Contribution : Le pays va mal : ” Le Mali est en train de mourir Ă  petit feu “

2

 

Cheick Oumar Diallo
Cheick Oumar Diallo

Le Mali est en train d’Ă©crire aujourd’hui la page la plus triste de son histoire d’après l’indĂ©pendance. Jamais le Mali n’a Ă©tĂ© aussi malade des antagonismes profonds liĂ©s aux intĂ©rĂŞts individuels divergeant Ă  la fois entre les citoyens et les institutions. Un pays Ă  la fois dominĂ© par la pauvretĂ© endĂ©mique croissante que par la faim et qui, malgrĂ© le caractère profondĂ©ment solidaire de la sociĂ©tĂ©, ne parvient pas Ă  rĂ©aliser le sursaut national tant attendu de ses fils pourtant très sensibles aux hauts faits de leurs ancĂŞtres bâtisseurs d’empires et de royaumes qui font leur fiertĂ©.

Le fier passĂ© du Mali est malade du prĂ©sent de ses fils. Si de grandes crises font  Ă©merger les grandes nations, l’exception demeure ici malienne, car malgrĂ© la situation chaotique du pays,  l’AssemblĂ©e Nationale, qui se doit d’ĂŞtre le haut lieu de la prise de conscience nationale, ressemble, Ă  travers ses dĂ©bats, Ă  un folklore organisĂ© pour amuser la galerie Ă  travers les temps de parole Ă  la limite insultants, privant les Ă©lecteurs de mesurer l’Etat de conscience de leurs Ă©lus. Malade, le Mali l’est de son unitĂ©, de sa division, mais  surtout de ses autoritĂ©s qui peinent Ă  mesurer l’ampleur  du dĂ©sastre et de la putrĂ©faction nationale. Tant elles manquent Ă  la fois de compĂ©tence, de vision et de courage mais surtout de volontĂ© Ă  trouver la voie d’une sortie honorable de la crise. L’autoritĂ©, malgrĂ© sa forte lĂ©galitĂ© et sa rarissime lĂ©gitimitĂ©, demeure en panne d’initiative alors qu’elle Ă  Ă©tĂ© plĂ©biscitĂ©e pour rĂ©tablir l’honneur et la dignitĂ© d’un pays atteint dans ce qu’il a de plus sacrĂ©. Aussi patauge-t-elle lourdement.

 

Passant Ă  cĂ´tĂ© de ce qu’il y a de plus prĂ©cieux, l’autoritĂ© se perd dans des conjectures aggravant dangereusement le taux dĂ©jĂ  Ă©levĂ© de la peur et l’angoisse parmi la population. Malade de l’instrumentalisation de ses fils Ă©garĂ©s dans le dĂ©sert, de la justice Ă©rigĂ©e en système de règlement de compte, du mensonge organisĂ© Ă  dessein pour camoufler les travers d’une situation devenue insoutenable, de la corruption viscĂ©rale des couches devenues inaptes Ă  cause de leur incapacitĂ© Ă  faire une analyse objective et Ă©tablir un diagnostic sĂ©rieux. Le Mali est en train de mourir Ă  petit feu, sans que la cause nationale n’enflamme en leur cĹ“ur le sursaut nĂ©cessaire. Pourtant Ă  observer de très près on ne peut s’empĂŞcher de penser que loin d’une gestion chaotique innocente, ce dĂ©labrement national du Mali est une trahison Ă  haut dĂ©bit. Le fondement de toute dĂ©mocratie, c’est d’abord la conscience citoyenne qui est une conscience claire, informĂ©e et formĂ©e en vue de la dĂ©fense de la chose publique. Mais pour qu’une conscience soit consciente, il faut la former, l’Ă©duquer.

 

Pendant 20 ans l’Ă©cole malienne est malade. Comment peut- on raisonnablement dĂ©truire l’Ă©cole comme on l’a fait sous les deux rĂ©gimes de Alpha et de ATT  auxquels IBK et certains de ses ministres actuels ont pleinement participĂ©. Provoquant une situation  chaotique jusqu’Ă  dire aux Maliens «Nous vous gouvernerons et nos enfants viendront gouverner vos enfants»  et oser prĂ©tendre que la jeunesse est l’avenir du pays. Un avenir vraiment incertain et dĂ©cadent. L’Ă©cole forme les bons citoyens et apparait comme la clĂ© de tout  progrès. Son sabotage relève de la haute trahison.

 

A cela s’ajoute la destruction de l’armĂ©e. Nul ne doute du rĂ´le de l’armĂ©e dans l’exercice de la souverainetĂ© nationale et l’existence  mĂŞme de l’Etat. Le fait de dĂ©truire cette armĂ©e, de la dĂ©manteler, de la saboter pour un pays comme le Mali qui dispose de sept frontières ne peut ĂŞtre le fait du hasard. La trahison est manifeste car les deux pieds de la dĂ©mocratie, c’est la conscience citoyenne et la sĂ©curitĂ© nationale solide. C’est pourquoi  j’ai presque la claire conviction que le sabotage de l’armĂ©e malienne est  fait Ă  dessein. Ce qu’il Ă©tait difficile de comprendre hier l’est clairement aujourd’hui.

 

Dans tous les cas de figure, la majoritĂ© des Maliens, bien qu’ayant choisi IBK, ne se reconnait pas aujourd’hui dans ses actions. Il suffit de comprendre qu’après huit  mois Ă  la tĂŞte de l’Etat, IBK ne fait que s’occuper de lui-mĂŞme, de son confort individuel et de sa famille : rĂ©novation du palais, de son domicile et l’achat d’un avion qui, semble-t-il, n’a pas Ă©tĂ© acquis dans les règles de l’art de la transparence. Alors que le peuple qui l’a propulsĂ© au pouvoir est superbement ignorĂ© avec ses maladies et ses nombreux dĂ©lestages. IBK ne semble donc  rien comprendre des prĂ©occupations de son peuple et reste impassible Ă  sa souffrance au moment oĂą en Tunisie et au Zimbabwe, ses homologues prĂ©sidents, conscients de la souffrance de leurs peuples  et solidaires de leur misère, ont simplement rĂ©duit leur salaire de 30%. Quand on est plĂ©biscitĂ© par son peuple Ă  des moments critiques de la vie de la nation,  le patriotisme  et la loyautĂ© exigent un dĂ©vouement total Ă  la cause de la nation et du peuple. Ceux-ci ne se conjuguent pas avec les intĂ©rĂŞts individuels sordides. Le temps de donner tort aux  forces nĂ©gatives est venu Ă  travers un comportement exemplaire et une gestion loyale et honnĂŞte des affaires de l’Etat.

Cheick Oumar DIALLO,  Président  des jeunes leaders de la commune VI

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. slt cher cousin, ne rentre pas dans le jeu politique des politiciens corrompus, je crois que tu ignores beaucoup de choses ou bien tu ne connais pas assez IBK, je vous parle sincèrement cousin, moi aussi je suis SISSOKO, mais ce que je veux te dire quand IBK parle la dignitĂ© et l’honneur du Mali, cela revient Ă  un Ă©tat souverain, responsable et respectueux, sa se voit sur lui, c’est l’homme mĂŞme qui aime la qualitĂ© dans les choses, cela se dĂ©crit sur son comportement, regarde sa tenue vestimentaire, il sait que lui Ă©tant un homme d’Ă©tat doit se comporter Ă  la hauteur, s’habiller comme un homme digne mandingue, il ne faut pas dĂ©crire notre pays comme le dernier au monde

  2. Cher Sacre barou, Je suis tout a fait d’accord avec vous sur votre analyse plus que pertinente. Au vu de tout le Monde, Le Mali est entrain d etre reduit a sa plus petite expression. Malgre tout, le peuple reste indifferent a l’Etat de Sante de son pays comme si c’estca qui l’arrangeait.

    Par ailleurs, je ne suis pas d’acoord avec toi quand tu fais semblant d’oublier que ton idole Moussa Traore est a l’origine de la deconfiture de notre pays. Il est a la base de tout. En effet, les noms que vous veniez de citer sont tous des produits de Moussa. C’est sous Moussa que le Nationalisme Malien a commence a etre assassine. C’est sous Moussa que la descente de l’enfer de l’ecole malienne a commence. Car, pendant 23 ans il n’a construit aune infrastructure scolaire. C’est ce regime sanguinaire de Moussa qui a debarasse ce pays des vrais militaires comme Dibby Syllas Diarra et compagnons. Les preuves sont la. Ceux ci pouvaaient servir de phare a cette armee en debandade.

    Soyons sincere!!

Comments are closed.