Samedi 20 Septembre 22:00 GMT 
à Bamako [La Météo]
 Accueil  Politique Sports Économie Faits divers Musique Régions Monde Contributions Gastronomie Annonces   Nord-Mali Immigration 
Rechercher un article sur maliweb.net: 
La Situation politique et sécuritaire au Nord
Situation sécuritaire au nord Mali : Les familles des militaires manifestent bruyamment leur ras-le-bol
 Le Prétoire, 02/02/2012 Commentaires [ 3 ] E-mail Imprimer

Fatigués de la situation de leurs maris, leurs enfants et frères évoluant dans l'"éternel" brasier du Nord Mali, les femmes et enfants des militaires de Kati ont fait entendre leur voix à travers une marche de protestation dans les matinées du 31 janvier au 01 février 2012. En effet, un long cortège a quitté Kati pour Koulouba, en empruntant, naturellement, la route du Point G, en vociférant et en allumant des pneus tout le long du parcours. C'est dire que la situation sécuritaire au septentrion n’a pas fini de mobiliser diverses couches de la population éprises de paix.   
 
C’est après avoir vu les soldats blessés et évacués du nord pour l’hôpital de Kati, que la colère a commencé à gagner les familles de militaires. C’est ainsi que les femmes et enfants des militaires de Kati ont décidé de se rendre à Koulouba afin de rencontrer le chef de l’Etat pour enfin être éclairés sur la situation de leurs époux ou frères qui sont sur le front au nord-Mali. «Nous en avons mare du veuvage et des mensonges à propos de la situation des hommes qui sont sur le terrain. Ceci étant, nous réclamons le retrait immédiat de ses bras valides». Tels étaient les propos que scandaient ces femmes et enfants qui, visiblement, en ont déjà marre de cette situation de ni-guerre ni-paix au nord du Mali, mais qui pourtant leur ôte des proches de temps à autre.


A noter que cette protestation a commencé depuis la journée du 30 janvier à Kati ville. Le lendemain, mardi 31 janvier, vers les environs de 11 heures, excédées, les femmes du camp militaire de la ville de Kati sortent et marchent en direction de Koulouba, en brûlant des pneus sur la grande voie routière de Kati-Bamako. Notons que, quelques minutes auparavant, une patrouille blindée de la police avait contribué à l'apaisement des esprits. Mais, les manifestants, déterminés à rencontrer le président de la République, Amadou Toumani Touré, n’entendaient pas démordre. On ne lisait dans leurs regards que de la colère et de la révolte.


Aux environs de midi, une unité de la garde républicaine accompagnée de certains éléments de la police, se rendent à l’entrée de la ville de Bamako où ils forment un barrage afin de maintenir l’ordre. L’objectif étant non seulement d’empêcher la foule d’accéder à Koulouba, mais aussi d’essayer de trouver une entente avec les marcheurs du jour pour que ces derniers s’assagissent et retournent à leur point de départ. Ils y parviennent sans heurts, malgré que, jusque là, la situation était tendue même s’il n’y a eu aucun dégât véritable. 


Notons qu’aux environs de 13 heures, le ministre de la Défense, Natié Pléa, est arrivé sur les lieux pour calmer les ardeurs des uns et des autres. Il s'ensuit des pourparlers entre le Ministre et quelques femmes. «Nous ne voulons parler qu’au président de la République et seul le retrait immédiat de nos maris qui sont au nord peut nous faire entendre raison. Il est grand temps de mettre fin à la transmission de fausses informations sur leur situation au Nord. Certes, ils se sont engagés pour défendre cette nation. Mais de grâce, dites-nous réellement ce qui se passe au front» ont souligné les femmes. A son tour, Natié Pléa les rassura et leur proposa de rentrer chez eux en mettant à leur disposition 4 véhicules.
Dans son intervention, le Ministre a souligné que «la meilleure façon de trouver une entente est de rentrer et de former une délégation qui pourra me faire parvenir les doléances et ma porte est grandement ouverte à tous. Sachez avant tout que je suis chef de famille et je compatie sincèrement». Notons que, au moment où un accord avait abouti à la suspension des manifestations, suite à la rencontre entre le ministre de la Défense et les femmes, les jeunes, furieux, avaient commencé à saccager la voiture d’un passant. En partant, après une heure de dialogue, le ministre de la Défense a donné une instruction  ferme aux agents des forces de l’ordre de comprendre la position des manifestants et de ne procéder à aucune violence envers eux.
Entre pillage et vandalisme à Kati


Après, la marche des femmes des militaires de Kati du 31 janvier sur Koulouba, la tension est montée d’un cran hier dans la ville de Kati à travers une autre marche de protestation. Les manifestants ont pris à partie les familles et les biens des maures et Touaregs  résidents dans la ville garnison. Malgré le déploiement impressionnant des forces de sécurité, ils ont saccagé et pillé des boutiques, une policlinique à Sananfara appartenant à El Meydi et un autre immeuble sis juste à la sortie de la ville, dont le propriétaire serait un Touareg.
Ibrahim M. GUEYE

Le Prétoire, est seul responsable du contenu de cet article  
1902 hits
Autres Articles dans la même catégorie
Après le carnage d’Aguel Hoc : - Les femmes des militaires exigent la vérité - Elles commettent des actes de vandalisme  ( 7)
Dérapages des épouses et enfants de militaires à Kati : Evitons l’amalgame!  ( 160)
Évolution de la situation au nord : Deux députés et une élue du HCC rejoignent le MNLA Il s’agit d’Alghabass Ag Intallah, d’Ibrahim Ag Hamada Assalagh et de Nina Walett Intalouh.  ( 34)
Situation au Nord : Déclaration du Président Amadou Toumani Touré, Chef de l’Etat  ( 162)
Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?  ( 59)
Edito : Non au délit de faciès  ( 6)
Crise du Nord - ATT aux maliens : « Eviter l’amalgame »  ( 10)
Rébellion au Nord du Mali : Deuxième jour de manifestation à Kati  ( 3)
Attaque du cantonnement militaire de Niafunké : Des morts dont un Capitaine de l’Armée et de jeunes lycéens  ( 16)
Mme Keïta Djénéba Keïta, présidente deu collectif des femmes des camps militaires : ‘‘Partout où les camps militaires ont été attaqués, ce sont les jeunes recrues, fraîchement sorties de formation et sans expérience, qui ont été victimes’’  ( 16)
Remonter

Vos commentaires Modifier mon avatar 
Posté par Apema  5084,  le 02 Feb 2012 23:53:44 GMT
 
Des rumeurs persistantes font état d'une tentative de coup d'Etat avorté. D'où
la disparition du chef d’état major. On ne sait pas où il est, ainsi que plusieurs
autres officiers. Ca ne tient plus à grand chose. Est ce quelqu'un à d'autres
infos supplémentaires?
 
  Répondre à < Apema >
Posté par magouma  26,  le 02 Feb 2012 13:31:42 GMT
 
je parie que c'est un cout monté des dirigents pour n'est pas quitter le pouvoir.ils ont
essayés avec l'harmonisation des élections sa n'a pas marché;ils ont essayés avec le
changement de la constitution sa n'a pas marché et maintenant ils sacrifient des vies pour
rester au pouvoir par ce qu'ils savent que s'il y'a la guerre person ne parle d'élection.
QUE LE BON DIEU protège le MALI et nos braves militaires qui se battent pour leur peuple.
 
  Répondre à < magouma >
Posté par draq  187,  le 02 Feb 2012 10:19:13 GMT
 
C'est vrai au moment où on tuait Kadhafi en Libye, l'armée Nigérienne a anticipé en
quadrillant sa frontière et en désarmant toutes les personnes qui entrent sur son
territoire. Par contre notre grand Mali "ME FAIT HONTE" avec ses trois (03)
généraux(Ministre de l'Administration, Ministre de la sécurité et le Président) n' a pas été
pro-actif. Maintenant en attentiste on doit agir avec les moyens idoines pour
neutraliser l'ennemi pour de bon
 
  Répondre à < draq >

 Réagir à cet Article !
Afin d'améliorer la qualité du débat sur maliweb.net, nous vous proposons de nouveaux  outils :
  • Devenez membre et votre commentaire apparaîtra immédiatement
  • Sinon, indiquez votre Pseudo (requis), et votre commentaire apparaîtra après modération
  • Pour pouvoir poster un commentaire, veuillez Obtenir un compte, en moins de 30 secondes.
    Poster un commentaire  
    * Commentaires (1000 chars maxi)  smile   wink   mali   tongue   laughing   sad  angry  crying    
     
    * Pseudo   Mot de passe  Mémoriser (nom et email)
      
    NB. La rédaction de Maliweb vous demande d'éviter tout abus de langage en vue de maintenir le sérieux et de garantir la  crédibilité de vos interventions dans cette rubrique. Les commentaires des visiteurs ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Groupe Maliweb et de ses membres. Votre adresse IP est enregistrée. Vos commentaires n'engagent que vous, et non Maliweb ou ses membres.
     
     
    L'Actualité du Jour selon ...
    Autres Titres de l'Actualité
    Pour la défense de la république Codem en appelle à l'union sacrée
    Mali: réaménagement du gouvernement, négociations à Alger avec les rebelles touareg
    Dialogue Politique sur la recherche agricole pour le développement en Afrique de l’Ouest : Donner la parole aux vrais acteurs
    Kati : Des jeunes en colère lancent une expédition punitive contre les familles touareg
    Attaques rebelles au Mali : Bamako a–t-il perdu le Nord ?
    Le Top 10 de la Semaine
     
     
    Forums Rencontres Archives Horoscope Musique Petites Annonces Cuisine Portraits Etudiants Jeux
    © MALIWEB 2002-2011