Coopération Mali-Algérie : « Bouteflika n’est jamais venu dire bonjour aux Maliens… »

10 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Depuis le début de la crise au Nord‑Mali, l’Algérie est au centre des critiques à Bamako. Responsables politiques, tant au pouvoir que dans l’opposition, presse ou simples citoyens, le puissant voisin du Nord semble être unanime contre elle. En cause : sa position sur la crise actuelle. Mais pas seulement. « L’actuel président algérien n’est jamais venu dire bonjour aux Maliens, ne serait‑ce que pour une petite heure », accuse Kassim Traoré, jeune journaliste malien. « On le surnomme pourtant Abdelkader El Mali. Il y a même une maison qui porte son nom à Gao », ajoute‑t‑il sur un ton mêlant reproches et dédain en réaction à ce qu’il qualifie de « mépris ».

 

Bouteflika, président algérien

Au Mali, tout le monde est unanime pour soutenir une intervention militaire rapide au nord du pays, jurent tous nos interlocuteurs rencontrés à Bamako. Certains veulent même aller très vite, sans attendre l’arrivée des forces internationales. « On ne peut pas rester les bras croisés en attendant les forces internationales pour reconquérir le nord du Mali », tonnait, samedi en fin d’après‑midi, Boubacar Touré, du Rassemblement pour le Mali (opposition), lors d’un meeting populaire tenu au stade Modibo Kéita.

Des jeunes, comme Mamadou, chauffeur de taxi au centre‑ville de Bamako, se disent même prêts à s’engager dans l’armée pour « libérer le Nord du pays ». « Les gens, là‑bas, subissent des amputations et des lapidations », explique‑t‑il. L’exaspération et l’impatience face à la situation au nord du pays sont perceptibles dans pratiquement chaque conférence, rencontre ou meeting politique. « Les Maliens sont à 100 % avec l’intervention militaire », résume Kassim Traoré.

Pour le journaliste, la position de l’Algérie a beaucoup « surpris » au Mali. Même « les récentes déclarations du Premier ministre sur les négociations qui seraient inévitables avec les groupes rebelles ont failli provoquer une manifestation à Bamako », assure le journaliste. « Le MNLA est une création de la France sous Sarkozy et Ançar Eddine est une création de l’Algérie », tranche Ahmada, jeune guide touristique. L’enjeu ? Empêcher le Mali d’exploiter ses richesses, estime‑t‑on à Bamako.

« Le point de vue algérien pour la sortie de la crise souffre d’incompréhension au sein de la population malienne », tempère Zeidane Ag Sidalamine. Cet ancien rebelle touareg est aujourd’hui porte‑parole du Pacte national de 1992 et de la Flamme de la paix. Il poursuit : « l’opinion malienne n’est pas bien informée ». A Bamako, la presse critique régulièrement l’Algérie. Sur les écrans de télévision, à Bamako, les chaînes françaises comme France 24 sont les plus regardées.

Le bouquet Canal+ est vendu à 10 000 F CFA (près de 16 euros) par mois. Or, ces chaînes défendent la position française en faveur de l’intervention militaire. L’influence sur la population locale est totale. Beaucoup de Maliens rencontrés à Bamako décrivent le Nord comme une région dont la population est terrorisée par des groupes qui appliquent la charia, coupent des mains et lapident les femmes. Dans ce conflit, la voix de l’Algérie est presque inaudible.

« Les masses ne réfléchissent pas. Elles avancent », explique Zeidane Ag Sidalamine. Pourtant, selon lui, l’Algérie a toujours fait une lecture « positive, documentée et renseignée » du problème touareg. Pour lui, il est impossible de soupçonner l’Algérie de comploter au vu de tout ce qu’elle fait pour aider le Mali depuis plusieurs années.

« Il ne faut pas oublier que c’est le premier pourvoyeur de bourses pour le Mali », précise‑t‑il. Il affirme que beaucoup d’avancées ont été enregistrées après les accords signés entre les Touaregs et le gouvernement malien sous l’égide de l’Algérie. Aujourd’hui, il est donc nécessaire de négocier avec les rebelles qui sont des Maliens, dit‑il. « Mais les négociations se feront avec ceux qui acceptent l’intégrité, l’indivisibilité de la République et sa laïcité », prévient Ag Sidalamine.

Diarra Diakité

Conseiller technique, résidence de la République du Mali

 
SOURCE:  du   27 nov 2012.    

10 Réactions à Coopération Mali-Algérie : « Bouteflika n’est jamais venu dire bonjour aux Maliens… »

  1. nabyx

    bonjour le grand mali vive le mali votre frère algérien boutef il va régler le problème pour le bonjour il le dit mémé pas a son peuple alors
    je vous le dit moi ami du peuple malien bonjour

  2. mustapha

    y a bon banania

    Les colons français avaient raison , vous êtes de grands enfants à qui il faut donner la banane ou bien le bâton .
    Le nord de votre pays risque de faire sécession et vous , vous posez la question  » pourquoi bouteflika n’est pas venu à Bamako pour dire bonjour » , c’est risible, heureusement que le ridicule ne tue pas .
    Monsieur Bouteflika s’occupe de son pays et c’est tout , le peuple algériens lui demande de travailler pour le bien être de tous les citoyens algériens sans exclusive.
    Prenez en mains votre destin et travailler au lieu de ricaner a longueur de journée comme des hyènes . Le lion algérien va vous assommer d’un seul coup de patte si vous l’énerver. donc ….chut.

    • Au fond, vous avez raison Moustapha. Mais ça ne vous coûte rien de le dire de façon civilisée. Au fait, les Gouvernants maliens ont toujours été naïfs, à mon avis, face à l’Algérie. Pourtant, c’est évident, que ce soit au plan individuel ou collectif, un arabe ou un pays arabe ignore la reconnaissance.

  3. hfdm

    merci Sambpu tia tou dit

  4. brahim ould mohamed

    Je n´ai jamais été au mali,mais c´est comme j´y ai vécu toute ma vie.Fils d´un ancien fonctionnaire,j´ai passé deux ans de ma vie,dans la ville frontalière au mali,bassiknou.Je songe toujours á cette époque,oú en toute quiétude,les gens arpentaient les dunes du desert pour se rendre á Fassala,tombouctou.Au petit marché de la ville la majorité de mes compatriotes du coin parlaient le bambara,cette belle langue,que je ne parle pas malheureusement,mais que j´écoutai avec envie.Et moi le maure mauritanien,j´écoutai,et je continue d´écouter Ami koita,Salif keita,Nawa doumbia,le guinéen mory kante qui a fait ses debuts au mali.Sur les bancs de classe,on ecoutait religieusement le professeur d´ histoire relatait les exploits de l´empereur du mandingue Soudiata Keita,et jusqu´á l´heure actuelle je conserve en memoire le nom de sa mère Sogolon Diata.Autre etape de ma vie au côté de mon feu père,Aioun-el atrouss,autre ville frontalière de Nioro du sahel.Lá la connatation religieuse a attiré mon attention,car très forte de part et d´autre de la frontière autour de la figure de Cheikhna hamahou-allah.Plutard,sur les pas de mon père,le destin nous-mène á Selibaby,autre ville frontalière á kayes.Lá les liens ethniques et culturels sont plus frappants.La communauté sarakolé du guidimagha entretient veritablement une culture homogène avec le mali.Enfin dans mon étape posterieure de fonctionnaire muté dans le nord de mon pays,je n´ai pu échapper á cette interpénétration entre les deux peuples,pour la presence de plusieurs milliers de maliens dans la ville.Pour conclure,cette petite expérience personnelle,est la preuve de la solidité des liens historiques,qui unissent maliens,mauritaniens,et au-délá algeriens,que rien ne pourra alterer.

    • Bougobalini

      Touchant comme histoire. Malheureusement beaucoup n’ont pas cotoye le Mali comme vous et se font des idees sur nous.

  5. Freres maliens, freres africains, freres humains, LE FRONT ANTI-NEGOCIATION EST NE. faites passer le mot: dans les villes, campagnes, hameaux et villages, contres et bougouda, les peuples du Mali ne pardonneront jamais a leur dirigeants de comparer et de compromettre L’AVENIR DE 14 MILLIONS DE PERSONNES POUR SAUVER 1500 (OU MOINS) PERSONNES.
    SUR FACEBOOK, DANS VOS EMAILS, VOS CORRESPONDANCES, DANS LES SOTRAMAS, DANS LES BUS SUR VOS MOTOS ET DANS VOS VOITURES, DANS VIS GRINS DE THE, DANS VOS SALLES DE CLASSE DANS VOS CONVERSATIONS TELEPHONIQUES, DITES LE AVEC force et conviction : JAMAIS DE NEGOCIATION AVEC LE MNLA OU ANSAR DINE.
    Les europeens ne doivent pas pousser le Mali a negocier avec des gens qui ont enleve leur compatrioteS pour le vendre a AQMI. L’Algerie ne doit pas se faire la voix d’apatrides et de trafricquants qu’elle a chasse de chez lui ET AU MEME MOMENT elle refuse la moindre concession a SES COMPATRIOTES DE LA KABYLIE.
    QUEL HONNEUR ET QUELLE DIGNITE Y A-T-IL POUR UNE ETAT, UNE NATION A S’ASSOIR ET DISCUTER AVEC UN GROUPE QUI NE VEUT PAS VIVRE AVEC LES AUTRES.
    Il est plus que temps, Associations des ressortissants du Nord, hommes politiques, societe civile, Religieux et athes, somas et donsos,paysans, eleves, Maliens du Nord, Maliens du Sud, maliens de l;Est et Maliens de l’Ouest,C’EST MAINTENANT LE MOMENT DE SE LEVER ET DE DIRE NON, NON, NON. NOUS NE VOULLONS PAS DE NEGOCIATION AVEC NI ANSAR DINE, A PLUS FORTE RAISON LE MNLA. C’est aujourd’hui que vous devz elever vos voix, crier haut et fort. Sinon demain il sera trop tard. Demain, vous serez mis devant le fait accompli.
    DEMAIN, CE SERAIT COMME DANS CES ELECTIONS OU LES LENDEMAINS, VOUS VOUS REVEILLEZ AVEC QUELQU’UN QUE VOUS N’AIMEZ PAS, simplement parce que vous n’avez pas voter du tout.
    UN ETAT, UNE NATION DIGNE ET RESPECTE N’A PAS PEUR NI HONTE DE NEGOCIER AVEC une communaute qui se sent marginalise, avec une region sujette a des difficultes, une partie de la population qui a un avis contraire, mais JAMAIS AU GRAND JAMAIS AVEC UN GROUPE DE PERSONNES, QUI POUR DES INTERETS PERSONNELS, ONT PACTISE AVEC DES TERRORISTES,LE CARTEL DE LA DROGUE POUR METTRE LE PAYS A GENOU ET QUI ONT COMMIS AU VU ET AU SU DE TOUS :viols, meurtres gratuits, destruction du tissu economique et provoque le deplacement des milliers de personnes, au nom desquels, ils pretendent commettre ces forfaits.
    ATOUS LES REBELLES: VOUS NE VOULLEZ PAS VIVRE AVEC NOUS? ALLEZ AILLEURS

  6. Mahmoud

    Chers frères maliens ,voue avez totalement raison de dire que Bouteflika méprise les maliens!Car il méprise même son propre peuple.Quant à ce que dit M. Zeidane Ag Sidalamine c’est totalement faux!Car c’est un secret de polichinelle : le pouvoir algérien soutient les terroristes!En plus si les maliens attendent que quelques choses de positive vienne de l’Algerie ,ils risquent un jour de se réveiller avec les les terros se baladant à Bamako.Ils faut faire tous pour chasser ces terros islamistes du Mali tant qu’il n’est pas trop tard.Car on dialogue avec des opposants politiques maliens! Jamais avec des criminels et étrangers(beaucoup d’algeriens!) pour la majorités d’entre-eux. Et je pense qu’il n’y a pas une autre solution que de leur mener une guerre sans merci même en s’alliant avec le Diable.Nous ,on les connait bien en Algerie.
    Un Algerien qui souhaite un Mali uni et un.

    • Sambpu

      Merci Mahmoud.Je suis convaincu que vous êtes un algérien qui souhaite un Mali uni et prospère.Seule la guerre peut délivrer nos régions nord des mains des salafistes. :wink:

  7. Sambpu

    Bouteflika est libre d’être courtois envers qui il veut!Sa non venue au Mali n’empêchera pas notre peuple d’exister!Même s’il mourrait ce matin, nous on va manger à la cantine.Les populations maliennes sont pressées d’en finir avec cette crise puisque nos compatriotes vivant au nord souffrent TROP!Pour le moment, peu importent les conséquences sur la stabilité de la région (qui est déjà instable pour nous au Mali)ce qui est urgent c’est une intervention militaire avec ou sans la CEDEAO!Un adage du Mali dit ceci: « Ni saa bora ka béré
    min to i bolo, i ba faga ni o yé (ni tè gnèkènè kè la) ».Notre souhait
    est que notre armée n’attende pas 2013 pour engager la guerre contre ces bandits de AQMI-MUJUAO-Anesar Dine-Boko Haram puisque le MNLA a déjà été chassé du Mali. :wink: