Amadou Kouffa et l’Etat Islamique : « Creuse un trou pour ton ennemi, mais pas trop profond, on ne sait jamais. »

5
Amadou Kouffa et l’Etat Islamique : « Creuse un trou pour ton ennemi, mais pas trop profond, on ne sait jamais. »

« Creuse un trou pour ton ennemi, mais pas trop profond, on ne sait jamais ». Voici ce que disent nos frères peuls pour parler des alliances, de la guerre et de la politique. Amadou Kouffa, fondateur et chef du Front de Libération du Macina, vient d’illustrer ce sage proverbe : après avoir abandonné Iyad Ag Ghaly face aux Français, il se rapprocherait de l’Etat Islamique au Grand Sahara d’Abou Walid Sahraoui.

Les gens qui connaissent bien le Nord avaient été surpris lorsqu’ils avaient appris que le vieil Emir avait du faire face seul aux chars et aux avions des français lors de leur opération « Iroquois ». Amadou Kouffa avait ostensiblement refusé de fournir des combattants à Iyad Ag Ghaly, et celui-ci en était sorti affaibli et isolé, obligé encore une fois de se cacher comme un vaincu pour éviter les bombes.

Mais là, la situation est grave pour le chef d’Ansar Dine : d’après nos amis chez les Peuls, en plus de se détacher de lui, Amadou Kouffa se rapprocherait de l’Etat Islamique, au détriment d’Ansar Dine et d’AQMI.

En effet, Kouffa aurait récemment rencontré près de Nampala Ilassou Djibo, un des chefs peuls de l’Etat Islamique aux ordres de l’Emir Abou Walid Sahraoui, et d’autres terroristes peuls. Ils se seraient mis d’accord sur un djihad commun, destiné à fonder un califat peul sur les ruines de l’empire du Macina. Déjà, les bandes de terroristes peuls à moto sillonnent la région de Mopti et de Ségou en affirmant que jamais plus ils n’obéiront à un étranger, qu’il soit algérien ou blanc.

Kouffa espère ainsi devenir le calife d’un Boko Haram du Macina, avec l’aide des terroristes d’Abou Walid qui deviennent peu à peu plus puissants qu’AQMI et Ansar Dine, avec l’afflux de combattants qui fuient la Libye et l’Irak. Après s’être détaché d’Iyad Ag Ghali et de ses maîtres algériens, Kouffa s’est trouvé un allié à son goût, plus puissant, et aux manigances plus proches des siennes.

On peut se demander ce qu’il va arriver au vieil Emir : son autorité s’écroule, ses fidèles vont voir ailleurs et il continue à se terrer dans le désert.

I. Khalou

Twitter : @Ikhalou

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. D’abord, l’auteur de l’article est un menteur, il imagine ce que pensent tous les connaisseurs de la situation du djihad dans cette partie du Mali, puis il ne sait rien des liens entre ce bâtard de Kouffa et le fils de chien de Iyad. Le fils de pute de Iyad se trouve bel et bien en Algérie. Quant à ce sale fils de salaud de Kouffa, il terrorise les populations du Macina, qui connaissent très bien les combattants djihadistes, mais ont peur de parler. Il faudra bien que ces populations se décident à aider les forces de sécurités avec tous les risques que cela comporte. Leur implication seule, peut contribuer à traquer efficacement ces petits bâtards qui se planquent dans les villages. Pour intimider ces pauvres populations, Kouffa ou Kafre a fait exécuter tous les imams et Chefs de villages qui refusent d’adhérer à son idéologie barbare et obscurantiste. Il faut la présence de beaucoup de soldats dans la zone, pour que les Macinankobé se sentent en sécurité pour parler. La présence permanente des troupes rassure. La zone est impraticable par endroits à une certaine période de l’année. C’est pourquoi, l’armée devra se faire guider par les habitants des villages sous la menace des hommes de Kouffa. Les villageois connaissent pratiquement toutes les pistes qu’empruntent les djihadistes, de nuit comme de jour, et susceptibles de savoir où ils se terrent à toute heure de la journée. Si les jeunes villageois se sentent sécurisés, ils n’hésiteront pas à fournir aux troupes, l’aide nécessaire au succès de leur mission. Toutefois, les parents de guides doivent être protéger et être mis à l’abris de représailles des djihadistes.

  2. Il est temps de creuser un petit trou pour ce petit enemi d’Allah mais tres profound pour que les gros vers de terre s’en nourrissent.

    • Pour moi je crois que le gouvernement ne veut pas se renseigner pour tracquer les terroristes dans le macina je crois que c’est la zone la plus facile a contrôle au Mali. Avec une bonne collaboration et de renseignement l’armée peut les éliminer dans deux semaines. Le gouvernement a abandonné la zone inondée totalement aux mains des djihadistes. La population avait même déclaré leurs presence dans le macina et il ya eu plusieurs chefs de village et imams et maires ou conseillers tués dans la zone donc se sont eux qui commande la zone.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here