Mardi 16 Janvier 07:44 GMT 
à Bamako [La Météo]
maliweb.net
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Banques
Banque Atlantique du Mali : Le temple de la magouille
 Le Combat, 17/01/2012 Commentaires [ 4 ] E-mail Imprimer

La Banque Atlantique du Mali est victime de pratiques qui ne disent pas leurs noms. Gestion clanique des ressources humaine et financière, affairisme, magouilles à la pelle, détournement ... Et tout cela s’y passe sans offusquer personne. Bref, la banque est au service exclusif de ses cadres placés sous les ordres du Président Directeur Général (PDG), Niamé Traoré.


Conséquence : un jeune cadre de l’établissement bancaire, Moussa Abbas Touré, et son complice ivoirien, Guy Hassede Martial, ont  volé 16 millions de FCFA au préjudice de la banque. Par la suite,  deux escrocs, Amadou Diallo et Demba Singui, sont parvenus à piquer 72,78 millions de FCFA en 22 opérations de retrait.


En chiffre, la Banque Atlantique du Mali a donc subi une saignée financière de plus de 88 millions de FCFA. Et ce n’est qu’un début. Et sauf revirement de dernière minute, les clients et les actionnaires de la Banque Atlantique du Mali risquent de faire le deuil de leurs comptes dans les jours à venir.
La racine du mal


La spoliation des comptes des clients par certains agents de la Banque et leurs complices n’est guère de nature à tempérer, encore moins calmer les curiosités. Autrement dit, l’argent coule de source à la banque, mais pour d’autres sources. Pire, la surfacturation et la mauvaise gestion de la direction de la banque sont désormais de notoriété publique.
Mais contre toute attente, sur la base d’un document dont nous détenons une copie, nos sources  indiquent que dans le cadre des missions de la banque, les dépenses indues se poursuivent sans discontinuer, avant de poursuivre que l’octroi illégal d’indemnités et de gratifications est un des « sports favoris » du PDG de la banque, Niamé Traoré.
« Rien qu’au cours de ces dernières opérations, les fonds de l’établissement bancaire ont  saigné à hauteur de 10 millions de francs CFA. Au même moment, la gestion des responsables continue toujours de faire couler de l’encre »  indique notre source avant de préciser que malgré les plaintes qui fusent de tous les côtés, le PDG de la banque jouit toujours de certains privilèges indus.
Au regard de tout ce qui se passe à la Banque Atlantique du Mali, il est facile de se rendre compte que beaucoup reste encore à y faire afin de donner pleine satisfaction à la clientèle, aux actionnaires et enfin aux bonnes règles en matière de gestion comptable et commerciale.        

                                   
Des travailleurs de la Banque dont le constat est troublant  avertissent déjà que la Direction de l’institution doit absolument subir un contrôle véritablement indépendant. En effet, c’est au moment où les rumeurs deviennent de plus en plus alarmantes que la direction centrale des représentations de la Banque Atlantique doit démontrer à ses clients et actionnaires qu’elle est effectivement engagée pour la « chasse aux sorcières » et dans une «lutte incolore », sans distinction ni parti pris, afin de redonner à l’institution bancaire tout son prestige d’antan.


Nos sources indiquent par ailleurs que pour l’année qui vient de finir, la Banque Atlantique du Malia engagé des dépenses qui n’auraient pas dû l’être. Mais selon des responsables de la boîte, il est normal que toutes ces dépenses soient engagées pour la bonne relance des activités de la banque. Qui croire ou ne pas croire ?  C’est donc pour remettre les choses dans l’ordre et la bonne marche que le chef suprême des représentations de la Banque Atlantique a l’obligation de faire vérifier certaines informations qui ne manquent point de gravité.


Toujours selon nos sources, il s’agit, entres autres, de signature de contrats de prestations de services sans études préalables au niveau de la représentation malienne de la Banque Atlantique et de commandes de tickets valeurs dont le rapport qualité-coût demeure une source de préoccupation légitime pour certains travailleurs. Autant de choses qui recommandent qu’une mission indépendante de vérification aille nécessairement voir comment Niamé Traoré et ses sbires managent cette banque dont l’importance dans les affaires n’est plus à démontrer au niveau de la sous-région.
Sans être un oiseau de mauvais augure, il faut signaler qu’il est urgent que cette vérification se fasse dans les tout prochains jours, tellement les informations qui nous parviennent font craindre le pire. Mais les sceptiques interrogeront : compte tenu de la gabegie qui prévaut au sein de cette banque, que risque-t-elle encore? Seuls les rapports d’une mission externe de vérification mettront donc un terme définitif à toutes ces informations alarmantes.
Et ce n’est pas tout, loin s’en faut, car même au niveau de l’immobilisation des biens, c’est le branle-bas. Et le hic qui fait tilt, c’est que le contrôle interne de la boîte est insuffisant. Au rythme où évoluent négativement les choses au sein de cette banque pourtant promue à un bel avenir, elle risque de courir vers un dépôt de bilan ou la faillite tout court.


Une banque victime de sa hiérarchie
La Banque Atlantique du Mali est malade, malade de sa direction qui n’en fait qu’à sa guise. « C’est fini ! La Banque Atlantique est morte ! Elle n’existe que pour une poignée de cadres proches du Directeur Niamé Kéita », nous confie un agent de l’institution bancaire. Et son collègue d’ajouter, l’air visiblement déçu : « Si la Banque Atlantique du Mali est censée protéger l’argent de ses clients, sa gestion aujourd’hui est d’une opacité sans équivalent ». Et de conclure : « Si des changements ne sont pas apportés au sein de cet établissement bancaire, les prochains jours seront durs pour les clients, les actionnaires… ». A à en croire certains travailleurs, les prochains jours seront compliqués à la Banque Atlantique, et si cette situation perdure, « c’est le chaos national ».


Certes, l’équipe du PDG de la Banque Atlantique du Mali, Niamé Traoré, vaut mieux que rien. Mais elle reste la pire au niveau des établissements bancaires du pays. En effet, pendant que la Banque saigne, les cadres roulent dans de luxueuses bagnoles et érigent des bâtisses dans les quartiers huppés de la capitale. Mieux, ils s’octroient des périples au bord de la Seine, en France. Toutes choses (entre autres) qui ont largement contribué à provoquer l’hémorragie financière que connaît aujourd’hui la Banque.
Face à cette gabegie ambiante et à l’affairisme du clan qui dirige la boîte, doit-on s’emmurer dans un silence coupable? Heureux ceux qui se posent encore cette question, car il y a longtemps que l’oligarchie financière de la Banque Atlantique du Mali a anesthésié les convictions. Et partout, c’est le même amer constat : motus et bouche cousue. Personne pour dénoncer cet affairisme à la pelle ! Et face à cette gabegie qui hypothèque l’avenir des clients de la banque, on reste de marbre.


A en croire toujours nos sources, la Banque Atlantique du Mali a mal partout : à sa Direction qui, depuis des lustres, a du mal à convaincre de son efficacité : à ses comptes qui ne cessent de subir des « coups de fourchette » : à ses cadres dont la devise reste « Moi d’abord et s’il en reste, la Banque pourra en bénéficier » : à ses caisses abandonnées aux mains des « bouffecrates » qui accumulent des richesses pour eux et leurs lointaines descendances. Tout cela au mépris des actionnaires et des clients de la Banque.
Toutes nos démarches pour rencontrer le PDG de la Banque Atlantique du Mali, Niamé Traoré, se sont soldées par un échec. Mais que se reproche-t-il au juste ? Quoi qu’il en soit, il revient à la hiérarchie suprême des représentations sous-régionales de la Banque Atlantique de prendre ses responsabilités, toutes ses responsabilités, du moins si elle tient encore au bien-être de ses clients. « Se mettre au service de la veuve et de l’orphelin ne dispense pas pour autant, quand l’occasion s’en présente, de défendre également le veuf et l’orphelin », a dit le célèbre penseur Pierre Dac. Affaire à poursuivre.           
Jean pierre James

Le Combat, est seul responsable du contenu de cet article  
1873 hits
Remonter

Vos commentaires Modifier mon avatar 
Posté par badougua  38,  le 01 Feb 2012 17:21:51 GMT
 
qui a payé ? ce journaliste pour monter une telle histoire
 
  Répondre à < badougua >
Posté par teniente  19,  le 17 Jan 2012 13:36:44 GMT
 
rétirez vos argents et convertissez les en Dollars ou Euros!!bientot la
Dé-valuation=Dévalorisation de vos CFA!!Bon entendeur salut!!
 
  Répondre à < teniente >
Posté par antakamama  1938,  le 17 Jan 2012 11:01:02 GMT
 
ah bon donc aprés la bms cé le tour de la BANK ATL ensuite à ki le tour
 
  Répondre à < antakamama >
Posté par visionary2012  145,  le 17 Jan 2012 02:24:03 GMT
 
L'irresponsabilte totale. Je vais y fermer mon compte, jusqu'a novel ordre et Je vais
acheter de l'or et le cacher dans un creux en attendant que ATT parte
 
  Répondre à < visionary2012 >

 Réagir à cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez obtenir un compte.
    Poster un commentaire  
     
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la défense de la république Codem en appelle à l'union sacrée
    Mali: réaménagement du gouvernement, négociations à Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colère lancent une expédition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011