L’Afrique de l’Ouest pour une force de 3.300 soldats pour un an

23 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Les dirigeants de la Cédéao réunis en sommet extraordinaire à Abuja, le 11 novembre 2012
© AFP

Des dirigeants africains réunis dimanche à Abuja se sont prononcés en faveur de l’envoi au Mali d’une force de « 3.300 soldats », « pour une durée d’un an », afin de reconquérir le nord du pays occupé par des groupes islamistes armés, a déclaré le président ivoirien Alassane Ouattara.

« Nous prévoyons 3.300 soldats pour une durée d’un an », a dit M. Ouattara aux journalistes, à l’issue du sommet réunissant des dirigeants des 15 pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et de quelques autres pays africains, dans la capitale nigériane.

Ces soldats proviendraient prioritairement des pays membres de la Cédéao mais pourraient également être fournis par d’autres Etats non membres, a-t-il dit.

« Nous avons des pays qui offrent des bataillons, d’autres des compagnies (…). Il y a, bien sûr, le Nigeria, le Sénégal, le Niger, le Burkina Faso, nous avons également des pays comme le Ghana (…), le Togo », a-t-il dit, citant des pays membres de la Cédéao.

M. Ouattara a également mentionné d’autres pays non membres: « le Tchad, également, pourrait participer » et « nous avons eu des contacts avec d’autres pays: la Mauritanie, l’Afrique du Sud », a-t-il dit.

Le président ivoirien a dit espérer que le Conseil de sécurité des Nations unies donnerait son feu vert à une intervention internationale fin novembre ou début décembre.

SOURCE:  du   11 nov 2012.    

23 Réactions à L’Afrique de l’Ouest pour une force de 3.300 soldats pour un an

  1. nonalinertie

    EN FAIT, LA SEULE URGENCE EST D’EMPECHER CES CRIMINELS DE FUIR, D’ALLER SE REPOSER OU CONTINUER LEURS CRIMES AILLEURS, NOTAMMENT EN ALGERIE, EN MAURITANIE OU EN LIBYE, ET REVENIR A LA CHARGE AU MALI A LA PREMIERE OCCASION.
    Si les nomades, dont certains sont complices des narcotrafiquants, surmontaient leur peur panique des terroristes pour informer les troupes de la CEDEAO, la guerre s’achèvera dans moins d’un mois. Le problème est qu’ils sont assez isolés dans le désert livrés aux terroristes. CEPENDANT, CERTAINS NOMADES DISPOSENT MAINTENANT DE TELEPHONES SATELLITAIRES. ILS SE RETROUVENT AUX FOIRES HEBDOMADAIRES. ILS SONT NORMALEMENT CONVOQUES PAR L’ADMINISTRATION QUI RETOURNERA BIENTOT.

    • Dr ANASSER AG RHISSA

      Bonjour,
      Merci Nonalinertie de votre commentaire.

      Ce que vous dites va dans le sens, comme je le propose dans ma solution de sortie de crise, d’une guerre informationnelle ou guerre stratégique de renseignements s’appuyant sur les renseignements sur le terrorisme, vérifiés et corrélés, fournis par la population de base et ceux issus de la coopération internationale et régionale pour combattre efficacement le terrorisme.

      Une telle guerre stratégique d’intelligence collective sera plus efficace et plus précise au Mali qu’une guerre classique compte-tenu du contexte (les terroristes vivent aux mêmes endroits que la population de base, des fois sans qu’elle ne s’en rende compte).

      La participation de tous est nécessaire pour éradiquer le terrorisme au mali et au sahel.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
      E-mail: Webanassane@yahoo.com