Jeudi 18 Janvier 06:09 GMT 
à Bamako [La Météo]
maliweb.net
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Mines d'or (Sociétés)
La mafia fait main basse sur l’or du Mali : Le métal jaune malien génère des centaines de millions de dollars par an. Mais l’Etat malien, lui, n’y voit que du feu.
 Canard Déchainé, 06/01/2012 Commentaires [ 26 ] E-mail Imprimer

« Parce qu’il n’a pas les moyens d’extraire son or et que la Banque Mondiale en a décidé ainsi, le gouvernement malien n’est qu’un actionnaire minoritaire des entreprises exploitantes, présentes sur son sol », déplore la Fédération Internationale  des Droits de l’Homme (FIDH). Dans un rapport d’enquête publié il y a cinq ans, elle lève un coin du voile sur la gestion, faite de l’or malien par les multinationales.

Avec une production de 54,5 tonnes d’or en 2003, le Mali se classe au 3e rang africain, après l’Afrique -du Sud et le Ghana. En dépit de sa richesse en or, le Mali se classe, aussi, parmi les pays les plus misérables de la planète. Sur l’échelle du développement humain, il occupe le 175e rang sur 177 pays.

Pire, 90 % de sa population vit avec moins de deux dollars par jour. Sur les sites miniers, les populations locales sont victimes des vapeurs cyanhydriques : fausses couches, asthénie, céphalées, goitre, destruction de la flore et de la faune …

Il y a sept ans, des populations entières de singes et d’oiseaux rares ont été décimés. Soit, pour avoir bu l’eau, soit pour avoir brouté l’herbe contaminée  par le cyanure, en divagation dans la nature.

Pendant que le cours de l’or monte sur les marchés internationaux, les conditions de vie des populations, elles, se dégrader.

A l’origine de ce paradoxe, un plan diabolique mis en place par la Banque Mondiale. Et, plus grave, au profit des multinationales.

Surendetté, le Mali n’a d’autre choix que de se soumettre au Programme d’Ajustement Structurel (PAS). Une ordonnance, prescrite à notre pays, par les institutions de Breton –Wood. C’était, dans les années 80.

Pour la Banque Mondiale, les Etats africains sont inaptes à disposer d’une industrie minière. C'est-à-dire, trop pauvres pour assumer des investissements liés aux capacités techniques et à la gestion des industries minières. Du coup, son diagnostic tombe. Comme un couperet : exiger de nos pays qu’ils se dotent d’un code minier attractif. En clair, un code minier qui profite aux multinationales.

Ainsi en 1995, 35 pays africains ont reformé leur code minier.

Au Mali, c’est effectif depuis 1991. Car la Banque Mondiale menaçait les autorités maliennes de fermer le robinet à sous.

L’Etat malien et la portion congrue

La brèche étant ouverte, les multinationales s’y engouffrent. Avec leurs capitaux sous le bras. Au rang de celles –ci, une quinzaine d’entreprises canadiennes appelées « juniors ».

A en croire le rapport d’enquête de la FIDH, ces « juniors » lèvent  à la bourse de Toronto, des fonds destinés à l’Afrique. Notamment, au secteur minier.

Une fois que ces « juniors » découvrent le précieux métal dans un pays africain, ils s’allient avec d’autres sociétés minières pour l’exploiter.

Au Mali, trois multinationales détiennent le monopole de l’or : Anglogold Ashanti avec 38 % de la mine de Sadiola, 40 % de la mine de Yatela et 40 % de la mine de Morila. Rangold, avec 40 % de la mine de Morila, et 80 % de la mine de Loulo. Enfin, Iamgold, qui détient 38 % de la mine de Sadiola et 40 % de la mine de Yatela.

Cette gestion, pour le moins, mafieuse de l’or malien, relègue l’Etat malien au rang de paria. Avec, seulement, 20 % des capitaux par mine, au sein des multinationales. Qui décident de tout : l’exploitation de l’or, son raffinage, et sa commercialisation sur les marchés mondiaux.

Sur ce plan, indique le rapport de la FIDH, la mine de Morila en est la parfaite illustration. En juillet 2000, explique t –il, Rangold cède 40% de son permis d’exploitation à Anglogold. Ensemble, ils créent Morila limited qui, avec l’Etat malien, actionnaire à hauteur de 20 %, donnera naissance à une société fantôme, dénommée Morila –SA. C’est cette dernière, qui rémunère Anglogold Ashanti services Mali SA, comme opérateur minier. Ainsi 1% des ventes d’or lui reviennent au titre de frais de gestion. A titre d’exemple, cette société fantôche a perçu, en 2005, un million de dollars ; 800.000 dollars en 2004, auxquels s’ajoutent 400.000 dollars de frais de consultation. Pour avoir fait quoi ? Rien ou presque.

Autre exemple de la gestion mafieuse de l’or malien, selon les enquêteurs de la FIDH : Morila SA, à son tour, ne traite que le minerai extrait. Son extraction, elle, est confiée à une autre société, dénommée SOMADEX.

Filiale du Groupe français Bouygues, cette société s’attribue la part du lion. Pour avoir investi, seulement, dans le matériel d’extraction du minerai.

Voilà, schématiquement, comment les fonds, générés par l’or malien, sont repartis entre les multinationales et les sociétés, dites de sous-traitance. De ce pactole, l’Etat malien n’y voit que de la poussière… d’or.

Les retombées de l’or se font, encore, attendre

Selon un rapport élaboré, il y a quelques années, par la Commission de l’Assemblée nationale, les quatre mines industrielles du Mali ont, en neuf ans d’exploitation, injecté 690 milliards CFA dans l’économie malienne. Soit, l’équivalent de 76 milliards CFA par an.

Sur cette manne financière, le trésor public a empoché 341 milliards CFA, en taxes et impôts. Les fournisseurs des mines, 294 milliards CFA. Les ouvriers des mines, 45 milliards CFA.

A en croire les enquêteurs de la FIDH, ces sommes cumulées ne représentent que 6,5% des fonds générés par l’or malien, sur les marchés internationaux.

Quant aux populations, installées sur les sites miniers, elles n’ont bénéficié que de 9 milliards CFA, en neuf ans d’exploitation des quatre mines industrielles du Mali. Soit, l’équivalent de 1,3 % des fonds générés par l’or.

Conséquence : le Mali reste pauvre. Très pauvre. Neuf Maliens sur dix vivent, selon le rapport de la FIDH, en dessous du seuil de pauvreté.

L’espérance de vie est de 48 ans. Et la mortalité infantile, estimée à 122 pour 1000 nouveaux nés.

Bref le Mali ne profite guère de son or. Vingt ans après le boom de l’exploitation aurifère, la population attend, toujours, de bénéficier de ses retombées.

 

Le Mollah Omar

LE MALI : UN FILON POUR LES  SOCIETES MINIERES

L’or malien est le moins cher d’Afrique. Mais aussi, le plus facile à exploiter. Mais ses retombées, sur l’économie nationale sont insignifiantes. D’où la nécessité de renégocier les contrats, signés avec les multinationales.

Les retombées de l’or, sur l’économie nationale, se déclinent en termes de taxes, d’impôts, de salaires des travailleurs des mines… Outre l’exploitation et la commercialisation de l’or malien, les multinationales continuent, contre toute attente, de bénéficier d’exonérations sur les hydrocarbures. Ce qui engendre, pour la Douane, des pertes de recettes, estimées à 40 milliards CFA par an. Plus grave, les multinationales sont exemptes d’impôts et taxes, durant les cinq premières années de leur installation.

Pourtant, selon le rapport d’enquête de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme(FIDH) sur l’exploitation des mines d’or du Mali, l’or du Mali est le moins cher d’Afrique, pour que l’Etat malien accorde d’autres avantages aux multinationales. Moins cher, parce que les mines d’or du Mali sont à ciel ouvert, donc faciles à exploiter. Moins cher, aussi, parce que les travailleurs des mines sont les plus bas d’Afrique. Autant de facteurs qui rendent les mines d’or du Mali plus compétitives. Comme en témoignent les comptes mondiaux d’Anglogold-Ashanti qui exploite les mines d’or de Morila et de Sadiola : les cash cost de l’or, au Mali, s’élèvent à 220 dollars l’once. A ce prix, le métal  jaune malien est moins cher, de 80 dollars, que l’or de Tanzanie ou de la Guinée-Conakry. Aussi,  l’or malien est moins cher de 100 dollars que celui de la Namibie. Et moins cher  de 110 dollars que l’or du Ghana.

LE MALI,  UNE VACHE LAITIERE POUR LES MULTINATIONALES

Les coûts de production du métal jaune malien sont les bas du continent africain. Les bénéfices, réalisés par les multinationales, ne cessent de croître. En 2003, l’once d’or coûtait 108 dollars sur le marché international. En 2004, elle est passée à 230 dollars. Et, en 2005, elle coûtait 245 dollars.

Or, en 2007, l’once d’or coûte plus de 320 dollars sur le marché international,  alors que son coût de production est estimé à 95 dollars. Les  bénéfices, réalisés par les sociétés minières, sont immenses. Mais leurs  retombées sur l’économie nationale tardent  à se faire sentir.

D’où la nécessité, pour l’Etat malien, de renégocier les contrats signés avec les multinationales. Comme l’a fait le Niger voisin, avec le Groupe français, AREVA. Cette multinationale  achetait le kilo  d’uranium à 24000 CFA avec l’Etat nigérien pour le revendre à 125000 CFA sur le marché international. Le gouvernement malien ne peut échouer là où, son homologue nigérien a réussi. Tout est une question de volonté politique. Une question de volonté, tout court.

Le Mollah Omar 

  

 

Canard Déchainé, est seul responsable du contenu de cet article  
2644 hits
Remonter

Vos commentaires Modifier mon avatar 
26 ractions (11 en attente de modération)1 2  
Post par niklepeuple  178,  le 28 Jan 2012 14:15:36 GMT
 
Tout nationaliser pour redistribuer au peuple. vive les soviets camarades !!!
 
  Rpondre < niklepeuple >
Post par Kinguiranke  19547,  le 08 Jan 2012 11:21:29 GMT
 
Merci Sambou pour la reflection, la verite est simplement que si nous nous mettons tous
derriere Zorro en 2012 nous allons avoir les contrats miniers renegocies et le citoyen lamda
vera bien la couleur de l'or du Mali. Le choix est notre en 2012 si nous voulons en finir
vraiment avec la mediocrite, la corrupton generalisee et la delinquence financiere.
 
  Rpondre < Kinguiranke >
Post par sahelienne  551,  le 07 Jan 2012 23:29:06 GMT
 
Quelle dommage pour nous
 
  Rpondre < sahelienne >
Post par observateur1  123,  le 07 Jan 2012 19:16:49 GMT
 
Nombreuses sont les sociétés minières étrangères qui exploitent depuis plusieurs
années sans être déclaré. il y en a beaucoup!
 
  Rpondre < observateur1 >
Post par keitaballa29  39,  le 07 Jan 2012 08:09:13 GMT
 
cher frere sa ne datte pas d, aujrdhui l,or malien ne jamais brille pr les populations
malien ,ce tjours les multinational qui profite de nos sous soul
 
 
Rponse de < Sambou  4805 > < keitaballa29 >,  le 07 Jan 2012 10:32:55 GMT
 
Même si les multinationales n'étaient pas là, l'argent de l'OR serait volé par nos dirigeants comme ils le font actuellement avec le fond Kowaitien et les autres aides que l'etat perçoit!Un voleur est pareil qu'un voleur, le citoyen lambda NE VERRA JAMAIS LA COULEUR DE L'OR AU MALI.
 
  Rpondre < Sambou >
Post par Sankaratom  182,  le 07 Jan 2012 05:04:19 GMT
 
C'est faut ce que vous dites. L'honnetete intelectuelle voudrait que les journalistes
fassent plus de recherche que le citoyen Lamda. C'est vrai que nous ne voyons pas plus de
75% de notre or, mais par la faute de qui ? Pas nos autorites, mais surtout par la faute de
la personne chargee du controle au nom de l'Etat. C'est pourquoi, ma devise est que l'homme
malien change, et le pays suivra. Suios pas Idealiste, mais simplement pragmatiste. La
revolution de 91 a ete ideologique. la prochaine devra etre sociale et humaine. sinon, nous
sommes voues a jouer le second role.
 
  Rpondre < Sankaratom >
Post par simplevision  346,  le 07 Jan 2012 04:09:09 GMT
 
Pourquoi pas une entreprise nationale de recherche d'or puis un fonds de reserve d'or pur
comme garantie pour une monnaie malienne: Histoire de se securiser economiquement dans
l'avenir?
 
  Rpondre < simplevision >
Post par dogon2  297,  le 06 Jan 2012 23:41:18 GMT
 
Au mariage d'une des filles du P ;on pouvait voir dans les cadeaux un kilo d'or ,je dis bien
un kilo d'or...Qui dit mieux.N'accusez point les multinationales de nous depouiller de notre
metal jaune,demandez plutot des comptes a' vos V de dirigeants.On fera le Mali a'
l'au-dela...
 
  Rpondre < dogon2 >
Post par The King  86,  le 06 Jan 2012 17:06:42 GMT
 
l'or du malheur.Nous les ex travailleurs de Morila ont fait la prison pour rien à cause de
nos droits les plus légitimes sans que personne ne bronche.
 
  Rpondre < The King >
Post par rasjah  216,  le 06 Jan 2012 17:04:29 GMT
 
Pourquoi ne pas relire les contrats avec ces societies minieres. Elles ont bcp investi et
ne souhaiteriez pas quiiter maintenant. Nous sommes en position de force pour
negocier. Impossible car cerains en ont deja la barbe mouille par l'argent de la
corruption...................
 
  Rpondre < rasjah >
26 ractions (11 en attente de modération)1 2  

 Réagir cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez obtenir un compte.
    Poster un commentaire  
     
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne refltent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la dfense de la rpublique Codem en appelle l'union sacre
    Mali: ramnagement du gouvernement, ngociations Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le dveloppement en Afrique de lOuest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colre lancent une expdition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako at-il perdu le Nord ?
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011