Blocage du processus de paix : « L’opportunité d’une paix se fissure de jour en jour par le manque de volonté des garants de l’accord » (communiqué HCUA)

1
Almou Ag Mohamed
Almou Ag Mohamed porte parole du HCUA

COMMUNIQUÉ N°001/HCUA/2016.

Le HCUA a appris avec indignation dans la presse malienne et sur les antennes de RFI les propos injustes et très graves tenus par le ministre français de la défense Mr Jean Yves LE Druand insinuant un double jeu de la part du HCUA et l’accusant de proximité avec les groupes terroristes en l’occurrence Iyad Ag Ghaly et Ansar Eddine.

Nous voulons rappeler à monsieur le ministre les nombreux efforts entrepris par le HCUA depuis sa création pour récupérer la jeunesse azawadienne et stopper son enrôlement dans tout groupe proche de l’extrémisme religieux et lui trouver un cadre de vie propice et digne sur son espace vital. C’est cet esprit qui est derrière la création de notre mouvement.
Pour réussir ce pari, nous avons fait de nombreux sacrifices et nous avons plutôt besoin d’un soutien de la communauté internationale et notamment de la France loin des propos accusateurs, improductifs et anachroniques.

Le HCUA rappelle que la stabilité et la paix dans le Sahel passent par une gestion autonome par les populations locales azawadiennes de tous les aspects de la vie aussi bien politique, économique que sécuritaire.
Le rôle de la France mais aussi de l’ONU est d’aider les azawadiens à retrouver leur identité et à gérer librement leurs affaires. La France doit rester impartiale tout au long du processus de mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation.

Nous avons signé, faut-il le rappeler, avec le Gouvernement malien, un accord de paix qui est sensé être un cadre de base pour aboutir à une solution à terme, bien que ne répondant pas aux aspirations de la majorité des azawadiens.

Cette opportunité se fissure de jour en jour par le manque de volonté des « garants »de l’accord, au premier rang desquels la France, de prendre la responsabilité qui est la leur face à ce qu’on peut qualifier de blocage de la mise en œuvre des dispositions de l’Accord.

Le HCUA rappelle encore une fois que rôle de la France, est de peser de son poids, pour aboutir à une solution durable et définitive de ce conflit qui date des indépendances des colonies françaises.

Le HCUA rappelle également qu’il est un des piliers de la Coordination des Mouvements de l’Azawad, un acteur incontournable du processus et qu’il œuvrera sans relâche pour une CMA forte et plus que jamais unie.

Enfin le HCUA rappelle qu’il ne saura être détourné par une quelconque menace du combat qu’il s’est engagé à mener avec responsabilité et persévérance, celui du rétablissement de la dignité et de la liberté du peuple de l’Azawad, bafouées de la colonisation à nos jours.

Bamako,le 10 Juin 2016.

Pour le HCUA:
Almou Ag Mohamed,
Porte-parole.

PARTAGER

1 commentaire

  1. Français allez jusqu’au bout, nommer le MNLA et non une de ses composantes qu’est le HCUA.

Comments are closed.