Nouvel appel des chefs militaires de la CEDEAO en faveur du Mali

7

Le ComitĂ© des chefs d’état-major de la CEDEAO a achevĂ© samedi Ă  Abidjan, sa rĂ©union de deux jours par un appel Ă  la rĂ©solution de la crise malienne.

Un communiquĂ© de la Commission de la CEDEAO publiĂ© dimanche Ă  Abuja indique que le ComitĂ© a repris certaines des propositions faites lors des rĂ©unions extraordinaires du 14 du 24 aoĂ»t 2012, respectivement Ă  Bamako et Ă  Abidjan, et qui sollicitaient l’appui des gouvernements des pays voisins, notamment l’AlgĂ©rie et la Mauritanie, pour faciliter le dĂ©ploiement de la Mission de la CEDEAO au Mali (MICEMA).

Le communiquĂ© a prĂ©cisĂ© que la rĂ©union avait Ă©tĂ© convoquĂ©e pour examiner la requĂȘte des autoritĂ©s malien auprĂšs de la CEDEAO pour un soutien militaire dans la reconquĂȘte des ses territoires du nord et la lutte contre la propagation du terrorisme dans la rĂ©gion.

Les dirigeants militaires de la sous-rĂ©gion ont Ă©galement invitĂ© la CEDEAO et le gouvernement malien Ă  lancer une vaste campagne mĂ©diatique pour crĂ©er et maintenir une prise de conscience des citoyens du Mali, notamment les forces armĂ©es, de l’urgente nĂ©cessitĂ© d’un dĂ©ploiement d’une force d’intervention rĂ©gionale.

Les chefs des armĂ©es de la sous-rĂ©gion ont encouragĂ© les autoritĂ©s maliennes Ă  multiplier les efforts pour engager le dialogue interne avec les rebelles, dans le cadre d’un mĂ©canisme national de gestion stratĂ©gique pour mettre fin Ă  la crise.

Ils demandent aussi aux autoritĂ©s du Mali de se conformer Ă  la RĂ©solution 2056 des Nations Unies sur le retrait total du Conseil national de redressement et de restauration de l’Etat (CNDRE, ex-junte) de la scĂšne politique.

”La RĂ©solution 2056 appelle aussi Ă  la dissolution du CNDRE et invite ses membres Ă  se garder de toute ingĂ©rence dans les affaires politiques et dans le travail des autoritĂ©s de la Transition”, a ajoutĂ© le communiquĂ©.

Lors de l’ouverture vendredi de la rencontre, Le Commissaire la CEDEAO pour les affaires politiques, la paix et la sĂ©curitĂ©, Mme Salamatu Hussaini Suleiman, le ministre malien de la DĂ©fense, M. Paul Koffi Koffi et chef d’état-major de l’armĂ©e ivoirienne, le gĂ©nĂ©ral SoumaĂŻla Bakayoko avaient insistĂ© sur le caractĂšre trĂšs sensible et l’importance de la rĂ©union.

Toutes ces personnalitĂ©s avaient soulignĂ© la nĂ©cessitĂ© de rĂ©pondre aux attentes de l’AutoritĂ© des chefs d’Etat et de gouvernement, en Ă©cartant les menaces sur la paix et la sĂ©curitĂ© dans la sous-rĂ©gion, en restaurant l’intĂ©gritĂ© territoriale du Mali et en aidant Ă  assurer une transition en douceur et au retour de l’ordre constitutionnel normal dans le pays.
apanews.net/2012-09-16 16:57:55

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Alabina, un peu de respet pour les leaders.
    Si tu as des parents au Nord ce pas une raison que le pays s’engage san bien etudie les concequences. Une problem de 20an peu jamais etre regler en vitesse.
    Vous croi que le CEDEAO vien libere le Nord en 2 jours?
    Si certain membre de la CEDEAO meme est active pour detrui le Mali, donc ce pas une guerre guarantie.
    Avec l’ arme supper de la Nigeria, le BOKO HARAM on deja tue 1200 Nigerians.
    Une operation militair demande bocoup des analyses et preparation, car le Mali peu pas ouvert toute son strategic militair a d’autre voisin qui travail pour nous detrui.
    Don pense vous un peu les Maliens,et laisse l’autorite faire son travail en paix.
    Merci

  2. Qui va reprocher aux militaires maliens de vouloir se battre? De vouloir ĂȘtre en premiĂšre ligne, l’aviation CEDEAO leur facilitant le travail. Le vrai problĂšme, c’est que nombre de soldats maliens ne sont que des voyous (demander Djoncounda, Soumaila et beaucoup de journalistes et citoyens ordinaires). Et qu’à ce titre, ils ont peur des troupes de la CEDEAO, comme les bandits armĂ©s du Nord qui ne vivent que de rackets, d’enlĂšvements et de trafics en tout genre

    Avec cette requĂȘte malienne Ă  la CEDEAO, le monde entier peut maintenant s’organiser pour libĂ©rer le Nord Mali, rĂ©former l’armĂ©e malienne, en collaboration avec les forces rĂ©elles du Nord, le COREN notamment. Comment les centaines de villes et de villages de la ligne de front seront protĂ©gĂ©s contre LES EXACTIONS DES BANDITS ARMES qui ont choisi comme stratĂ©gie, le harcĂšlement de toutes les zones dĂ©garnies, de Kayes Ă  Ansongo et Kidal ? Bien sĂ»r qu’il ne faut pas encourager les milices anarchiques, elles doivent simplement ĂȘtre encadrĂ©es, mais SUREMENT PAS ËTRE DETRUITES. TOUTES LES ARMEES DE LA CEDEAO REUNIES NE POURRONT PAS PROTEGER TOUS LES VILLAGES ET VILLES DE LA LIGNE DE FRONT. Les brigades d’autodĂ©fense, utilisĂ©es avec succĂšs par l’armĂ©e malienne dans un passĂ© rĂ©cent au Nord, sont rĂ©gies par quelques rĂšgles simples :
    1. La brigade est initiĂ©e par l’armĂ©e ou dans tous les cas encouragĂ©e par elle, les membres y ont accĂšs par un appel d’enregistrement. C’est dire que les membres sont connus, armĂ©s et dĂ©sarmĂ©s par l’armĂ©e sans aucun problĂšme.
    2. Les membres sont organisés en groupes ayant chacun un chef.
    3. Les membres sont armĂ©s et formĂ©s par l’armĂ©e.
    4. Les brigadiers ne sont jamais visiblement armés, ni en tenue. Leur force est la discrétion.
    5. Les membres sont positionnĂ©s autour des villes et villages la nuit avec un mot de passe et supervisĂ©s par l’armĂ©e.
    6. La brigade d’autodĂ©fense comme son nom l’indique n’a pas de mandat offensif, MAIS UNIQUEMENT DEFENSIF.
    7. Les brigadiers jouent leur fonction Ă  titre gratuit.
    BREF, IL EST PLUS QU’INDISPENSABLE D’AVOIR SUR LA LIGNE DE FRONT DES BRIGADES D’AUTODEFENSE DE FILLES ET DE GARCONS RECRUTES, ENCOURAGES, ARMES ET SUPERVISES PAR L’ARMEE MALIENNE. Et surtout ces malheureux six mois nous prouvent, s’il en est besoin, QU’IL FAILLE MAINTENANT PERENNISER LE SYSTEME DE BRIGADE D’AUTODEFENSE EN APPRENANT ET EN ARMANT SYSTEMATIQUEMENT TOUS LES JEUNES GARÇONS ET FILLES DE 18 ANS DE LA LIGNE DE FRONT.

  3. La nouvelle formule propose donc que la base de la CĂ©dĂ©ao s’installe en banlieue de Bamako et se concentre uniquement sur la protection de son personnel civil et militaire. C’est sur cette nouvelle proposition que les politiques doivent s’entendre ce lundi.

  4. La CEDEAO a vraiment manifeté sa volonté;la balle est dans le camp des maliens.On verra si c la junte qui dirige le Mali ou le PR

  5. Il faut sensibiliser surtout comme vous l’avez dit les militaires, Cheick Diarra le PM et Dioncounda qui a déçu tout le monde, pas les citoyens maliens. Une partie du peuple souffre au nord et on besoin de cette intervention trĂšs vite, ceux qui n’ont pas de parents la-bas s’en fiche Ă©perdument de ce qui se passe et ce que les gens endurent.
    Donc vivement l’intervention future de la CEDEAO au nord du Mali.

    • Alkerou, reflechi avant d’ecrire. Ce n’est pas la Cedeau a creee ce probleme c’est la junte et ses supporteurs qui enfoncent ce pays a chaque seconde qui passe.

Comments are closed.