La commission : Vérité-justice-réconciliation, un avis de Nouakchott

3
Mohamed Ould Sidi Moham
Mohamed Ould Sidi Moham

Créée par l’ordonnance n°2014-003/P-RM du 15 janvier 2014, la nouvelle  Commission vérité, justice et réconciliation, au lieu de la commission  Dialogue et réconciliation tarde à voir le jour. Le Projet soumis à l’assemblée nation ale pour  être ratifié attend toujours et ses 15 membres inconnus du grand public. Faisant l’objet d’une promesse du président IBK après son élection à la magistrature suprême, cette commission  sera chargée  d’une lourde mission  et doit se plonger dans l’historique des rebellions de 1960 à 2013.  Elle doit mener des enquêtes approfondies sur les  cas de violations graves des droits de l’Homme perpétrées  dans le pays, rechercher  et établir  la vérité,  et  proposer des modes de réparation. Elle aura aussi pour mission de mener des investigations et enquêtes sur les cas d’atteinte à la mémoire individuelle et/ou collective et au patrimoine culturel.

 

 

La commission sera chargée  de sensibiliser les populations refugiées  à l’extérieur à regagner le Pays, favoriser le dialogue intra et inter communautaire, la cohabitation  pacifique entre toutes les communautés et restaurer le dialogue entre les populations et l’Etat. Elle  s’attèlera  à promouvoir auprès des communautés le respect de l’Etat de droit, le respect  des valeurs de la République, de la  démocratie, des valeurs  socioculturelles et le  droit à la différence.

 

 

Cependant et à mon humble avis, cette commission  Vérité  Justice et réconciliation aurait bien pu garder l’autre segment de son appellation –Dialogue- car les trois autres segments ne sauraient être que le résultat du dialogue d’abord.  L’exemple le plus réussi auquel nous avions assisté est celui de l’Afrique du Sud.

 

De nos jours, il est de plus en plus question de commissions  vérité-réconciliation. Ces commissions ont généralement pour mission de  faire le point sur des périodes historiques du Pays, périodes qui ont été caractérisées à un moment ou à un  autre  par soit une  guerre civile, une  répression autoritaire, de la torture, des violations   des droits humains etc.  Dans les pays qui ont connu ces crises il a été difficile d’incriminer,  d’accuser formellement, ou de punir un individu ou un groupe d’individus. Ce sera tout aussi  difficile pour notre commission  qui ne dispose pas de documentation précise, ni d’informations  et qui traitera de dossiers dont certains acteurs ( bourreaux ou victimes) ne sont plus de ce monde. Dans tous les cas, la création d’une commission vérité-justice- réconciliation  demeure   une solution modérée, plus ou moins satisfaisante.  La commission au lieu de chercher à établir une culpabilité,  ou à retracer tout  le conflit, favorisera  plutôt le dialogue et la réconciliation nationale. Pour la réussite de sa mission, elle  ne doit pas dans un premier temps se focaliser sur l’approche pénale ou le langage de la justice criminelle. Elle cherchera   surtout  à faire la lumière sur les événements du passé, sur les circonstances et sur les conséquences. Elle  cherchera  la justice, naturellement pour ainsi dire, éviter l’impunité des coupables et pour réhabiliter les  victimes, parce qu’après tout une commission ne fait que renforcer  et consolider un processus de paix encore fragile, mais elle doit  prôner plus une  justice réparatrice qu’une justice punitive.

 

 

Une commission  vérité-justice-réconciliation  doit enfin être suffisamment flexible. Elle doit   tirer sa compétence du pouvoir de l’État, être temporaire, et disparaitre en aboutissant à son objectif final. Ce qui n’empêchera  pas qu’une institution permanente, lui  succède et  reprenne  ses principes et valeurs.

 

Au plan purement social  la commission  vérité-justice-réconciliation  doit mettre en place un  dispositif de consultation et d’échange dont la finalité serait d’amener les citoyens d’un pays  à se parler, à débattre et plus tard à s’approprier le processus, parce que la paix elle-même est un processus.

 

 

Enfin les techniques, les stratégies les plus performantes, les plus savantes ne nous seront d’aucune utilité si les populations ciblées par  ce dispositif, ne se sentent pas concernées, ou dignement représentées au sein de cette commission. C’est seulement à la connaissance de ce que nous voulons et souhaitons pour nous même, que cette commission pourra élaborer un programme, ou amorcer une démarche qui pourrait  obtenir notre adhésion. Je crois même que c’est plutôt  les communautés elles-mêmes qui doivent  proposer à travers leurs  élus locaux et les chefferies traditionnelles, les personnes qui siègeront au sein  de cette  commission. Ce qui  facilitera  l’adhésion des communautés.

 

 

Seul un citoyen convaincu de la pertinence d’une  démarche, d’un projet, acceptera d’y prendre part, car il aura été mis en confiance par les hommes porteurs de ce projet.

 

 

Une commission Vérité-justice- réconciliation dépend enfin de ses capacités à mettre en œuvre un programme, à amorcer un débat inclusif, consultatif et participatif des populations. Seul le caractère inclusif du dialogue peut garantir le succès du processus, le valoriser,  et réduire les tensions, par  la restauration des rapports interethniques, intra et inter-communautaires. Une commission Vérité-justice- réconciliation dépend donc, et en grande partie,  des hommes qui la composent.

 

 

A mon humble avis, cette Commission Vérité-justice- réconciliation doit être avant tout une plate-forme  d’écoute, de reconnaissance des torts,  faits aux victimes, à toutes les victimes,  rechercher la vérité, identifier les causes des événements, évaluer leurs préjudices sur la vie des victimes, et évaluer les réparations morales et matérielles.

 

 

La   commission doit comprendre des  représentants de toutes les couches sociales du Pays, mais surtout de ressortissants du Nord. Elle doit être  animée  par des hommes  intègres, d’une grande probité morale et surtout des hommes écoutés par leurs communautés. Le problème est d’ordre national, et tout le peuple malien en souffre, mais le théâtre de la tragédie demeure le Nord, et comme disait Nelson Mandela «  Tout ce qui est fait pour moi, sans moi, est fait contre moi ».

 

Enfin, seul notre engagement en tant que MALIENS TOUT COURT déterminera notre coexistence pacifique, sans interférences, sans ingérence, une coexistence pacifique, fondée sur le développement de la démocratie, et l’esprit citoyen, au détriment du sentiment d’appartenance communautaire.

Qu’à cela ne tienne !

Mohamed Ould Sidi Mohamed (Moydidi)

jekaniya@yahoo.fr

Nouakchott – Mauritanie                                    Tel 00 222 36 22 31 36

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. la situation au nord est de plus en plus tendue.Lescommunautés sont laissées à elles memes et si le ministre de la reconciliation ne lance pas cette commission, il sera trop tard. Les peuls se referment sur eux meme, les touaregs belliqueux sont perdus à cause des dissenssions au sein des criminels du mnla, les arabes hypocrites se bouffent le nez et ne reconnaissent pas leur pretendu MAA divisé en 3 tendances, meme chose chez les sonrhai; les dossaq preparent leur dissidence, alors qu’attendent les pouvoirs publics ? IBK doit comprendre qu’il n’a pas en face de lui des groupes armés dignes de foi. ces groupes ne representent personne et les communautés ne reconnaissent que l’Etat malien. Il est temps enfin que l’Etats’affirme et prenne ses responsabilités. Il n’y a pas d’interlocuteurs en face, la crise au nord tend à prendre des proportions regionales et engage desormais des interets ( algerie, maroc, france, russie etc…)La solution à nos problemes est entre nos mains. Vivement cette commission

  2. la situation au nord est de plus en plus tendue.Lescommunautés sont laissées à elles memes et si le ministre de la reconciliation ne lance pas cette commission, il sera trop tard. Les peuls se referment sur eux meme, les touaregs belliqueux sont perdus à cause des dissenssions au sein des criminels du mnla, les arabes hypocrites se bouffent le nez et ne reconnaissent pas leur pretendu MAA divisé en 3 tendances, meme chose chez les sonrhai; les dossaq preparent leur dissidence, alors qu’attendent les pouvoirs publics ? IBK doit comprendre qu’il n’a pas en face de lui des groupes armés dignes de foi. ces groupes ne representent personne et les communautés ne reconnaissent que l’Etat malien. Il est temps enfin que l’Etats’affirme et prenne ses responsabilités. Il n’y a pas d’interlocuteurs en face, la crise au nord tend à prendre des proportions regionales et engage desormais des interets ( algerie, maroc, france, russie etc…)La solution à nos problemes est entre nos mains? Vivement cette commission

  3. excellent article, bien ficellé, belle contribution qui servira sans doute les decideurs à mieux reflechir sur la mise en place et la nature de la mission de cette commission. Comme vous l’ecrivez si bien, la commission favorisera plus une justice reparatrice qu’une justice punitive, une expression pleine de sagesse.

Comments are closed.