Coopération Abidjan Bamako :«Le Mali s’est toujours conformé aux décisions de la Cédéao »

0

Arrivé en Côte d’Ivoire depuis dimanche, le ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration africaine, Dr. Badara Alou Macalou a rencontré les autorités et s’est entretenu avec la presse avant son départ.

Des rencontres avec la communauté malienne vivant en Côte d’Ivoire, des entretiens avec les autorités ivoiriennes, notamment le Premier ministre (mercredi), le chef de l’Etat Alassane Ouattara (jeudi), tel est l’essentiel du contenu de la mission du ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration africaine, Alou Badara Macalou la semaine dernière. Il était aussi et surtout porteur d’un message du président de la République, Amadou Toumani Touré à son homologue ivoirien, à quelques heures de son investiture. « J’ai eu l’honneur et le prestige d’être reçu par les autorités ivoiriennes, le Premier ministre et le Chef de l’Etat, pour leur transmettre un message du président Amadou Toumani Touré. Un message de fraternité, d’amitié et d’expression de grande solidarité à l’ensemble du peuple ivoirien », a affirmé le diplomate malien, jeudi, à la fin de son séjour en Côte d’Ivoire. Le Mali et la Côte d’Ivoire, selon M. Macalou, partagent l’essentiel, d’où les vœux de prospérité formés par le gouvernement malien à l’endroit du peuple de Côte d’Ivoire. « Le président ATT a marqué toute sa disponibilité à œuvrer, avec le président Ouattara, au confort et au renforcement des relations fraternelles entre les deux pays », a confié Dr .Badara Aliou Macalou. Abritant la plus forte communauté de Maliens à l’extérieur, la Côte d’Ivoire ne peut que compter sur son voisin reconnaissant, au moment où elle est en train d’ouvrir une nouvelle page de son histoire. Du fait de la proximité entre les deux pays, l’impact de la crise post- électorale a été ressenti au Mali, à en croire le ministre Macalou. «Les épreuves vécues par le peuple ivoirien ont été partagées par les Maliens vivant en Côte d’Ivoire et par des Ivoiriens vivant au Mali. De part et d’autre, ces épreuves ont conduit à des situations très regrettables sur le plan humain mais également sur le plan économique », déplore t-il. Ajoutant que les 60% des échanges commerciaux du Mali avec l’extérieur transitent par le port d’Abidjan, il a estimé l’importance de la Côte d’Ivoire dans l’économie de la sous région. C’est pourquoi, malgré ces impacts négatifs de la crise, les liens de proximités géographiques, historiques et culturels entre les deux pays n’ont pus être brisés. « Bien, au contraire, nous sommes condamnés à cheminer, à vivre ensemble. Et les deux présidents s’accordent qu’il est convenable de renforcer ces relations au bénéfice de nos deux peuples », insiste t-il. Répondant à une question des journalistes sur l’intervention des occidentaux dans le dénouement de la crise ivoirienne, le ministre Macalou a dit ceci : « le Mali étant un pays de la Cédéao dont les positions ont été sans ambiguïté, s’est toujours conformé à ses positions. Les occidentaux comme les Africains ont tous contribué au dénouement de cette crise, au travers de leur participation aux nombreuses démarches entreprises, des négociations, des médiations qui visaient à éviter que la crise s’aggrave ». Après donc cette page douloureuse, le Mali conseille à la Côte d’Ivoire de « regarder l’avenir avec beaucoup d’espoir dans la quête de la sérénité, de la paix, la stabilité, en vue de son développement économique ».

Il a enfin salué l’engouement sur le plan national et international autour de la cérémonie d’investiture du président Ouattara, qui a eu lieu samedi dernier à Yamoussoukro. « Ceci est réconfortant pour la Côte d’Ivoire et tous ceux qui l’aiment de voir que ce pays est en train de se donner les moyens pour renaître de ses cendres. La mobilisation de la communauté internationale autour de cet événement traduit aussi la solidarité et la volonté de coopération des uns et des autres à contribuer à la stabilité de la Côte d’Ivoire qui sera au bénéfice de toute la sous-région ».

Source Fraternité Matin

Commentaires via Facebook :

PARTAGER