Candidat de l’ADEMA ou du PDES : Modibo Sidibé emporterait l’élection présidentielle largement au-delà de 50%

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Dans le présent papier nous nous intéressons à ceux qui sont cités par les citoyens comme les mieux placés pour la résolution des problèmes cités ci-haut. Nous aborderons aussi les cotes de popularité des différents candidats potentiels de l’ADEMA et du PDES.

 Les personnalités les plus citées pour la résolution des problèmes : nous avons demandé à l’enquêté, lequel des potentiels candidats à la présidentielle de 2012 peut-il résoudre ces problèmes (bien que la question  soit liée à la présidentielle de 2012,  la personne citée par l’enquêté n’est pas forcement son candidat préféré). De manière résumée le candidat ayant le plus eu la confiance des citoyens sur la résolution des grands problèmes est celui du RPM. IBK est cité par 28,9% de la population. Il  est suivi du candidat de l’URD (Soumaila Cissé) avec 16,0%. Zoumana Sacko est cité par 6,4% de la population, et  l’actuel président de l’Assemblée nationale (l’honorable Dioncounda Traoré) n’a obtenu la confiance que de 2,7% de la population. Parmi les gens cités, on constate la présence de personnes n’ayant même pas déclaré leur intention de se présenter en 2012. Ce sont, entre autres, l’actuel président ATT  qui est cité par 12,4% de la population, son Premier ministre cité par 5,8% de la population, le président Alpha Oumar Konaré cité par 3,7% de la population. Il faut retenir de ce résumé que les personnes les plus citées ne sont pas forcement celles ayant déclaré leur candidature et que la personne venant en tête est le candidat IBK du RPM avec environ deux fois plus de voix que son poursuivant  immédiat, Soumaila Cissé.

Qui sont les meilleurs candidats des grands partis ? 

Il faut aussi noter que ce résultat n’est pas celui des intentions de vote  (on peut bien être conscient qu’un candidat est le mieux placé pour résoudre les problèmes posés et préférer voter pour un autre candidat). Les intentions de votes pour les différents partis sont traitées à la section 3 du document global et sera donc résumé dans notre 3ème contribution. Les grands partis dont les candidats ne sont pas encore connus sont sans doute l’ADEMA et le PDES. Nous avons mesuré les cotes de popularité des personnalités pouvant donner plus de chance aux partis de gagner les élections. Comme les candidats potentiels ne sont pas exactement connus (certains enquêtés prennent, par exemple, l’actuel Premier ministre comme un membre du PDES alors que d’autres considèrent qu’il  est de l’ADEMA), afin d’éviter toute confusion, nous avons posé la question de la manière suivante : si les élections mettaient en course uniquement tel et tel candidat, pour qui allez-vous voter? Les candidats considérés ici sont des probables candidats de l’ADEMA ou du PDES.

De manière résumée, nos résultats se présentent comme suit : une élection composée uniquement de Modibo Sidibé et de Dioncounda Traoré donnera 56,4% à Modibo, 21,9% à Dioncounda et 21,7% d’abstention. Lorsque l’élection est composée uniquement  de Modibo Sidibé et de Iba N’diaye on aura 59,3% pour Modibo, 19,9% pour Iba et 20,9% d’abstention. Du côté du PDES, on note qu’une élection opposant  uniquement Modibo Sidibé et Ahmed Diane Semega donnera 55,6% à Modibo, 24,9% à Semega et 19,6% d’abstention. Les autres simulations entre les candidats de tous les grands partis sont dans la section 3 du document global.

On retient de ces simulations que : même si l’actuel Premier ministre ne s’est pas encore prononcé sur une éventuelle candidature, nos résultats montrent que l’ADEMA  a intérêt à le choisir comme candidat (c’est le moindre mal -même si certain le considère étranger au parti-). Il en est de même pour le PDES. De manière stratégique, le concerné, quant à lui, doit accepter la candidature du parti le plus coté. Selon ces résultats statistiques, les cotes de popularité calculées ici montrent que celui de Modibo est deux fois supérieur à celui des autres candidats éventuels de l’ADEMA et du PDES. Cette situation est renforcée par le fait que (selon nos résultats) près de 2 personnes sur 3 soutiennent que leur vote est surtout lié à la personnalité du candidat et non au parti.On retient dans l’ensemble que : le candidat du RPM est celui ayant plus eu la confiance des citoyens sur la résolution des problèmes : IBK à intérêt à sauvegarder cette image et exploiter cette position. 

Les chances de l’ADEMA dépendent fortement du candidat, ce parti a donc intérêt à ne pas se précipiter le choix de son candidat et à privilégier l’objectif final (qui est de remporter les élections) aux autres objectifs.

 Une autre solution consiste à " retravailler " rapidement l’image du candidat choisi d’ici aux  élections. Il en est de même pour le PDES. Par ailleurs, même avec leur candidat favori, quelles seraient les chances de l’ADEMA et du PDES devant les autres partis comme le RPM et l’URD  2012 ? Ceci fera l’objet d’une prochaine contribution.  

Guindo Sidiki, Ingénieur Statisticien Economiste. Ancien Elève des Ecoles Supérieures de Statistique  et d’Economie Appliquée de Dakar et d’Abidjan.

Email : guindosidiki@yahoo.fr

 

« 

 
SOURCE:  du   24 fév 2011.