La CEDEAO toujours ferme sur le Mali et la Guinée-Bissau

1 réaction [-] Texte [+] Email Imprimer

Les experts militaires internationaux s’étaient réunis à Bamako pour dessiner le « concept stratégique » d’une intervention militaire dans le nord du Mali.
REUTERS

ABIDJAN- La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) maintient sa fermeté à l’égard des architectes de l’instabilité des crises militaro-politiques qui perdurent au Mali et en Guinée-Bissau. Les chefs d’états-majors de cette sous-région viennent de réaffirmer cette prise de position lors de leur 31ème réunion tenue à Abidjan (Côte d’Ivoire). (Par Edem Gadegbeku)

 

La capitale administrative de la Côte d’Ivoire vient d’être l’hôte de la 31ème réunion ordinaire du Comité des chefs d’état-major (CCEM) de la CEDEAO. Ce rendez-vous a essentiellement planché sur la crise malienne et la situation de ni paix ni guerre en Guinée-Bissau.

«Nous souhaitons vivement que l’armée ne se mêle pas du débat politique afin que cela ne vienne pas constituer un autre souci à gérer alors que nous attendons une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU », a lâché Paul Koffi Koffi, ministre ivoirien de la Défense sur le dossier malien.

Cette rencontre a également permis aux participants de faire le point sur les activités de planification élaborées et conçues pour la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA). Une attention particulière a été accordée à l’examen de la structure et du personnel proposés pour le déploiement de cette Mission.

A côté du bras de fer en cours au Mali, les patrons des forces armées en Afrique occidentale ont également planché sur l’avenir de la Guinée-Bissau. Ils se « sont penchés sur la présence de l’ECOMIB (la Mission de la CEDEAO en Guinée-Bissau) et ont examiné une demande du gouvernement bissau-guinéen relative au déploiement d’une composante maritime au sein de ladite Mission ». La Cedeao, sur le sujet, a notamment « félicité les forces de l’ECOMIB pour l’amélioration de la situation sur le terrain, et s’est engagé à faire prendre les dispositions nécessaires en vue d’une amélioration urgente des conditions de vie des soldats de la Mission et de la réussite de la réforme du secteur de défense et de sécurité en Guinée-Bissau ».

Le CCEM est actuellement présidé par le chef d’état-major général des Forces républicaines de Côte d’Ivoire, le général de corps d’armée Soumaïla Bakayoko. Cette 31ème réunion ordinaire du CCEM s’est achevée au petit matin du 16 décembre 2012 à Abidjan. Elle a été délocalisée sur la Côte d’Ivoire au détriment d’Abuja (Nigeria) à cause de la tenue en terre ivoirienne de la 8ème édition de la Camfoot 2012 (Coupe d’Afrique militaire de football).

 

Afriquinfos

Une Réaction à » La CEDEAO toujours ferme sur le Mali et la Guinée-Bissau

  1. Dr ANASSER AG RHISSA

    Bonjour,
    Que faut-il pour que les négociations génèrent des résultats utiles pour une reconstruction durable dans l’unité du Mali ?

    Pour ce faire, des PRINCIPES (refus du terrorisme, non impunité, respect des droits de l’homme et coexistence pacifique) et des CONDITIONS (dépôt des armes, intégrité territoriale et laïcité), CONSTITUANT L’ENGAGEMENT RESPONSABLE ET PATRIOTIQUE, doivent être respectés par TOUS.

    En cas de non respect, par une partie prenante, de cet engagement, cette dernière ne doit plus être acceptée dans les négociations.

    J’ai écrit une lettre ouverte au Président et à tous les Maliens pour proposer un GUIDE et une PLATEFORME de concertations nationales et de négociation pour une sortie durable de la crise Malienne.

    CES DERNIERS SONT INDISPENSABLES, POUR AVANCER DANS LES NÉGOCIATIONS EN SE RESPECTANT ET POUR DES RÉSULTATS UTILES POUR LA RECONSTRUCTION DURABLE DANS L’UNITÉ DU MALI.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC/GOUVERNANCE
    Webanassane@yahoo.com