : ARPASO a utilisé le SRI pour la première fois cette année et les résultats obtenus sont vraiment satisfaisants. Ils ont cultivé à San 20 hectares sur de grandes parcelles et le résultat moyen est de 8 tonnes par hectare. L’ARPASO s’est réellement impliquée dans le système. Là où nous sommes, c’est l’Office du Niger qui veut se lancer et il faut souligner que l’Office riz est déjà sur le système. Cette année, l’Office riz a fait une tentative de production en submersion contrôlée à l'aide du SRI dont nous n’avons toujours pas obtenu les résultats.

YEKO : Pensez-vous que le SRI peut assurer la sécurité alimentaire en termes de riz au Mali ?
DK: Cette technologie règle un problème. Si les gens arrivent à s’approprier le SRI sur de grandes parcelles, nous pourrons certes atteindre cet objectif. Pour ce faire, les responsables techniques, administratifs et politiques doivent adopter l’introduction du SRI dans la culture du riz au Mali.
Propos recueillis par
Douba Dembélé





YEKO, est seul responsable du contenu de cet article  
1344 hits
Remonter


 Réagir à cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez obtenir un compte.
    Poster un commentaire  
     
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la défense de la république Codem en appelle à l'union sacrée
    Mali: réaménagement du gouvernement, négociations à Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colère lancent une expédition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011