Discours de M le ministre de l’Education nationale à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du Conseil national de la Fenapeem

0
  • le représentant du MESRS,
  • Monsieur le Gouverneur du district de Bamako,
  • Monsieur le Maire de la commune IV du district de Bamako,
  • Monsieur le Président de la FENAPEEM,
  • Messieurs les responsables de l’Education
  • Honorables invités,
  • Mesdames et messieurs les participants,

 Permettez-moi de remercier très chaleureusement le Président de la Fédération Nationale des Associations de Parents d’élèves et Etudiants du Mali (FENAPEEM) de me faire l’insigne honneur de procéder à l’ouverture des travaux du Conseil National de la FENAPEEM.

 

Monsieur le Président,

Messieurs les participants,

Ce conseil prend date dans l’histoire de votre Association, puisqu’il s’agit de redynamiser vos structures régionales pour les rendre plus opérationnelles, en tout cas plus aptes à accompagner les grands chantiers du département.

 

Que de chemin parcouru de l’indépendance à nos jours. Hier comme aujourd’hui, votre organisation a toujours été aux côtés de l’Etat dans les moments les plus importants et symboliques de l’histoire du  système éducatif malien.

En effet, l’avènement de l’Association de Parents d’Elèves (APE) est étroitement lié à celui de l’indépendance du Mali et plus précisément à la réforme de l’enseignement de 1962. L’on se souvient que la FENAPEEM a été mise en place par les APE en 1978 lors d’un congrès que je qualifierai d’historique. A cette occasion, elle s’est dotée d’un statut et d’un règlement intérieur dans lesquels ont été définis ses objectifs et attributions applicables par chaque APE.

Les acquis de la FENAPEEM sont élogieux tant en quantité qu’en qualité. Des milliers de salles de classe ont été construites, réhabilitées et équipées avec les cotisations librement consenties par les parents d’élèves.

L’apport de la FENAPEEM a toujours été déterminant dans la résolution des différentes crises qu’a connues le système éducatif malien. Dans ce cadre, la FENAPEEM a signé plusieurs protocoles avec l’AEEM dont le principal est le décrochage de l’AEEM de l’école fondamentale.

 

La “Commission de suivi et d’évaluation de l’Accord de Partenariat pour une Ecole Apaisée et Performante” est présidée par le Secrétaire aux Relations Extérieures de la FENAPEEM, le prof. Soumano, un des compagnons fidèles et infatigables du doyen Mamadou Lamine Soumano, Président de la FENAPEEM.

 

EN 2002, la FENAPEEM s’est dotée d’une charte des parents d’élèves.

Ensemble des dispositions ayant trait aux droits et devoirs des parents vis à vis de l’enfant pour son éducation, la carte codifie les relations avec l’Etat, l’institution scolaire et les autres partenaires.

 

Une des dispositions de la charte, fait des parents les “premiers éducateurs quelle que soit leur situation…”. C’est une disposition de taille, surtout aujourd’hui où beaucoup de parents ont démissionné, abandonnant les enfants à la seule institution scolaire.

 

Chers participants,  

Autres temps autres mœurs. Vos structures, pour être plus efficaces, doivent s’accommoder de certaines réalités de l’heure :

 

L’Ecole fonctionne aujourd’hui en mode décentralisé avec plus de responsabilité, de compétences transférées aux collectivités territoriales dont celle qui consiste à mobiliser toute la communauté éducative autour de l’école. Et  justement vos structures régionales et subrégionales se sont  accommodées de cette nouvelle donne avec bonheur dans l’intérêt de l’école. En effet, conformément aux dispositions de l’Arrêté N°2011-3370/MEALN-SG du 16 août 2011, l’Association des Parents d’Elèves est membre de droit du Comité de Gestion Scolaire (CGS) et à ce titre participe à toutes les activités de l’école. Institution autonome, reconnue d’utilité publique par Décret N°01-367/PRM du 20 août 2001, elle peut mener, indépendamment des activités des CGS, les activités qui lui sont propres.

Nous vous savons gré d’encourager vos structures à assurer leurs missions d’information et de formation à l’égard de tous les parents. Plus que jamais la jeunesse surtout scolaire et estudiantine a un besoin crucial de repères.

 

Monsieur le Président,

Chers participants,

 

« Être enseignant c’est un métier, être parent c’est un devoir » disait un penseur français. L’éducation et la formation de l’enfant exigent le concours de tous les partenaires de l’école. Plus que jamais, les parents, les enseignants, les administrateurs doivent conjuguer leurs efforts.

 

Oui Monsieur le Président,   

 Messieurs les participants,

Vos contributions et celles de vos structures de base sont essentielles à l’épanouissement de l’école malienne.

 

Les CGS ne peuvent faire l’économie de votre contribution en toute nature et de votre expertise en termes de mobilisation de ressources pour la réalisation du plan de développement de l’école communément appelé Projet d’école.

 

Oui Monsieur le Président, l’APE est nécessaire à l’école. Oui Monsieur le Président, la FENAPEEM ne mourra jamais ; tant qu’il y aura l’école, il y aura APE.

 

Monsieur le Président,

Chers participants

Le cadre que vous avez fixé pour votre conseil est la redynamisation de vos structures. Je suis alors fondé de croire que vous mettrez sur la table tous les acquis à renforcer mais aussi les problèmes et défis à relever.

 

Je ne doute point que de vos débats sortiront de recommandations fortes permettant de renforcer les capacités de vos structures pour qu’elles soient à hauteur de mission.

 

Chers participants,

Chers invités,

Je ne saurais terminer mes propos sans saluer l’Homme qui préside avec bonheur aux destinées de la FENAPEEM depuis des décennies. J’ai nommé Monsieur Mamadou Lamine DIARRA, l’Enseignant, le vrai enseignant, l’Enseignant modèle, l’Administrateur scolaire modèle, le Sage.

 

Qui ne connait pas Mamadou Lamine au Mali?  Son nom est intimement lié à celui de l’Ecole malienne. Depuis plus d’un demi-siècle, il est quotidiennement aux services de l’école malienne. Quel ministre de l’éducation n’a pas eu recours à ses services?  Quel responsable de l’éducation peut se targuer de n’avoir pas craint la foudre de Monsieur Mamadou Lamine Diarra?  Le dire vrai a toujours été son crédo. Oui, Monsieur Mamadou Lamine n’a jamais eu peur de personne pour dire la vérité. Oui, parler vrai pour pouvoir construire pour de vrai. Merci Président.

 

Chers participants,

Tout en souhaitant plein succès à vos travaux, je déclare ouvert le conseil National de la FENAPEEM

 

Je vous remercie.

PARTAGER