40ème Sommet de la CEDEAO : La situation sécuritaire du Mali au centre des préoccupations

0
0

La crise au Nord-Mali était l’un des principaux thèmes de la 40e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), qui s’est tenue du 16 au 17 février dernier à Abuja, au Nigeria. Sur le plan institutionnel, la Conférence a procédé à la nomination du nouveau président en exercice et de celui de la Commission.

 

 

Les dirigeants ouest-africains ont  planché sur la situation conflictuelle actuelle que vit le Mali. En effet, dans notre pays, le Mouvement national pourla Libérationde l’Azawad (MNLA), soutenu par d’autres rebelles et doté d’un arsenal de guerre impressionnant recueilli de la campagne libyenne, se livre depuis mi-janvier à une vraie bataille dans le Nord-Mali contre les troupes loyalistes. Ces combats ont contraint, à ce jour, plus de 50 000 réfugiés maliens à l’exode vers les pays limitrophes.

La Conférencedes chefs d’Etat et de Gouvernement redoute fort les conséquences de ce conflit. Lesquelles conséquences pourraient avoir des répercussions sur toute la communauté, si l’on n’y prend pas garde. Inquiète et solidaire, la CEDEAOa décidé de débourser une somme de trois millions de dollars pour assister le Mali. Sur un autre plan, le retour dela Côte-d’Ivoire sur le devant de la scène politique ouest-africaine a été vivement salué par tous.

A ce titre, le président Alassane Dramane Ouattara a été nommé par ses pairs, à l’unanimité, à la présidence en exercice dela CEDEAO. Ilvient succéder, à Goodluck Ebele Jonathan, président du Nigéria. Quant àla Présidencedela Commission, elle est revenue à l’ancien Premier ministre burkinabé, Kadré Désiré Ouédraogo. En soutenant la nomination de ce dernier et en aguichant celle d’Alassane Ouattara,  Blaise Compaoré, le président le plus influent dela CEDEAO,  est parvenu à mettre  fin à près de deux ans de manœuvres politiques pour ces deux postes. Il est à rappeler que depuis le départ du ghanéen Mohamed Ibn Chambas, en 2010, son fauteuil est provisoirement occupé par son compatriote James Victor Gbého. La prochaine session de ladite conférence se tiendra à Yamoussoukro, en Côte-d’Ivoire, en juin prochain.

Rokia Diabaté

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.