Mali: un plan d’intervention de 5.500 soldats étudié à Abuja

24 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Désiré Kadré Ouédraogo, Président de la Commission de la CEDEAO

Les ministres ouest-africains de la Défense et des Affaires étrangères ont débattu vendredi à Abuja d’un plan d’intervention armée dans le nord du Mali, prévoyant le déploiement de 5.500 soldats dont une partie ne viendrait pas de l’Afrique de l’Ouest, a indiqué une source interne à la Cédéao, en marge de la réunion.

Ces ministres des 15 pays membres de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) devaient entériner un projet élaboré par leurs chefs d’état-major et devant être soumis, dimanche, aux chefs d’Etat et de gouvernement ouest-africains, au cours d’un sommet à Abuja.

Leurs discussions à huis-clos se poursuivaient vendredi en fin de journée.

« Les chefs d’état-major de la Cédéao ont proposé de changer la composition des troupes qui seraient déployées » pour la reconquête du nord du Mali, occupé par des groupes islamistes armés, a déclaré la source interne à la Cédéao, sous couvert de l’anonymat.

« Ils recommandent que 5.500 soldats soient déployés, au lieu des 3.200 prévus dans la proposition initiale de la Cédéao », a ajouté cette source, et les troupes supplémentaires viendraient « d’Etats hors Cédéao ».

« C’est la raison pour laquelle l’Afrique du Sud, la Mauritanie, le Maroc, la Libye, l’Algérie et le Tchad sont invités à participer au sommet de dimanche », a-t-il précisé, ne citant que des pays du continent africain.

Cette source n’a pas précisé s’il était envisagé d’envoyer au Mali des militaires non africains. Elle n’a pas non plus indiqué si ces troupes supplémentaires seraient destinées à combattre ou non.

Le ministre malien des Affaires étrangères, Tiéman Coulibaly, le 17 septembre 2012 à Abidjan
© AFP

Une fois adopté, ce plan sera transmis aux Nations Unies via l’Union Africaine (UA), selon le président de la Commission de la Cédéao, Kadré Désiré Ouedraogo.

« Le besoin urgent de stopper les pratiques mafieuses et criminelles des groupes terroristes et les atrocités commises dans l’impunité par les extrémistes justifie une forte mobilisation aux côtés du Mali », a déclaré M. Ouedraogo en ouverture de la réunion, qu’il a qualifiée de « tournant décisif » dans la recherche d’une sortie à la crise malienne.

Le secrétaire d’Etat nigérian aux Affaires étrangères, Nurudeen Mohammed, a estimé que si l’insécurité dans la région du Sahel n’était pas contenue, elle représenterait « un danger énorme pour le continent africain et pour le reste du monde ».

Le 12 octobre, le Conseil de sécurité des Nations Unies avait donné 45 jours à la Cédéao pour préciser ses plans de reconquête du nord du Mali, contrôlé totalement par trois groupes islamistes depuis fin juin.

Le plan adopté à l’issue du sommet doit préciser la composition de la force, soutenue sur le plan logistique par des pays occidentaux, le niveau de participation des différents pays africains, le financement et les moyens militaires dont la force devra disposer.

Poursuivre le dialogue politique

M. Ouedraogo a répété que la Cédéao devrait continuer à avoir une double approche dans la résolution de cette crise, avec d’un côté la poursuite des tentatives de « dialogue politique » et de l’autre une « pression militaire » sur les groupes islamistes armés.

Le ministre ivoirien des Affaires étrangères Daniel Kablan Dunkan a rappelé dans son discours que le conseil de médiation et de sécurité de la Cédéao avait « invité » Bamako à créer un « comité de négociation » pour faciliter le dialogue.

Ansar Dine (Défenseurs de l’islam), un des trois groupes armés islamistes qui occupent le nord du Mali, a accepté de discuter avec le président burkinabé Blaise Compaoré, médiateur de la Cédéao, et s’est dit prêt au « dialogue » avec Bamako.

L’envoyé spécial du secrétaire général de l’Onu pour le Sahel, Romano Prodi, avait déclaré jeudi, après un entretien avec le président algérien Abdelaziz Bouteflika, qu’une intervention militaire au Mali n’interviendrait qu’en « dernier ressort ».

L’Algérie, qui pourrait jouer un rôle clé dans le cas d’une opération armée, grâce à l’importance des ses moyens militaires et la compétence de ses services secrets, a exprimé jusqu’à présent sa préférence pour une sortie de crise par le dialogue. Le pays a une frontière commune de 1.400 kilomètres avec le Mali.

La France, ancienne puissance coloniale au Mali, a toujours dit qu’elle n’interviendrait qu’en soutien logistique à une intervention entérinée par le Conseil de sécurité de l’ONU.

Selon le ministère français de la Défense, une mission européenne d’entraînement des forces africaines au Mali, qui pourrait mobiliser 200 militaires, sera discutée par les ministres de la Défense et des Affaires étrangères de cinq pays européens le 15 novembre à Paris.

Vendredi soir, le responsable d’une milice d’auto-défense du nord du Mali, Seydou Cissé, a proposé des renforts, affirmant depuis Niamey que 2.000 de ses hommes étaient « prêts » à combattre aux côtés des troupes ouest-africaines.

M. Cissé , Malien d’ethnie peul et responsable de la milice Ganda-Isoa, qui avait été défaite comme l’armée malienne par les groupes islamistes, a dit être en contact « avec les autorités nigériennes et maliennes », « afin que (ses) hommes puissent se positionner le long de la frontière avec le Niger et devancer les forces ouest-africaines ».

Trois groupes islamistes armés occupent totalement le nord du Mali depuis fin juin: Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Ansar Dine et le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao).

Ils y imposent la charia (loi islamique) de manière rigoriste : lapidations de couples non mariés, amputations de présumés voleurs, coups de fouets au buveurs d’alcool et aux fumeurs. Ils y commettent aussi de nombreuses exactions.

Cette occupation, combinée aux pénuries alimentaires et à l’effondrement des structures de l’Etat dans cette région, a placé dans une situation « tragique » quelque 500.000 personnes, a estimé Peter Maurer, président du Comité international de la Croix Rouge.

AFP / 22:20 – 09/11/12

SOURCE:  du   10 nov 2012.    

24 Réactions à Mali: un plan d’intervention de 5.500 soldats étudié à Abuja

  1. nonalinertie

    De toute façon, la CEDEAO et les NU iront tôt ou tard du Mali, après assainissement du Nord, on l’espère. Donc, il va de soi que l’armée malienne est au début et à la fin des activités de libération…

  2. nonalinertie

    Si vous excluez les criminels des négociations, avec qui allez-vous négocier ? Même les aveugles ont vu MNLA/ANESARDINE/BOKOHARAM/AQMI/MUJAO travailler ensemble, main dans la main, les plus innocents servant de relais au Parlement européen, en France ou ailleurs. Ou veut-on dire que quand vous rompez avec les criminels, vous êtes amnistié ? Pour vous remettre à vos habitudes à la première occasion ?
    EN FAIT, LA SEULE URGENCE EST D’EMPECHER CES CRIMINELS de MNLA/ANESARDINE/BOKOHARAM/AQMI/MUJAO DE FUIR, D’ALLER SE REPOSER OU CONTINUER LEURS CRIMES AILLEURS, NOTAMMENT EN ALGERIE, EN MAURITANIE OU EN LIBYE, ET REVENIR A LA CHARGE AU MALI A LA PREMIERE OCCASION.
    Si les nomades, dont certains sont complices des narcotrafiquants, surmontaient leur peur panique des terroristes pour informer les troupes de la CEDEAO, la guerre s’achèvera dans moins d’un mois. Le problème est qu’ils sont assez isolés dans le désert livrés aux terroristes. CEPENDANT, CERTAINS NOMADES DISPOSENT MAINTENANT DE TELEPHONES SATELLITAIRES. ILS SE RETROUVENT AUX FOIRES HEBDOMADAIRES. ILS SONT NORMALEMENT CONVOQUES PAR L’ADMINISTRATION QUI RETOURNERA AU NORD BIENTOT.
    Il ne reste plus qu’à prier pour que La confusion ne perdure entre MILICES ANARCHIQUES ET BRIGADES D’AUTODEFENSE UTILISEES AVEC SUCCES PAR L’ARMEE MALIENNE PAR LE PASSE. Mais si nos grands stratèges oublient la défense des centaines de villes et de villages isolés du champ par des brigades d’autodéfense encadrées par l’armée, alors les milices anarchiques verront inévitablement le jour. CAR LES BANDITS ISOLES NE MANQUERONT PAS DE HARCELER, COMME TOUJOURS, LES ZONES DEGARNIES.
    Les villes importantes pourront toujours être protégées par LES TROUPES DE LA CEDEAO QUI EVENTUELLEMENT POURRAIENT SECURISER LA REPRISE DES PROJETS DE DEVELOPPEMENT IMPORTANTS DEJA FINANCES AU NORD MALI (Barrage de Taoussa, Route Niono -Tombouctou, Route Bourem-Kidal, etc.). CAR, IL NE FAUDRAIT JAMAIS OUBLIER QUE LE BANDITISME/TERRORISME SE NOURRIT AVANT TOUT DE L’ANALPHABETISME, SURTOUT DU CHOMAGE ET DU DESESPOIR DE JEUNES DESŒUVRES.

  3. kamara

    « Ils recommandent que 5.500 soldats soient déployés, au lieu des 3.200 prévus dans la proposition initiale de la Cédéao », a ajouté cette source, et les troupes supplémentaires viendraient « d’Etats hors Cédéao ».

    mes freres malien, cela veut dire que les etats unis et la france vont stationner une en permanence une force de 2300 hommes dans le nord du mali. une fois la base installer, ils vont y faire venir les drones deja stationnes au burkina faso, et vont pouvoir commencer la conquête de Lalgerie pour lui prendre son pétrole. car dites vous bien qu’apres la libye, c’était l’algerie la prochaine cible, car ces deux pays sont tres riches en pétrole at aux portes de l’Europe. comme la chine monte tres en puissance, l’occident veut mettre dabord la main sur le pétrole qui se trouve a ses frontières . la libye etait facile, ils ont profite de la premiere occaion, puisque Kadafi avait finit par faire la paix avec eux. pour l’algerie, on va profiter des trafiquant qui se trouve au sahel pour l’attaquer. on voulait juste un pretexte pour sinstaller au nord du mali. les sois disant dirigeant de l’azawad sont tres bien recus en france. ce sont des complices.
    en conclusion, le mali ne devrait jamais accepter des forces non africaines parmi les militaires qui auront le pied au sol, et meme ceux qui apportent le soutien logistique, on doit avoir une date precise de leur retrait.

    en réalité, meme frères, si les malien ne se levent pas pour defendre leur pays, ils le perdront a jamais . cest pas le moment de parler de democratie et d’élections. cest le moment de s’enroler dans l’armée et de s’unir pour defendre le pays avant qu’il ne devienne un afganistant. de puis que les troupes de l’onu sont au congo, la guerre empire labas, et ils ne veulent meme plus partir. cest une force d’occupation de fait comme en cote d’ivoire.
    il suffit a l’armee malienne de reprendre les villes au bord du fleuve Niger, et l’azawad n’existera plus. un pays sans fleuve ou rivière est mort né. apres on pourra conquerir le reste du territoire. mais personne ne le fera pour les malien. la démocratie n’existe pas. defendez le pays dabord, et parlementez apres

    • fakolyhakika1

      « en réalité, meme frères, si les malien ne se levent pas pour defendre leur pays, ils le perdront a jamais . cest pas le moment de parler de democratie et d’élections. cest le moment de s’enroler dans l’armée et de s’unir pour defendre le pays avant qu’il ne devienne un afganistant. de puis que les troupes de l’onu sont au congo, la guerre empire labas, et ils ne veulent meme plus partir. cest une force d’occupation de fait comme en cote d’ivoire.
      il suffit a l’armée malienne de reprendre les villes au bord du fleuve Niger, et l’azawad n’existera plus. un pays sans fleuve ou rivière est mort né. apres on pourra conquerir le reste du territoire. mais personne ne le fera pour les malien. la démocratie n’existe pas. defendez le pays dabord, et parlementez après »

      Mon frère je me demande où vous vivez actuellement???? vous ne savez pas que nous avons déjà perdu notre pays ( les 2/3 sont perdus) depuis la débâcle de nos nullards de soldats il y a presque 8 mois. :?: :?: :?: Alors pour la paix au nord, le peuple du mali demande vivement le soutien de ses amis point barre. :?: :?: :?: :?:

    • nonalinertie

      Mr Kamara, vous nous faites retourner à 8 mois en arrière. Le CNDERRIERE vous a déjà dit qu’il n’a pas les moyens de libérer le Nord. Ou vous voudrez que les nordistes continuent à être volés, violés, lapidés, assassinés, etc. etc. Et encore. Et toujours!

  4. mbè faso fè

    Bonjour Dr Anasser et Mr Moussa AG. excusez-moi de m’interférer dans votre débat si passionnant et plein de lucidité. J’ai longtemps apprécié vos commentaires avant ceux de ce soir. Merci pour votre éclairage.
    Seulement, lorsque quelqu’un prend les armes contre la nation dont il est ressortissant, à mon avis il n’y a plus de négociation possible. A ce niveau, il n’y a qu’une alternative :
    - Soit ils décident de déposer les armes, et de ce fait ils sont traduits devant la justice avec tout ce que cela va comporter comme conséquences,
    - Soit ils refusent ce terme, et dans ces conditions ils devront faire face à une guerre implacable qui leur sera menée, quelque soit l’armée qui la fera.
    DANS TOUS LES CAS, CES INDIVIDUS NE PEUVENT S’EN TIRER A SI BON COMPTE.
    DR Anasser, tout ce à quoi vous faites allusion pour ce qui concerne les aspects d’après-guerre sont déjà contenus dans tous les documents ficelés au terme des différentes négociations toujours violées par les même individus. On ne peut passer sa vie à toujours revenir sur les mêmes sujets.
    Le danger le plus grand et de loin le plus inquiétant réside dans la complicité active du gouvernement du Burkina Faso avec les criminels du nord. Ne nous voilons pas la face, tous ces groupes islamo-terroristes sont entrés au Mali par les bonnes grâces du MNLA, soutenu en cela par BLAISE COMPAORE sur instigation de Nicolas Sarkozy. La médiation Burkinabé est plus nocive pour le Mali que l’existence des groupes terroristes. Nous Maliens payons le prix de notre soutien à Mouammar Kaddafi et notre refus de soutenir l’assassinat programmé de ce monsieur.
    J’espère bien continuer à lire vos commentaires pleins de bon sens.
    Bon week-end

    • Dr ANASSER AG RHISSA

      AIDONS-NOUS, LES AUTRES (CEDEAO/UA/ONU, …) SUIVRONT

      Bonjour,
      Merci aux uns et aux autres pour vos commentaires.

      Merci Mbè faso fè de s’interférer dans les échanges entre Moussa Ag et moi. Merci de trouver ces échanges passionnants et pleins de lucidité.

      Sachez que plus l’intérêt d’un sujet est grand plus s’y intéressent plusieurs personnes. Soyons donc encore plus nombreux à participer aux débats pour trouver une porte de sortie de la crise Malienne.

      Vous avez raison, une fois que quelqu’un prend les armes contre sa nation, il n’y a que l’alternative dont vous parlez à savoir faire face à la justice ou être confronté à une guerre. Il doit assumer car malgré l’existence d’autres moyens pour revendiquer, à savoir la démocratie, la citoyenneté et la gouvernance participative, il a choisi la violence.

      Concernant les aspects d’après guerre, il faut savoir Mbè faso fè que toute négociation ou réconciliation a ses spécificités. En créant des garde-fous (critères vérifiables et contrôlables) assortis de pénalités (lien avec la justice), les négociations ou réconciliations ne seront pas, ne seront plus violées au risque d’être disqualifié d’office. Ainsi, on évitera (votre crainte) de revenir constamment sur les mêmes sujets et sur les mêmes problèmes.

      Quant à la médiation Burkinabè dans la crise Malienne, décidée par la CEDEAO, les Maliens doivent jouer leur rôle et aller à la table de négociation à travers LA COMMISSION AUX NEGOCIATIONS du haut conseil d’Etat qui doit maintenant voir le jour. C’est ainsi que le Mali fera valoir les contraintes d’intégrité territoriale et de laïcité. En même temps l’impartialité ou la partialité du médiateur sera constatée publiquement.

      Le Mali doit jouer son rôle convenablement afin de laver ou de se faire aider pour laver proprement et durablement l’affront de l’occupation de son territoire.

      Ce n’est qu’ainsi que la communauté internationale (CEDEAO/UA/ONU, …) pourra aider le Mali.

      Aidons-nous, les autres nous aiderons.

      Bien cordialement
      Dr ANASSER AG RHISSA
      EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
      E-mail : Webanassane@yahoo.com

    • moussa ag

      Mon cher …
      Je suis d’accord avec toi….à part que je préfère m’en prendre à nos autorités avant de m’en prendre au Burkina…
      Seul les autorites maliennes ont la première responsabilité d’assurer la sécurité des citoyens Maliens…
      TOUT LE RESTE DEVIENT POLITIQUE INTERNATIONALE…OU CHACUN EST SUPPOSÉ TIRER D’ABORDS VERS LES INTÉRÊTS DE SON PAYS…

      En tout cas…négocier quoique ce soit avec les assaillants agresseurs du Mali et une erreur et une trahison nationale … Y’AURA A NÉGOCIER MAIS PAS AUJOURD’HUI….

      Contrairement au très respectable Dr. Ag Rhissa… je pense que le Mali ne doit même pas s’assoir à la table de négociations avec les assaillants en ce jour….

      Je tiens à rappeler que Dr. Ag Rhissa pense … tout comme moi… que les assaillants qui déposent les armes doivent faire face à la justice….JUSTE UNE PRÉCISION…

      Vous faites allusion au MNLA a juste titre… si vous n’êtes pas familier avec IYAD et autres…je vous recommande de faire un minimum de recherche … vous verrez que vous avez raison…

      Je me demande toujours pourquoi on parle de NÉGOCIER avec le Mali …pendant que nous on a fuit…ILS N’ONT QU’À NÉGOCIER ENTRE EUX…LES FUYARDS N’ONT PAS DE VOIX…

      Moussa Ag, qui pense que LES NÉGOCIATIONS IMPLIQUANTS LE MALI… NE DOIVENT SE TENIR QUE QUAND LE MALI ET SES ALLIÉS AURONT LE DESSUS SUR LES ENNEMIS

    • nonalinertie

      Blaise ne fait que jouer son rôle de médiateur, même si dans la pratique, cette médiation semble s’opposer à la guerre. Mais Blaise est dans la CEDEAO, donc il est pour la guerre. Mais qui croit réellement à ces criminels sans foi ni loi ? Personne n’a jamais vu ces assassins se faire réellement la guerre, juste de petites querelles de famille de temps à autre. ANESARDINE, en annonçant publiquement qu’elle ne fait pas la guerre à ses frères musulmans d’AQMI, suppose que nous autres nordistes maliens ainsi que l’armée malienne sommes des cafres, à supposer qu’un mécréant ne mérite pas de respect. Sur le terrain, rien n’a réellement changé, à part un djihadiste du MUJAO qui a fui au Niger, les autres étant menacés de mort s’ils initiaient la même tentative. ET LES MALIENS DOIVENT APPLAUDIR, NEGOCIER POUR NE PLUS ETRE FOUETTES ET RECEVOIR LES COUPS DE FOUET A LA PREMIERE OCCASION. Comme au paradis perdu de l’esclavage. Nous autres ne constatons que voiles imposés, exil et surpâturages dans les pays voisins, lapidations, amputations, assassinats, arrêt de tout processus de développement au Nord Mali…

  5. Taba

    Une coalition bien soudee !

    Le Burkina-Faso et l’Algerie ont montre amplement qu’ils ne defendaient pas les interets Maliens. L’un protege le MNLA et l’autre, Ancar Dine. Pour
    nous, leurs actions vont conduire a perenniser les conflits armes au Nord du Mali .En effet, ces deux organisations ont laisse entendre qu’elles ne couperont jamais leurs liens ni avec AQMI, ni avec MUJAO .Ce que nous allons observer ,c’est un jeu perfide. Aux heures critiques,( combats violents pouvant conduire a une deroute, ou bombardements bien cibles ,sans issue), le MNLA et Ancar Dine vont recuperer les salafistes et les djehadistes de MUJAO et AQMI pour les proteger contre une mort certaine et les lacher ensuite aux combats aux moments opportuns. Deja , certains de ces combattants rejoignent Ancar Dine pour se cacher.
    La demarche du MNLA et d’Ancar Dine est jonchee de mensonges et de fourberies. Ce que les partenaires doivent savoir c’est que les responsables Maliens qui tratent avec ces rebelles Touaregues depuis maintenant 50 ans, les connaissent bien. Ils ignorent l’importance de tenir parole. Ce groupe de rebelles sont bel et bien des specialistes de la rebellion.Les grands chefs en tirent des fortunes incalculables et un statut social. Il serait tristement regretable que ceux qui viennent de les connaitre, au lieu de preter une oreille attentive aux propos des Maliens, s’evertuent au contraire a imposer leurs idees tant soit peu saugrenues aux decideurs Maliens.
    Les resultats de ces soi-disant negociations sera de perenniser les conflits armes au Sahara ,d’exposer la vie des soldats a des dangers continuels et de faire planer les risques d’actes terroristes sur plusieurs pays europeens et africains.
    Est-il pensable qu’un groupuscule de 2000 a 3000 rebelles Touaregues, si l’on fait abstraction de leurs « esclaves », veuille creer un Etat sur les vestiges de civilations millenaires ,revivifiees par un clan immortel de djelis.
    L’armee Malienne n’a pas encore ete consultee.Acceptera-t-elle de collaborer avec ces faux rejetons, ces perfides qui ne font que de preter de faux serments au cours des ans ?
    Les Francais savent qu’en temps de guerre c’est le Patriotisme qui prevaut. En realite, le Mali a besoin, en ces moments tragiques ,non d’un democrate, mais d’un grand patriote pour remettre le territoire national dans ses frontieres. Bien attendu , quand la paix reviendra, la democratie suivra son cours.Cependant ,les classes politiques du Mali , toutes confondues, ont dit oui au retour a l’ordre constitutionnel, a l’organisation des elections des que possible .Quant au principe de negociation ,le probleme a besoin d’etre approfondi . Il se peut que les dirigeants du MNLA et d’Ancar Dine soient sous pression de leurs clans respectifs pour epargner les populations touaregues de l’atrocite d’une guerre. Dans ce cas , qu’ils deposent les armes et se mettent a la disposition de l’armee Malienne. Ce dont le Plan d’intervention a besoin , c’est davantage une equipe bien soudee qu’un large
    rassemblement truffe de perfides et malade de dissentions interieures.

  6. Dr ANASSER AG RHISSA

    COORDINATIONS ET HARMONISATIONS SONT INDISPENSABLES POUR SUPPORTER EFFICACEMENT L’ÉLAN D’ENSEMBLE (NATIONAL/CEDEAO/UA/ONU) POUR LA RESTAURATION DE INTÉGRITÉ DU MALI.

    LE MALI ET SES FORCES DE DÉFENSE ET SÉCURITÉ DOIVENT JOUER UN RÔLE CENTRAL DANS UN TEL ÉLAN HARMONISÉ.

    Bonjour,
    Pour éradiquer définitivement la crise au Mali, les coordinations à tous les niveaux et entre les niveaux (LOCAL/NATIONAL/CEDEAO/UA/ONU) sont indispensables.

    Le Mali et ses forces de défense et sécurité doivent jouer un rôle central dans de telles coordinations et les adaptations nécessaires à tous les niveaux.

    Malgré le fait que ces coordinations ne seront pas aisées, les forces de défense et sécurité du Mali ne doivent pas faillir au risque que cela soit mal interprété. La confiance doit leur être accordée, à elles de démontrer qu’elles la méritent.

    Elles en sortiront grandies si ces coordinations et les adaptations associées se révèlent efficaces. C’est de l’intérêt de Sanogo et du haut commandement, à eux, donc, de contribuer à piloter sérieusement et efficacement ces coordinations et adaptations (harmonisations).
    Soutenant une guerre informationnelle (guerre stratégique de renseignements), ces coordinations et harmonisations constitueront le cœur du système de restauration de l’intégrité territoriale du Mali.

    Aucune faille ne doit être acceptée. Chacun, à commencer par les Maliens, doit y jouer son rôle pour l’efficacité global de cet élan d’ensemble.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail : webanasane@yahoo.com
    TEL 00336 15 39 67 79

  7. UN MALI FORT

    Dans l’impossibilite’ de deployer 3 200 soldats,nous passons maintenant a 5 500 soldats,aviez vous reellement l’intention de liberer le Mali de ces predateurs islamiques.

    • andre samake

      D’accord avec vous.Longue et lourde bureaucratie. Le nombre ne fait pas la guerre: esprit de combat, determination, conviction…

      • moussa ag

        D’accord avec tous les deux…mais le maximum de resources est nécessaire pour minimiser en ce moment pour minimiser les risques….ON A DONNÉ TROP DE TEMPS À L’ENNEMI DE S’IMPLANTER….

        En plus…il est nécessaire en mon opinion de s’assurer que les fanfarons de SANOGO n’aient pas l’idée d’interférer avec l’opération….JUSTE MON OPINION

        Moussa Ag, qui pense que le nombre de troupe minimisera le risque de l’opération si bien coordonnée…IL FAUT LA PRESSION SUR LE TERRAIN POUR FORCER L’ENNEMI À FUIR LES VILLES ET DÉCOUVRIR SON FRONT DANS LE SABLE … et BOOOOMM DU CIEL !!!!

  8. moussa ag

    Bonjour Dr.

    Ça faisait un peu longtemps…j’espère que tout va bien et que vous avez passé une bonne fête…
    Ça fait plaisir de vous relire…

    Je trouve que vous avez raison ici mais je ne suis pas sûre que la coordination avec les forces de sécurité malienne sera facile …PUISQUE CES FORCES SONT « DIRIGÉES » PAR UN FANFARON DE SOLDAT RATÉ QUI A TOUJOURS LA TROUILLE D’UNE BONNE PARTIE DE CES MÊMES FORCES ET N’A POINT CONFIANCE À TOUT CE QUI RÉSONNE « FORCES ÉTRANGÈRES »….

    Aussi…de l’autre côté … le nombre ne fait que augmenter … comme si ils veulent une présence impression qui assurera que des cancres du côté de notre armée … JE PARLE DE LA RACAILLE SUPPORTEUR DE SANOGO ET SA MILICE DU CNDR…ne se donnent aucune idée de vouloir ou pouvoir mettre les bâtons dans les roues de la mission….

    Pour moi…la stratégie … en quelques mots … doit être de mettre la pression sur terre et forcer l’ennemi à fuir les villes et découvrir son front dans le sable….et puis BOOOMMM …LE TONNERRE!!!!

    Ça a marché contre Kadaffi…et je précise que je déplore son assassinat et n’était pas supporteur de l’action….

    Bon…je suis loin d’être strategiste militaire avec un esprit aussi simple… et cette approche est fondée sur la guerre informationnelle que vous avez suffisamment mentionné….

    Sur le même sujet….

    Que pensez vous de la nouvelle stratégie L’ARSON QUI VEUT JOUER AUX POMPIERS de l’ansardine???
    Moi je pense qu’il faut les brûler jusqu’à la racine d’abord avant qu’on amène de l’eau sur le terrain…donc IYAD ET TOUT LE LEADERSHIP DE TOUS CES GROUPES TUÉS D’ABORD AVANT QU’ON NE PARLE DE NÉGOCIATIONS ….mais j’aimerai savoir votre opinion …

    Quand et avec qui NÉGOCIER???

    Aussi… une grosse question se pose…QUOI FAIRE APRÈS LA GUERRE POUR SE RASSURER QUE CETTE CATASTROPHE NE SE RÉPÈTE PLUS JAMAIS…

    En mon opinion…UNE GUERRE N’EST JAMAIS GAGNÉE SI L’APRES-GUERRE N’EST PAS BIEN ANTICIPÉ … le MNLA l’a appris à ces dépends….

    Finallement….et le débat sur la candidature de l’ASTRO-PM?
    Doit il être libre de se présenter?

    Bien que je n’ai pas du tout apprécié ses efforts très léthargiques pour libérer le pays et sa COMPLICITÉ opportuniste avec l’illégitimité au détriment de l’intérêt national … il n’y a pas de texte écrit qui l’interdise…

    LES SOLDATS RATÉS NE SONT PAS LA LOI…. MAIS IL DOIT DEMISSIONER …bien qu’il s’est déjà bien implanté avec des nominations ridicules….

    Moussa Ag, qui est content de relire le Doc. … le Mali demeure très malade … le diagnostique et traitement de tous les Dr. seront nécessaire … si même suffisants….

    • moussa ag

      Adressé au Dr. Anasser Ag Rhissa…

      Moussa Ag

      • Dr ANASSER AG RHISSA

        Bonjour,
        Merci Moussa Ag de s’inquiéter de mon absence depuis quelques jours du portail maliweb et d’avoir apprécié ma contribution et l’indispensable effort de coordination associé.

        Comme je l’avais déjà dit à l’occasion d’échanges avec certains internautes, j’étais en missions au Niger et au Burkina respectivement pour la préparation et l’animation d’un séminaire international sur la bonne gouvernance et les TIC au service du développement durable, de l’assainissement, de la paix et de la sécurité. Il est destiné à des profils managers, décideurs et aux responsables TIC (Technologies d’Information et Communication).

        La fête de Tabaski s’est bien passée. Espérons qu’elle ait apporté aux uns et aux autres la clairvoyance nécessaire pour la compréhension et la participation à ce qui se prépare pour libérer le Mali et a insufflé à chacun la patience pour accompagner et participer à cet élan d’ensemble (NATIONAL/CEDEAO/UA/ONU) qui ne sera efficace que s’il est bien coordonné, bien préparé et le concept harmonisé de l’intervention bien compris et bien intégré par tous. Aucune faille ne doit être acceptée.

        Concernant les questions de négociation, pourquoi et avec qui négocier, je vous ai déjà répondu à plusieurs reprises à ces questions : Revoir ma proposition détaillée de sortie de la crise Malienne publiée sur agora21. Elle est intitulée : Mali : SECURISER LA POPULATION PUIS OPTER POUR UNE SORTIE DE CRISE, HONORABLE POUR TOUS, EN GARANTISSANT LA RECONCILIATION ET L’UNITE NATIONALES PAR UNE SOLUTION NEGOCIEE VIA UNE CONFERENCE GLOBALE DE COMPROMIS ENTRE MALIENS.

        Cette proposition correspond à une solution pérenne de sortie de crise : elle traite aussi les aspects après guerre (développement durable, décentralisation, réconciliation nationale, paix et sécurité).

        La démocratie est un des points centraux de cette solution. C’est par elle que le Mali résoudra durablement la crise qui le secoue actuellement. Ainsi, les Maliens sauront sanctionner, le moment venu, ceux qui ne s’y conforment pas.

        Concernant les acteurs de la transition actuelle, au Mali, comme dit dès le départ, ils ne devront pas se présenter à l’élection présidentielle prochaine : c’est à eux de la préparer de façon transparente, on ne peut pas être juge et partie.

        Bien cordialement
        Dr ANASSER AG RHISSA
        EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
        E-mail : webanassane@yahoo.com
        TEL 00336 15 39 67 79

        • moussa ag

          Dr. Ag Rhissa…

          Merci de la prompte réponse.

          Je suis assez familier avec vos suggestions et je compte les revisiter …mais je voudrai votre opinion sur l’assurance de la sécurité après la guerre….et le sort réservé aux ennemis combattants qui renonceront aux armes….

          Bien que personnellement … je trouve qu’il faut exterminer toute cette racaille … je sais bien que ce n’est pas la solution realistique….en on ne doit jamais exécuter un combattant prisonnier…. MAIS LES INTÉGRER DANS L’ARMÉE …comme l’a ete faite dans le passé DOIT ETRE HORS DE QUESTION EN MON OPINION….pourtant il y’aura à adresser ce point…

          QUELLES SONT VOS IDÉES?

          Je m’excuse d’avance mais je pose ces questions parceque je doute avoir la bonne réponse…

          Moussa Ag, qui apprécie les contributions du Dr. Ag Rhissa…elles ont toujours été raisonnées et raisonnables…BON JE PEUX DIRE LA MÊME A PROPOS DE MES PROPRES COMMENTAIRES AUSSI :-)

          • Dr ANASSER AG RHISSA

            Bonjour,
            La sécurité après la guerre, pour être assurée, doit être préparée pendant la phase de négociation et/ou la phase de réconciliation nationale. Elle doit être assurée par les forces de défense et sécurité du Mali.

            Compte-tenu de son importance, LA SÉCURITÉ doit être prise en compte sérieusement POUR ÉVITER UNE SPIRALE DE VIOLENCE ET D’INSÉCURITÉ.

            D’après moi, ceux qui renoncent aux armes doivent être jugés (par la justice publique et militaire) pour les actes commis antérieurement et reclasser éventuellement dans l’armée, contrairement à ce que tu penses, en fonction de la décision retenue par la justice.

            C’est à la justice de juger ET éventuellement de punir ou condamner.

            Merci d’apprécier mes contributions, Moussa Ag. Les tiennes, bien que des fois intéressantes présentent l’inconvénient de contenir DES FOIS des insultes ou des jugements extrêmes (oubliant le rôle de la justice par exemple).

            Bien cordialement
            Dr ANASSER AG RHISSA
            EXPERT TIC ET GOUVERNANCE

  9. Dr ANASSER AG RHISSA

    LA PARTICIPATION DE TOUS LES MALIENS ET LES COORDINATIONS INTRA et INTER-NIVEAUX (LOCAL/NATIONAL/CEDEAO/UA/ONU), SONT INDISPENSABLES POUR UNE RÉUSSITE SANS FAILLE DE LA RESTAURATION DE L’INTÉGRITÉ TERRITORIALE DU MALI ET DE LA RÉCONCILIATION NATIONALE

    Bonjour,
    Je ne pense pas que ça soit le moment d’agir seul, le Mali doit mener des actions conjointes avec la CEDEAO/UA/ONU car quand l’intervention des forces de défense et de sécurité du Mali se fera à un endroit donné, les terroristes attaqueront ailleurs au Mali et/ou dans la sous-région et/ou au niveau international.

    C’est ainsi qu’un plan global est nécessaire en incluant le renfort des forces de défense et de sécurité du Mali par le contingent de la CEDEAO/UA/ONU et en les repartissant sur l’ensemble du territoire Malien tout en privilégiant les zones occupées.

    Une action conjointe globale, bien préparée, bien ciblée et limitée dans le temps est donc indispensable à travers une guerre informationnelle (guerre d’intelligence stratégique axée sur des renseignements judicieusement coordonnés, vérifiés et sécurisés) pouvant utiliser des drones (avions de guerre sans pilote) en évitant, autant que possible, les dégâts collatéraux.

    La participation de tous les Maliens et les coordinations à tous les niveaux, local/national/régional/international et entre tous les niveaux (LOCAL/NATIONAL/CEDEAO/UA/ONU), sont indispensables pour une réussite sans faille de la restauration de l’intégrité territoriale du Mali et de la réconciliation nationale.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: Webanassane@yahoo.com

    • Malaxi

      Ont n’a besoin des personnes. Comme vous au pay il faut rentre je lit souvent vos commentaire bon courage

      • Dr ANASSER AG RHISSA

        Bonjour,
        Merci Malaxi de lire souvent mes contributions et de les apprécier.

        Sachez qu’on peut être utile à son pays de partout.

        Sachant que j’en ai fait la demande, quand le pays me fera l’honneur de m’appeler, je viendrai.

        Bien cordialement
        Dr ANASSER AG RHISSA
        EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
        E-mail: Webanassane@yahoo.com

        • soldat rate

          Je ne vous recommande pas de vous hasardez dedans avant des elections libres et democratiques….

          QUAND LA TETE NE REPRESENTE PAS LA VOIX ET LE CHOIX DU PEUPLE….LE CORPS …MEME SI TRES BONNE…NE PEUT PAS REELLEMENT BIEN FONCTIONNER…

          Moussa Ag, qui pense que la contribution du Dr. sera plus utile au Mali … dans un environment plus sain et democratique….

          • Dr ANASSER AG RHISSA

            Bonjour,
            Merci Moussa Ag pour ces conseils mais je pense que c’est aux Maliens ensemble de créer l’environnement sain et démocratique dont vous parlez.

            La participation de tous est souhaitée et souhaitable.

            De toute façon de partout on peut être utile à son pays, si on le veut.

            Bien cordialement
            Dr ANASSER AG RHISSA
            EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
            E-mail: Webanassane@yahoo.com