Le Conseil des ministres de la CEDEAO salue l’accord de Ouagadougou entre Bamako et les Mouvements Touaregs

4
Crise Malienne : Nouveau projet d`accord au régime malien et aux rebelles touareg occupant Kidal pour adoption. Lundi 10 juin 2013. Burkina Faso. Ouagadougou.
Crise Malienne : Nouveau projet d`accord au régime malien et aux rebelles touareg occupant Kidal pour adoption.
Lundi 10 juin 2013. Burkina Faso. Ouagadougou.

Abidjan (CĂŽte d’Ivoire) – L’accord prĂ©liminaire Ă  l’élection prĂ©sidentielle et aux pourparlers inclusifs de paix au Mali, conclu le mardi Ă  Ouagadougou entre les autoritĂ©s de Bamako et les mouvements de rĂ©bellion touaregs, constitue ‘’une avancĂ©e majeure vers la paix’’ dans le pays, a estimĂ© vendredi le Conseil des ministres de la CommunautĂ© Ă©conomique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

 

 

Dans un communiquĂ© rendu public Ă  l’issue de sa 70Ăšme session ordinaire qui s’est achevĂ©e vendredi Ă  Abidjan, le Conseil exprime son optimisme et estime que cet accord permettra de ‘’crĂ©er les conditions nĂ©cessaires favorables pour la tenue, sur toute l’Ă©tendue du territoire” malien, de l’Ă©lection prĂ©sidentielle du 28 juillet prochain.

 

A cet Ă©gard, les ministres de la CEDEAO lancent ‘’un appel pressant Ă  tous les Maliens” Ă  s’approprier l’accord et Ă  veiller scrupuleusement au respect de son esprit et de sa lettre ainsi que de sa mise en Ɠuvre pour le renforcement de la cohĂ©sion et de l’unitĂ© nationale du Mali.

 

En particulier, ajoute le communiquĂ© ‘’le Conseil invite tous les responsables des partis politiques, les leaders d’opinion et toutes les forces vives de la Nation, civiles et militaires, Ă  saisir cette heureuse opportunitĂ© dans l’aboutissement du processus de sortie dĂ©finitive de crise”.

 

Aux termes de l’accord, les deux camps affirment notamment leur attachement Ă  l’unitĂ© nationale et Ă  l’intĂ©gritĂ© territoriale du Mali ainsi qu’au respect de la laĂŻcitĂ© de l’Etat et des droits de l’Homme, tout en reconnaissant la nĂ©cessitĂ© de promouvoir une vĂ©ritable rĂ©conciliation nationale comme fondement d’une paix durable au Mali. Ils s’engagent en outre Ă  lutter contre le terrorisme, Ă  arrĂȘter dĂ©finitivement toute forme d’hostilitĂ© et Ă  observer un cessez-le-feu.
Dans cette Ă©tape dĂ©cisive du processus de paix, le Conseil des ministres de la CEDEAO invite toutes les parties prenantes Ă  Ɠuvrer ensemble, en concertation avec les autoritĂ©s de transition, pour consolider les acquis enregistrĂ©s jusqu’ici.

 

‘’Il les exhorte Ă  assumer leurs responsabilitĂ©s individuelles et collectives dans l’intĂ©rĂȘt supĂ©rieur de la nation et Ă  s’abstenir de toute dĂ©claration et/ou acte qui pourrait compromettre le processus en cours”, ajoute le communiquĂ©.

 

La session d’Abidjan a Ă©galement rendu un vibrant hommage au mĂ©diateur de la CEDEAO pour le Mali, le PrĂ©sident Blaise CompaorĂ© du Burkina Faso, et au mĂ©diateur associĂ©, le PrĂ©sident Goodluck EbĂ©lĂ© Jonathan du NigĂ©ria, ainsi qu’au chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, PrĂ©sident en exercice de la CEDEAO, pour leurs efforts inlassables qui ont permis d’arriver Ă  cet ‘’apprĂ©ciable rĂ©sultat”.

 

Le Conseil n’a pas manquĂ© d’adresser ses remerciements Ă  toute la communautĂ© internationale, Ă  tous les partenaires de la CEDEAO, notamment la France, les Etats-Unis, la Suisse, l’Union africaine, l’Union europĂ©enne, les Nations unies, ainsi qu’aux pays du champ pour leur accompagnement et leur appui constants dans la quĂȘte de la paix au Mali.

 

Les ministres des Finances et les ministres chargĂ©s de l’IntĂ©gration des Etats membres de la CEDEAO, qui forment le Conseil des ministres, ont enfin rĂ©itĂ©rĂ© leur entiĂšre disponibilitĂ© et leur dĂ©termination Ă  accompagner le gouvernement et tout le peuple maliens dans ce processus de consolidation d’une paix durable dans le pays et dans la rĂ©gion.

 

apanews.net

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Maliens ce que vous avez aide le Burkinabe Alassane Ouattara a accomplir en Cote d’Ivoire avec son frere Compaore c’est ce qu’ils vous offrent aujourd’hui.
    Accord de Ouagadougou ou on organise les elections sans desarmement des rebelles du nord. Apres les elctions la France decidera qui sera president meme si les Maliens n’en veulent pas on viendra bombarder votre pays, peut-etre kidnapera-t-on celui que vous aurez elu pour l’enfermer a la CPI? Et surement sera mis en place un gouvernement d’union nationale ou les nordistes toujours armes occuperont des postes sous le patronnage de la France via ses deux meilleurs serviteurs que sont les freres Burkinabes Blaise et Alassane.

  2. RESTE A SAVOIR SI PARMI EUX, IL N’Y A PAS DES FAUX. DE TOUTES LES

    FACONS, LES FAUX ON LES CONNAIT, QUI ONT TRANSITE DES VEHICULES AU NOM

    DE LA REBELLION ET AUTRES CHOSES.

    MEDIATEUR A DOUBLE TRANCHANTS, AU DIABLE…..

  3. Merde c’est du n’importe quoi,
    Existe-il de groupe armĂ© en cĂŽte d’ivoire, en France, au Ă©tats unis,chez qui parmi tout ceux qui salue ce accord?

    • Foutter nous le camp! de qui ces bodels de prĂ©sidents de la CEDEAO se moquent – ils ? Des chefs d’Ă©tat, sans dignitĂ© et sans foi se donnant des accolades dans une auto-satisfaction qui ne dit pas son nom ? Ils s’en fĂ©licitent comme si cet accord Ă©tait une victoire toute conquise Ă  mettre Ă  leur actif alorsque loin s’en faut! une organisation sous rĂ©gionale, au lieu de prendre cause et effet pour nous s’est vite associĂ©e Ă  nos pourfendeurs pour nous enfoncer davantage. Que de peines et souffrances pour cette nation Malienne ? Au mĂȘme moment ou tous les maliens dignes pleurent Ă  chaudes larmes pour notre sort presque scĂ©llĂ© Ă  jamais, cette pĂ©riode triste la fut le moment ideal pour les traitres de la nation et la mĂ©chante CDEAO , tous en intĂ©lligence avec leur assistant technique la France nĂ©o-coloniatrice pour procĂ©der Ă  la partition du Mali et sous l’Ă©gide d’un François Gaillard HOLLANDE un vrai opportuniste et menteur !

Comments are closed.