Dialogue générationnel : Une jeunesse qui regarde ses aînés en chien de faïence court à sa perte

0

L’une des causes fondamentales du retard des pays africains est que ceux qui le servent avec loyauté et dévouement ainsi que ceux qui ont de la compétence et de l’expérience à apporter à son développement ne sont que très rarement traités comme il se doit. Les plus chanceux reçoivent une médaille avant d’être oubliés dans les «caves» de l’histoire de leur pays.

En Afrique toutes celles et tous ceux qui ont consacré leur vie pour leur pays sont vite oubliés une fois à la retraite. Quel gâchis ! L’idée qu’il faille les décorer par une médaille pour ensuite les mettre dans un coin est un beau gâchis pour l’Afrique.

Mais, ce sentiment d’abandon et d’oublie n’est pas très africain. Nos vétérans du sport et des arts en savent quelque chose, eux qui ont porté et défendu avec honneur et fierté nos couleurs nationales. Et le plus souvent à leur corps défendant, au prix de leur vie.

Hauts cadres,  intellectuels,  diplomates, dirigeants de sociétés, sportifs et hommes de culture… Bref, nos élites dans tous les secteurs peuvent encore servir utilement notre continent d’une autre manière. Ado (adolescent), j’ai vu tant de vieux talents en errance sans qu’un jeune se donne le temps de puiser dans leur savoir-faire et savoir.

A notre période de jeunesse, une chanson de Tabou Ley, 0tis et James Brown ou de Fela autour du thé était plus important pour nous que d’écouter les leçons de vie d’un vieux sage au crépuscule de sa vie. C’est pour dire que ce gâchis ne date pas d’aujourd’hui. Et c’est souvent l’écoute des chants de Bazoumana Sissoko, Tara Bouaré qui nous permettaient de redescendre sur terre.

La jeunesse à pourtant besoin de leurs savoirs et de leurs expériences dans une Afrique où les jeunes semblent perdus et sans repères. Je pense qu’il serait temps que nos dirigeants créent des structures pour ces bibliothèques vivantes pour que nos étudiants, futurs cadres et sportifs puissent profiter de leur parcours exemplaires. Il faut créer et multiplier les cadres d’échanges entre les générations pour favoriser une communion. Et généralement, nos Aînés ne demandent pas plus que de pouvoir discuter avec les jeunes et partager.

Le nouveau cadre bardé de diplômes est souvent perdu dans ses nouvelles fonctions et il se trouve que nos grands ainés ne demandent qu’à donner un sens à leur nouvelle vie de retraités pour lui venir en aide.

Sous forme de semi bénévolat, ils peuvent ainsi donner des conférences, présider des débats de société et pourquoi pas donner des cours de 1h ou 2h par mois en moyenne dans nos universités et même bénéficier d’une tranche horaire sur la télévision nationale (l’ORTM) par exemple) où il y a beaucoup à dire et où les questions essentielles à la vie et au développement de nos Etats sont occultés au profit des programmes ludiques venus d’ailleurs et qui ne font qu’accentuer notre acculturation.

Chacun trouvera son compte dans une telle initiative. Le vieil homme pétri de connaissances se sentira encore utile et le jeune aura appris en retour quelque chose à moindre frais. Et cela d’autant plus que l’école de la vie (expérience) et plus réelle, plus pragmatique et efficace que les bancs des écoles professionnelles ou de l’université.

Les jeunes les moins ingrats pourraient à l’occasion venir lui tondre son jardin ou d’autres travaux domestiques qu’il n’a plus la force de faire. Au Mali, il faut par exemple créer un espace d’échange entre les étudiants en mécanique auto et les vieux mécaniciens comme le «Chat» de Lafiabougou. Nous sommes convaincu que cette expérience sera utile et enrichissante pour les uns et les autres peut consolider des vocations encore flottantes.

Dans d’autres domaines de la vie le but sera le même, c’est-à-dire participer de façon optimale à l’accueil et à l’intégration des jeunes qui rentrent dans une nouvelle vie professionnelle qui demande une bonne organisation de sa vie familiale et professionnelle. Nous sommes convaincus que s’il y a plus de contacts entre les jeunes et les doyens pour aborder les problèmes conjugaux et autres fléaux sociaux, il y aura moins de tension dans les couples et moins de divorce qui est en train de devenir un véritable mal dans des pays comme le Mali.

Optimiser les compétences

L’idée première est d’optimiser les compétences de ces futurs et nouveaux salariés par une meilleure transmission des savoirs et de leur inculquer la culture du service public, de nos fondamentaux et du monde de l’entreprise.

Cette structure que j’appelle de tous mes vœux pourrait être rattachée au ministère du Développement social où de la fonction publique. La confiance s’installera car, ces valeureux et dignes serviteurs de la patrie ne seront pas là pour prendre aux jeunes leurs places, mais les aider à être de bons citoyens.

Nos grands ainés auront une fonction tutoriale dans l’entreprise, dans la Fonction publique, dans les domaines culturels et sportifs. Ils pourront éventuellement avoir le choix des thèmes comme par exemple la différenciation entre savoir et expérience ; la maitrise des méthodes de transmission de l’expérience ; la conciliation de la vie de famille et à celle professionnelle.

Qu’est-ce un bon serviteur de l’État ? Quels sont les méfaits de la corruption et des malversations dans un pays ? Quels sont les avantages de compter sur nos propres forces ? Qu’est-ce être un patriote ? Qu’elle est l’importance, le but et l’origine du Senèkhoun-ya ? Autant de questions qui peuvent enrichir le débat.

Tout comme les échanges peuvent porter sur Modibo Kéita (l’homme et son exceptionnel parcours) ; l’origine des noms de familles au Mali ; es causes profondes du conflit du nord ; les méfaits de notre système politique depuis 1968 ; le patriotisme, etc.

Il est urgent de sortir notre jeunesse d’une désastreuse confusion qui consiste à ne pas faire la différence entre modernité et les tares de la société occidentale. Je n’ai par exemple jamais compris notre fascination pour la culture des dominants.

Les Blancs ont le savoir et nous aussi. Pourquoi donc abreuver notre jeunesse de toutes les tares (pédophilie, homosexualité, libertinage, échangisme, individualisme, l’inceste, manque d’égard pour le 3e âge…) de la société occidentale ?

L’évolution inquiétante des mœurs en Afrique est en passe de dénaturer totalement notre continent. J’estime que la modernité ne consiste pas à faire son marché dans des pratiques jusque-là inconnues en Afrique au nom d’un principe galvaudé des droits humains. L’humain est sacré, mais il devient comme un animal dans la nature sans les valeurs socioculturelles qui forgent son identité.

Je dis aux jeunes ceci : n’ayons pas honte de nos traditions car les Blancs nous envient et, pour les avoir côtoyés des années, sont arrivés à la conclusion que l’opulence matérielle ne fait pas le bonheur de l’être. Dans les pires moments de leur existence, ils se nourrissaient de souris et de rats.

Agissons avec les moyens du bord sans vivre dans la mendicité. Dénonçons le vol, la corruption et toutes les formes de malversations comme un crime contre la nation. Un dirigeant n’a pas le droit de vivre dans l’opulence pendant que son peuple meurt d’une simple grippe. La jeunesse doit assimiler ces principes de bases.

Rester Africain

Ne restons pas dans l’idée que nos aînés ont tort et que c’est l’école qui à toutes les clés de nôtre bien-être matériel, culturel et spirituel. Ne restons pas dans l’idée que ce sont les arabes qui ont également raison. Tachons de faire le trie de ce qui relève de l’islam et ce qui relève de la tradition arable, qui est totalement incompatible avec notre mode vie.

Soyons fières d’appartenir à la culture la plus riche de tous les continents. Une jeunesse qui regarde ses ainés en chien de faïence va tout droit à sa perte. Et la rupture entre les générations est une sérieuse hypothèque au progrès social, économique et politique d’une nation car le condamnant à un perpétuel retour à la case-départ.

Ressaisissons-nous maintenant sinon demain il sera trop tard car tout ce qui nous arrive en ce moment ont en partie leurs causes profondes dans le complexe d’infériorité que nous avons vis-à-vis de l’homme Blanc et de sa culture, de sa civilisation. Il n’y pas pourtant de civilisation standard !

Arrêtons d’importer les tares de l’Occident chez nous, alors qu’ils nous envient notre mode vie et s’étonnent que nous les suivions dans leur décadence irréversible. Depuis un siècle, nous sommes dans le mépris de nous mêmes. Nous ne marchons qu’à l’émotion. Et le Blanc et l’Arabe l’ont bien compris.

A force de vendre nôtre âme aux cultures importées, voilà que trois milles hommes occupent 70 % du territoire d’un pays de seize millions d’habitants. La notion de patrie n’est plus à l’ordre du jour.

Jeunes d’Afrique, votre plus value ce sont nos aînés qui ne demandent que de l’écoute et du respect. Le conflit de génération est une stupidité. Et personne ne reste éternellement jeune. Pensez-y !

Fousseyni Camara

Leader syndical en France

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here