Prise de fonction hier du Collège transitoire de la CCIM : « Il n’y aura ni règlement de comptes, ni chasse aux sorcières  » dixit le président Mamadou Konaté

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

La salle de conférence de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM) a abrité, hier le jeudi 15 Novembre, la cérémonie de passation de service entre le bureau sortant dirigé par  Jeamille Bittar et le Collège transitoire présidé par Mamadou Tiény Konaté. Ce dernier et son équipe ont pris fonction malgré l’absence de Bittar,  mais en présence d’un contrôleur  général des services publics et d’un huissier comme l’exige la loi.

De nombreux grands opérateurs économiques de la place, comme entre autres Madiou Simpara, Soya Golfa, Salia N’Dao, Amadou Djigué, Ousmane Babalaye Dao, Youssouf Traoré…) ont tenu à être les témoins oculaires de cette prise de fonction qui dans les conditions normales devait être une cérémonie  modeste. Mais, hier la salle de conférence de la chambre a refusé du monde pour la circonstance et même la cour de l’institution était prise d’assaut. Après les formalités de passation de service entre la nouvelle équipe  et les autorités compétentes dans le bureau du président au 2ème étage du siège, Mamadou T Konaté  et les autres membres du collège ont regagné la salle de conférence pour être présenté à l’assistance. Comme à l’accoutumée, la cérémonie a débuté par une série de bénédictions des ainés du monde des affaires  à l’image du vieux Basidi Koné, qui a formulé des vœux de retour de la paix dans notre pays. Après ce fut la présentation des membres du nouveau  bureau par le Secrétaire Général de la CCIM. Ce collège transitoire de treize membres est nommé par le ministre du commerce et de l’industrie sur décision du gouvernement, jusqu’à l’élection et l’installation de la nouvelle Assemblée Consulaire de la CCIM.

Le président M. Mamadou Konaté est entouré de  neuf vice-présidents, d’un trésorier général et ses deux adjoints. Dans ses premiers mots, le président dira que ce bureau est celui du consensus et de l’entente et compte travailler pour l’intérêt de tous les opérateurs économiques, sans exclusion. Pour Mamadou Konaté l’ambition de son équipe «n’est pas de procéder à des règlements de compte, ni d’engager une chasse aux sorcières». Pour ce cet homme pieux, très croyant en Dieu, il faut oublier ce qui s’est passé et regrouper la famille du secteur privé.

Il a précisé que les autres organisations professionnelles du secteur privé (Conseil malien des Chargeurs, Conseil Malien des Transporteurs, Patronat…) seront des partenaires de la CCIM et non des adversaires. Le président du collège transitoire de la CCIM a aussi annoncé que son équipe va se doter d’un programme de travail détaillé d’ici son investiture solennelle dans les prochains jours. Par rapport au bureau des délégations régionales, M. Konaté a laissé entendre que le collège n’imposera pas de bureau, chaque région en fonction de sa spécificité installera sa délégation régionale consulaire. En tout cas, le président Konaté est animé d’un esprit d’ouverture pour le bonheur du secteur privé.

Y. CAMARA et Mariam Ouédraogo, stagiaire

SOURCE:  du   16 nov 2012.