Bamako : Terreur sur la ville !

0

Beaucoup d’entre nous se rappellent sans doute du N° 195 de SAS du cĂ©lĂšbre romancier français GĂ©rard de Villiers, paru en Octobre 2012 avec pour dĂ©cor le Mali, en pleine crise politico-sĂ©curitaire : « Panique Ă  Bamako » : Qui stoppera les Islamistes en route pour Bamako ? Un roman, certes avec tout ce que cela a comme fiction, imagination ou part de subjectivitĂ© mais incroyablement prĂ©monitoire et prophĂ©tique avec ce que l’actualitĂ© nous offre ces temps-ci au Mali.

La « citadelle » et « l’imprenable » Bamako n’est plus Ă©pargnĂ©e Ă  l’instar d’autres contrĂ©es du pays. Le terrorisme n’est plus l’affaire du seul septentrion, la barbarie gagne du terrain et dĂ©ploie ses tentacules  sur l’ensemble du territoire national. Le danger rĂŽde et nul n’est Ă  l’abri.

Le risque d’un embrasement tant redoutĂ© devient malheureusement une froide et implacable rĂ©alitĂ© avec son cortĂšge de morts et de dĂ©solation. Aujourd’hui, les donnĂ©es sont claires, il va falloir dĂ©sormais compter avec le terrorisme dans notre quotidien. Ne sachant pas quand, oĂč et comment  les terroristes frappent, il est clair que la lutte contre ces primitifs sanguinaires est plus que pĂ©rilleuse.

Le Monde s’embrase et le Mali avec.

La rĂ©bellion dans le septentrion du Mali a Ă©tĂ© le cheval de Troie ayant permis Ă  toutes sortes d’énergumĂšnes de gugusses et de fous de Dieu, car il n’y a pas d’autres qualificatifs, Ă  s’installer Ă  demeure. RĂ©sultat : le Mali est plus que jamais exposĂ© Ă  cette barbarie d’un autre Ăąge.

Aujourd’hui, avec la signature de l’accord de paix entre les autoritĂ©s Maliennes et les groupes rebelles, les choses se normalisent petit Ă  petit sauf que le ver est dĂ©jĂ  dans le fruit, les terroristes islamistes, comparses d’hier des rebelles unis dans le crime, continuent de plus belle leur lĂąche et sale besogne ayant trouvĂ© en le Mali faible et impuissant, une espĂšce de punching Ball qu’il faut Ă  chaque fois cogner, histoire d’exister et surtout de semer la mort, le chaos et la terreur. L’impĂ©ratif du moment est de  neutraliser  sans Ă©tat d’ñme et par tous les moyens possibles ces semeurs de mort pour le salut de l’humanitĂ© toute entiĂšre.

En l’espace d’un an, il y a eu au Mali, trois attentats meurtriers majeurs et d’envergure  de par la cible visĂ©e et le modus opĂ©randi ( la Terrasse Ă  Bamako le 19 mars 2015 le Byblos Ă  Mopti le 07 aout 2015, la fusillade des policiers en faction en pleine circulation Ă  Bamako le 12 aout 2015  et l’hĂŽtel Radisson Blue, le 20 Novembre 2015 il y a de cela quelques jours) sans compter les attaques rĂ©currentes contre les populations et mĂȘme contre les positions des forces armĂ©es dans certains endroits du pays.

Le message est clair Tuer au maximum, crĂ©er un sentiment de peur et de psychose, semer le chaos! Ces assassins, des pauvres types sĂ»rement incultes, n’ont absolument rien Ă  voir avec la religion musulmane et ne connaissent rien de l’islam pour s’ériger en donneurs de leçon jusqu’à prĂ©tendre ĂŽter la vie Ă  leur prochain. Les gens doivent comprendre cela.

Le terrorisme n’a pas de frontiĂšres et le Mali n’est pas la seule cible. L’on s’attaque tous azimuts, aux plus faibles comme aux plus forts. Charlie Hebdo, Le Bataclan ne se trouvent pas au Mali mais en France, le MusĂ©e du Bardo c’est en Tunisie, et bien avant, In Amenas en AlgĂ©rie, les attentats de Sidney en Australie, les twins towers c’était dans la grande AmĂ©rique. Les cas d’attaques terroristes foisonnent Ă  travers le monde.

En Afrique, Boko Haram fait fort et est en passe de ravir la vedette à ses devanciers. Les attaques récurrentes à Fotokol au Cameroun, à Maiduguri  dans le nord du Nigeria, à Diffa au Niger etc. portent les empreintes de cette nébuleuse mortifÚre.

Le feu est partout. L’Afrique, l’Europe, l’Asie le Moyen Orient tous les continents sont touchĂ©s.  Les explosions de Bombe retentissent, les Kamikazes lĂąchement frappent partout oĂč ils peuvent sans discernement.  Leur cible privilĂ©giĂ©e restant les intĂ©rĂȘts occidentaux (selon eux, le monde occidental est haram et doit ĂȘtre combattu comme tel), mais il devient de plus en plus Ă©vident qu’il n’y a que le sang qui les importe, victimes noires, jaunes ou blanches, musulmans, chrĂ©tiens ou autres etc. on s’en fout pourvu que le sang coule et que rĂšgne la terreur.

Nulle part l’islam ne prĂŽne la violence. Ces « volontaires » de la camarde ne sauraient ĂȘtre des musulmans. Un musulman ça ne tue pas son prochain. Le terrorisme n’a pas sa place dans la religion musulmane. Les terroristes sont des petites gens qui ont ratĂ© leur vie ici-bas (d’ailleurs les enquĂȘtes nous rĂ©vĂšlent que la plupart sont des dĂ©linquants reconvertis, des malfaiteurs recyclĂ©s, des perdus de la vie, des esprits faibles  etc.) qui pensent pour certains, expier leur crime par ces agissements inhumains et pour d’autres « exister » dans le mauvais sens du terme. On frappe Ă  l’aveuglette. Les musulmans ne sont pas Ă©pargnĂ©s, les pays dits musulmans sont agressĂ©s. Elle est oĂč cette logique qui veut qu’un musulman soit Ă©pargnĂ© s’il s’agit effectivement de la cause islamique ?

On ternit  l’image de l’islam. On porte atteinte Ă  une religion, Ă  ses valeurs et la meilleure rĂ©ponse possible qu’il soit, pour combattre ces gens ne peut que venir des musulmans eux-mĂȘmes. Certains pays musulmans intriguent par leur attitude, il est grand temps qu’on arrĂȘte toute cette hypocrisie. Les terroristes ont des soutiens occultes mais aussi avĂ©rĂ©s. La oumma Islamique doit monter au crĂ©neau et mutualiser ses efforts de sorte que le terrorisme ne soit plus assimilĂ© Ă  l’islam.

Comme si la fin du monde Ă©tait proche. DAESH, BOKO HARAM ANSARDINE, AQMI, Al MOURABITOUN de Mokhtar Belmokhtar, le Front de libĂ©ration du Macina d’obĂ©dience Djihadiste de Amadou Koufa, le MUJAO, Al QAEDA  etc. Ces organisations criminelles et terroristes ont pignon sur rue et rivalisent d’ardeur dans la commission du crime.

Le monde d’aujourd’hui est prĂ©occupĂ© par ce phĂ©nomĂšne. Nous en avons tous conscience. Il y a deux camps : celui des Hommes qui aime l’humain et aspire Ă  la vie tout simplement et celui des monstres, des lĂąches qui ont dĂ©cidĂ© de semer le chaos.

La lutte contre ce flĂ©au demande une synergie d’actions Ă  tous les niveaux. Des dĂ©cideurs de ce monde aux citoyens lambda, tous nous sommes interpellĂ©s. Nous vaincrons face Ă  cette barbarie Ă  seule condition d’agir pour l’humanitĂ©. Halte au terrorisme pour un monde de tolĂ©rance de solidaritĂ© et de paix !

 « Ne tuez pas la personne humaine, car Allah l’a dĂ©clarĂ©e  sacrĂ©e » (Coran, VI, 151.). A MĂ©diter !

Makan DIALLO

Docteur en Droit Privé

Avocat inscrit aux barreaux de Paris et du Mali

PARTAGER