ATT doit partir et laisser sa place à un Conseil de Défense de la République

0
1

Le discours à la nation Président ATT d’hier soir est un message certes d’apaisement mais un message qui risque d’être arrivé en retard. Espérons seulement qu’il sera entendu et que le pire soit évité da sn nos villes et villages. Prions Dieu à pouvoir surmonter cette ultime épreuve.

Je me retrouve dans le discours du Président, même si nous sommes de ceux qui ont toujours critiqué son laxisme et son manque de vision dans la gestion globale du problème du Nord.

Nous n’avions jamais cessé de le  marteler, l’Etat a failli à ses missions régaliennes de défense du territoire par son manque d’anticipation dans la crise post Kadhafi. L’état n’a pas su évaluer à sa juste mesure l’implication de la défaite du guide libyen sur la sécurité de notre pays. Pourquoi c’est le Mali seul qui récolte les armes de Kadhafi?

On peut continuer à se poser des pourquoi jusqu’a demain, on n’épuisera pas les failles de l’état malien.

Le vin est versé il faut le boire. L’heure n’est plus à la critique qui a raison qui n’a pas raison, l’heure est à la lutte pour la préservation de l’unité nationale du Mali, et pour cela aucun sacrifice n’est vain.

Il nous faut trouver la force pour surmonter nos différences et faire une union sacrée autour des forces armées et de sécurité. Une nouvelle ère s’ouvre sur le mali, malheureusement pas l’ère dont nous rêvons, mais bien l’ère de la résistance pour sauver l’unité

nationale.

ATT doit tirer toutes les conséquences de sa mauvaise gestion de la situation et tirer sa révérence. En quoi faisant ?

1: En déclarant l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire. Ceci aura comme conséquence immédiate  de mettre en veilleuse toutes les activités  politiques et civiques,
2: En remettant les pleins pouvoirs à un conseil de défense de la République (CDR) qui sera composé de toutes les forces vives de la nation et qui assurera une transition illimitée (jusqu’a l’arrêt des combats et le retour de la paix qui aboutira aux négociations).

3: Les élections seront d’office renvoyées aux calanques grecques, tous les moyens des candidats doivent être mobilisés au service de la nation par le comité de défense de la République

C’est la pilule à avaler si nous voulions préserver l’unité nationale du Mali.

Yachim Maïga, Port –Au Prince, le 2 Février 2012

 

 


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.