Mise en place du schéma d’infrastructure de qualité de la CEDEAO : Les experts de l’espace étaient en conclave à Bamako

1
Mise en place du schéma d’infrastructure de qualité de la CEDEAO
Le ministre du développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim lors de la clôture des travaux

Au Mali s’est tenu du 1er au 3février dernier un atelier d’information sur les résultats de l’étude pour la mise en place du schéma de l’infrastructure qualité de la CEDEAO.

-Maliweb.net- Durant  trois jours une quarantaine de participants venus de l’espace et de la Mauritanie en plus des partenaires techniques et financiers se sont réunis  à l’hôtel Radisson Blu de Bamako dans  le cadre des travaux sur les résultats de l’étude pour la mise en place du schéma de l’infrastructure de qualité de la CEDEAO. Ils  ont minutieusement examiné le rapport de l’étude  sur les  thématiques relatifs à l’ infrastructure pour ensuite  formuler  les propositions de textes servant de directive aux structures nationales de liaison dans les différents domaines de qualité. Et les propositions issues de l’atelier ont été peaufinées en   textes  qui seront prochainement soumis à la validation des ministres en charge dans l’espace.

Kalilou Traoré et Bernard Bau

Les cérémonies d’ouverture et de clôture  étaient présidées par le ministre du développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim  avec à ses côtés le  Commissaire de la CEDEAO, chargé de l’Industrie et de la Promotion du secteur privé, Kalilou Traoré et  le Responsable –système –qualité de l’Afrique de l’Ouest et de l’ONUDI, Bernard Bau. Comme l’a  rappelé  le  Commissaire de la CEDEAO, Kalilou Traoré, cet atelier visait à informer les  différents acteurs  sur le contenu de l’étude pour la mise en place du schéma de l’infrastructure de la qualité de la CEDEAO qui est une des priorités de son département. Kalilou  Traoré poursuivra pour dire que la mise en place d’une infrastructure de qualité va sans nul doute permettre de rehausser le niveau de la qualité des entreprises qui pourront dorénavant  se présenter avec les normes requises dans un contexte de mondialisation et d’ouverture sur les marchés où les exigences sont de plus en plus portées sur la qualité et la compétition.  Pour reprendre le Commissaire de la CEDEAO, chargé de l’industrie et de la promotion du secteur privé, « Désormais nos pays ne seront plus sans qualité… », en effet comme indiqué par M. Traoré,  le but est d’améliorer la qualité de vie de nos populations en les offrant un service de qualité. Et c’est dans ce cadre qu’au cours de la rencontre, les échanges ont porté sur  les points concernant la mise à niveau des différentes parties prenantes ; à l’ appui  des pays  pour la mise en place du mécanisme en plus de l’accompagnement des entreprises pour la réalisation des infrastructure de qualité dans l’espace  en fédérant les actions.  Rappelons qu’il s’agit  d’un  projet financé par l’Union Européenne à un coût de 12 millions de F CFA. Le représentant de l’ONUDI, responsable du programme PASAP, Bernard Bau, n’a pas manqué de mettre l’accent sur l’importance de la mise en place d’infrastructure de qualité de la CEDEAO pour l’espace européenne qui s’approvisionne en grande partie sur nos marchés.   Comme souligné par M. Bau, l’UE et la CEDEAO, entretiennent un grand partenariat qui ambitionne d’élargir le marché européen.  Et tous deux comptent protéger ses consommateurs et entreprises en veillant  sur la qualité des produits et infrastructures. Un avis largement partagé par le ministre malien du développement et de l’industrie, Mohamed Ali ag Ibrahim dont les propos ont souligné l’importance d’infrastructure de la qualité  pour le développement des affaires dans l’espace. Et c’est face à ces enjeux que la commission de la CEDEAO a procédé à la mise en place d’un conseil communautaire, des experts du secteur de la qualité qui se sont attelés pour  la mise en place d’une agence régionale de la qualité qui sera l’exécutif.  L’agence régionale aura pour mission de réguler la qualité dans l’espace CEDEAO et de faciliter avec l’international.

Khadydiatou SANOGO/Maliweb.net

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. De quoi parlent-ils ? standardisation ou normalisation?Les infrastructures en general?Les multinationales ont developpe une grande expertise chinoise dans le secteur manufacturier.Je conseillerais aux industrtiels de la CEDEAo de former des entreprises d’economie mixte avec leurs partenaires chinois.La qualite des produits manufacturiers sera realisee sans tarder,Ces enprises pourront vendre leurs produits sur le marche de la CEDEAO et exporter une large part a l’exterieur.La CEDEAO pourrait demander a la Chine de creer un Bureau de partenariat prive et faciliter ainsi la formation des entreprises mixtes.Avec le changement probable de la politique d’investissement de la Chine ,la contraignant a se focaliser davantage sur son marche interieur,les entreprises chinoises seront plus disposees a la formation des entreprises conjointes avec les entrepreneurs Africains.Cette strategie accelera le rythme d’industrialisation de la CEDEAO et le developpement des capacites industrielles en Afrique.Les Etats membres offriront la citoyennete a ces entrepreneurs Chinois ,coreens,thailandais,etc,et leurs hauts cadres techniques,etc.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here