Mardi 16 Janvier 19:45 GMT 
à Bamako [La Météo]
maliweb.net
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
Politique
Présidentielle 2012 : Pourquoi le PDES renonce à présenter un candidat
 Le Prétoire, 30/01/2012 Commentaires [ 17 ] E-mail Imprimer
Le bureau exécutif du Pdes

C’est officiel depuis le vendredi 27 janvier 2012 : le PDES a décidé de n’aligner aucun candidat pour l’élection présidentielle de cette année. C’était lors d’une réunion extraordinaire tenue au siège du Parti sis à l’ACI 2000, sous la direction du Président Hamed Diané SEMEGA et en présence des plus hauts responsables du seul parti politique malien qui se réclame ouvertement de l’actuel Président de la République.

Cet épilogue, qui survient après une longue attente, met fin au suspense entretenu sur l’entrée en lice d’une formation qui, il y a peu, apparaissait à la plupart des observateurs, comme étant l’un des prétendants les plus sérieux au fauteuil présidentiel. Comment est - on arrivé au PDES à cette position et pourquoi, quels en sont les avantages et les inconvénients, et quelles perspectives se dessinent – elles pour le parti ?

Telles sont les questions que  suscite au sein de l’opinion l’annonce faite le samedi 28 janvier sur les antennes de l’ORTM de la délibération du parti des amis d’ATT.

 Décryptage d’une décision

Officiellement, le communiqué précité fait état des recommandations d’une commission de réflexion mise en place par le Comité Directeur National pour plancher sur la question de la participation du PDES à la prochaine élection présidentielle, commission qui s’est prononcée par la négative sur le sujet. 

De fait, depuis plusieurs semaines, et malgré les résolutions prises par la Convention Nationale du 18 décembre 2012, l’analyse de la situation politique nationale et des intérêts particuliers du parti avaient conduit bon nombre de responsables du PDES à s’interroger ouvertement sur la pertinence d’une entrée dans la compétition présidentielle.

 Ces ténors, dont le Président Séméga lui – même, estiment qu’il est plus urgent pour le parti de consolider son implantation d’abord et de concentrer les efforts à fournir sur les législatives.

Faire un tel choix aurait, à leurs yeux, un double avantage : faire l’économie des querelles autour de la candidature à la présidentielle et pour le leadership au sein du parti d’une part, et d’autre part conforter le Président de la République dans le rôle de stricte neutralité auquel il aspire à l’égard des élections prévues en 2012.

Pour les tenants de cette ligne, le PDES, qui s’est engagé à faire la politique autrement, ne devraient faire aucune fixation sur la présidentielle d’autant que pour eux un échec éventuel à ce scrutin pourrait durablement compromettre l’avenir du parti et la dynamique d’adhésion qu’il a suscitée dans le pays. Il faut croire que les arguments des défenseurs de cette ligne ont su convaincre les membres de la Commission de réflexion puisque c’est à une majorité écrasante de voix que cette ligne a triomphé.

Selon nos sources, seule une voix discordance se serait exprimée à l’issue de la rencontre.

 Quels avantages, quels inconvénients ?

 La décision prise par le PDES de faire l’impasse sur l’élection présidentielle n’est pas sans risques pour le Parti. En effet, elle pourrait provoquer le départ de ses rangs des responsables et militants persuadés que c’est la conquête de la Présidence de la République qui est la seule voie  de salut pour un parti, mais aussi celui des partisans de Jeanmile Bitar.

 Ce dernier est, on le sait, décidé à entrer en lice pour le scrutin, contre vents et marées ; il s’est d’ailleurs officiellement déclaré candidat lors d’une cérémonie tenue hier, dimanche, à l’Hôtel de l’Amitié. A ce risque non négligeable, il convient d’ajouter celui de la démobilisation des militants à la base, à moins que le PDES ne lance à leur intention une véritable campagne d’explication.

 S’ils affichent une nette conscience de ces inconvénients potentiels, les responsables du PDES mettent volontiers en avant les avantages que présente pour le parti l’option prise. Il évoquent en premier lieu le fait que la décision prise permettra de conforter davantage la confiance de la classe politique dans le pilotage de l’élection présidentielle. A cela, ils ajoutent l’aTout que sera pour le parti la consolidation de sa cohésion interne et enfin ils soulignent les perspectives inhérentes au choix opéré.

 Quelles perspectives ?

 En analysant de près la nouvelle donne que représente la décision du PDES de ne pas présenter dE candidat à l’élection présidentielle d’avril 2012, on peut se  rendre compte qu’en définitive le parti a fait preuve d’une grande maturité. La position atypique qu’il a adoptée face à cette importante échéance électorale peut paraître étonnante pour un parti qui compte en son sein des milliers de cadres, et pas des moindre, des leaders d’opinion et des opérateurs économiques importants. Elle dénote indiscutable  d’un grand courage politique et d’un sens élevé des responsabilités, chose peu courante sur l’échiquier politique. Reste à savoir si cette décision ouvre des perspectives intéressantes pour le parti à court et moyen terme.

On peut, à court terme, tabler sur la possibilité pour le parti de nouer d’autant plus facilement des alliances politiques et électorales avec les autres grands partis de l’échiquier politique national. Rassurés par la décision souveraine d’un concurrent potentiel de ne pas entrer dans la course pour Koulouba, ils auront certainement à cœur d’avoir son soutien lors de la compétition et pourquoi pas, pour les législatives.

A moyen et long terme, on peut considérer que le PDES, en privilégiant le travail sur lui – même, c'est-à-dire sa cohésion et son implantation plûtot que de céder à la tentation du pouvoirisme, fait un pari intelligent et, en définitive, audacieux sur l’avenir.

Birama FALL

Le Prétoire, est seul responsable du contenu de cet article  
3127 hits
Autres Articles dans la même catégorie
Les femmes de l’Adema rencontrent le candidat Dioncounda Traoré : La grande artillerie électorale en marche  ( 9)
IBK à Tombouctou : «Ces attaques sont une trahison, j’ai mal»  ( 15)
Présidentielle 2012 : Bittar se déclare partant  ( 17)
Candidature à la présidentielle 2012 : Le PDES se dérobe, Jeamille Bittar fonce  ( 3)
Présidentielle 2012 : La CARE investit Bouga  ( 2)
Elections 2012 : Candidats et médias  
Elections générales de 2012 : L’UFDM du colonel Youssouf Traoré précise ses principes et positions  
Présidentielle du 29 Avril 2012 : La section UM-RDA de la commune VI opte pour Bittar  
Lancement de la collecte de la caution de Soumaila Cissé : La jeunesse Urd a mobilisé plus de 7 millions de FCFA dès le 1er jour  ( 1)
Présidentielle du 29 avril 2012 : Les femmes Adema sonnent la mobilisation autour de Dioncounda Traoré  
Remonter

Vos commentaires Modifier mon avatar 
17 ractions (0 en attente de modération)1 2  
Post par adoura  58,  le 30 Jan 2012 22:42:28 GMT
 
Moi, je pense que le PDES n'a pas dit son dernier mot. Il ne présentera pas de candidat
mais va-t-il soutenir quelqu'un? Wait and see. Mais, moi je pense que ce parti soutiendra la
candidature de Modibo Sidibé.
 
 
Rponse de < Prof97O  674 > < adoura >,  le 30 Jan 2012 23:26:59 GMT
 
On est en politique et c'est difficile de comprendre! Sinon, un Parti politique est cree pour l'acquisition du pouvoir. La politique voulant dire "gerer un peuple" par des idees qu'on trouve raisonnables et constructrices. Ainsi, on occupe les postes de decisions (pouvoir) pour appliquer ses idees. Mais, le PDES ne ressemble pas a un parti. Meme s'il faut faire la politique autrement, le meilleur serait de se presenter aux elections. Apres avoir juger ses forces, on discute avec les gagnants du premier tour au cas ou on n'y sera pas. Ou bien, le PDES est convaicu qu'il n'y aura pas d'election avec la situation au Nord? Il faut se le demander? Comme ils sont dans des secrets des secrets. En tous les cas, ce sont ces gens qui demandaient un 3eme mandat d'ATT, puis vu la situation du Nord, vu le retard dans la preparation du scrutin, peut-etre qu'ils savent deja a ce qu'on pourrait s'attendre? Que Dieu ne m'entende pas, mais il faut se poser des questions?
 
  Rpondre < Prof97O >
Post par AFRO  253,  le 30 Jan 2012 16:16:45 GMT
 
c’était un GIE, ils ont juste réalisé que leurs investissements sont risqués et ne
seront pas rentables. Donc ils veulent prendre des participations dans un parti à
caractère commercial! pour ne pas disparaître.
 
  Rpondre < AFRO >
Post par dankelendeni  54,  le 30 Jan 2012 13:47:42 GMT
 
eh PDES, soutenez simplement le Vrai, le Rigoureux et l'un des plus Intelligent et qui a la
plus grande Cote des bailleurs de fonds, SOUMI CHAMPION pour faire du Mali un pays Emmergent
 
  Rpondre < dankelendeni >
Post par MERCEDES 300  47,  le 30 Jan 2012 11:48:40 GMT
 
IBK patiente-toi le Mali te reconnaitra.n'oublie pas ZOU A TES COTE.
 
 
Rponse de < jediscequejefaisjefaisceq  51 > < bj >,  le 30 Jan 2012 15:42:34 GMT
 
TALL lui même est à côté de IBK. La transitivité mathématique facilitera les choses en faveur de IBK
 
  Rpondre < jediscequejefaisjefaisceq >
Rponse de < bj  234 > < jediscequejefaisjefaisceq >,  le 30 Jan 2012 15:23:21 GMT
 
Je vois plutot ZOU à coté de MOUNTAGA TALL.
 
Rponse de < jediscequejefaisjefaisceq  51 > < MERCEDES 300 >,  le 30 Jan 2012 13:10:08 GMT
 
Les voies d'une possible alliance IBK-ZOU ont été énoncées depuis longtemps. Les grands esprits se retrouvent toujours, dit-on.
 
Post par gouéné  137,  le 30 Jan 2012 10:36:55 GMT
 
le PDES n'avait pas le choix ils sont obligés de ne pas présenter un candidat dans la
mesure ou ils se reclament des idées de ATT en même temps que les partis politiques qui
l'ont accompagné pdt son mandat.
 
  Rpondre < gouéné >
Post par jediscequejefaisjefaiscequejedis  160,  le 30 Jan 2012 10:00:16 GMT
 
Le PDES a fait le choix de la raison. C'est une décision responsable qui honore leurs
dirigeants. A présent, il faut qu'il se décident à backer un candidat qui pourrait leur
renvoyer l'ascenseur lors des législatives. Le profit de ce candidat: populaire,
d'envergure, présentant de réelles chances d'accéder au pouvoir et disposé à tenir ses
promesses. Suivez mon regard!!!
 
  Rpondre < jediscequejefaisjefaiscequejedis >
Post par 009  95,  le 30 Jan 2012 08:34:43 GMT
 
Waati Sera! Vive l'Alliance PDES-Mountaga Tall! Vive le Mali!
 
  Rpondre < 009 >
Post par kananke  709,  le 30 Jan 2012 08:25:48 GMT
 
C est une honte pour un parti comme lePDES qui voulait consolider l oeuvre du president
TOURE. Comment peut il faire ce travail sans avoir un candidat? c est l immaturite
politique, une fuite de responsabilté et une imcompetence de ses membres qui est mis a
jour. La gestion administrative , n est pas synonyme de qualité politiques.C est le parti
des hommes qui tiennent aux decrets de nominations et non a legitimer leurs ascension
politique. Honte a tous ces cadres du PDES sans vision ET SANS COURAGE POLITIQUE
 
  Rpondre < kananke >
Post par Ndy  4763,  le 30 Jan 2012 08:17:37 GMT
 
Je présente mes condoléances aux familles des disparus. Je voudrais ici m’insurger
contre une mise en place de commission d’enquête nationale ou internationale pour faire
la lumière sur les massacres d’Aguelhok. Gérez ce problème sans impliquer ces bandits
de blancs qui viendront encore pourrir la situation. Massacrer comme vous pouvez, comme vous
voulez, c’est la guerre, nous avons été attaqué et nous ne feront que de la légitime
défense.
 
  Rpondre < Ndy >
Post par DOUDOUBA  6028,  le 30 Jan 2012 03:27:13 GMT
 
Oui, je suis le candidat du grand rassemblement. Oui, ensemble, nous irons vers la
victoire.Je ne suis pas le candidat d’un seul parti, d’un clan ou d’un groupe
d’intérêt. Je suis le candidat de TOUS les Maliens, jeunes et anciens, femmes et hommes,
fonctionnaires, paysans, commerçants. Oui, je suis le candidat du peuple.J’ai fait ce
choix car dans la crise, le rassemblement s’impose. Il est la seule réponse possible pour
défendre notre grande cause commune: le Mali, le Mali, le Mali ! C’est ensemble, unis et
solidaires, que nous construirons le Mali de demain.
 
 
Rponse de < sanblag  521 > < DOUDOUBA >,  le 30 Jan 2012 08:32:49 GMT
 
Le mali, le Mali, Le Mali..... sauf s'il s'agit de son ami Gbagbo, qui écrasa les maliens comme des punaises! Le peuple que nous sommes ne peut oublier cela.
 
  Rpondre < sanblag >
17 ractions (0 en attente de modération)1 2  

 Réagir cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez obtenir un compte.
    Poster un commentaire  
     
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne refltent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la dfense de la rpublique Codem en appelle l'union sacre
    Mali: ramnagement du gouvernement, ngociations Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le dveloppement en Afrique de lOuest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colre lancent une expdition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako at-il perdu le Nord ?
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011