La Fondation Balanzan pour la Gouvernance et la Stabilité : Une initiative pour réconcilier le politique et le citoyen

0
Moussa Makan CAMARA
Moussa Makan CAMARA

” Si tu perds ton chemin, retournes  jusqu’au point où tu te reconnais … “, disait Pr Joseph Ki Zerbo. Cet adage caractérise le parcours du processus démocratique malien, naguère présenté comme un modèle en Afrique et au-delà. Ces  chocs aussi soudains que profonds ont permis de  faire une prise de conscience de  la   fragilité des  certitudes  nourries, non sans orgueil, sur  le parcours démocratique  du Mali et du caractère perfectible de celui-ci. Que d’illusions perdues !

Le sentiment d’invincibilité fut  brisé par l’occupation des trois quarts  du territoire national pendant de longs et pénibles  mois. La  certitude que  notre Armée nationale était une Muraille imprenable, fut éprouvée par les revers de celle-ci.  La forme laïque de l’Etat doublé du caractère séculaire et tolérant de l’Islam  a contenu les assauts d’illuminés qui infligèrent à  nos  mères, nos épouses, nos sœurs et nos filles les pires  exactions ;  eux qui  tentaient d’imposer un  “soi disant islam” qui  rame loin des prescriptions de la parole d’Allah, ne laissèrent comme souvenir que soupirs et chagrins.

L’exemplarité  affiché du  processus démocratique n’a pas permis de mettre en place des institutions fortes  et résilientes, l’avènement d’acteurs politiques issus d’élections transparentes et crédibles par des citoyens exerçant leur droit de contrôle sur la gestion des affaires publiques. La renommée de pays du jatiguiya légendaire a été écornée par une  foule aveuglée et ennivrée  qui a  envahi le tarmac de l’aéroport de la capitale pour s’opposer à l’atterrissage des avions des Chefs d’Etat et de Gouvernement  de pays amis et frères qui venaient nous aider à  sortir des griffes d’une  junte dont peu de gens  se doutent  désormais de la  nature  prédatrice et  sanguinaire.

La réputation de respect de  l’engagement et de la parole donnée a été assombrie par des hommes  et des femmes politiques et pas des moindres,  qui ont soutenu un coup d’Etat, oui un coup d’Etat aussi inutile qu’inopprtun, un “crime imprescriptible “ dont l’épilogue doit permettre de démasquer les complicités avouées et inavouées, les appuis explicites et implicites. L’existence dans   notre histoire de Rois et d’Empereurs prestigieux qui nous prédisposait à  comprendre et à respecter nos souverains  pour ce qu’ils sont, a été fortement éprouvée par une horde d’individus violents et passionnés,  traversant  bruyamment la capitale, sous le regard à tout le moins complaisant des forces de l’ordre d’alors,  qui envahirent  le Palais de la République pour tenter d’y assassiner le Président de la République

Cependant, la tentation à la démobilisation, au  découragement,  au désengagement, à la baisse des sentinelles de la démocratie,  conséquence logique de tant d’épreuves, de tant d’humiliations, de tant  de reculs de la démocratie est la pire  des options et des postures à adopter dans ces circonstances.

Rappelons nous, si cela peut nous remobiliser que Sunjata, Mari Jata, Kala Jata  fut reduit à sa plus petite expression  et contraint à l’exil , avant de revenir  bâtir à Niani (en français supplice),  le prestigieux Empire du Mali,  une de nos multiples  références historiques et politiques,  la citation n’étant pas limitation.

Emergeant du creux de la vague après les élections présidentielles et législatives dont chacun sait désormais dans quelles conditions elles auront été organisées, en tout cas dans le septentrion,  il est  désormais  évident que : la démocratie va bien au-delà  des élections, même celles bien organisées ; les institutions de la République, les partis politiques, les élections ne constituent que des moyens au service de la gouvernance politique, démocratique, économique et du développement ; si la force que confère le suffrage  universel n’est pas mise au service d’une bonne   gouvernance, il y aura toujours un décalage entre  le pays légal et le  pays réel. Aussi, la Fondation Balanzan pour la Gouvernance et la Stabilité  invite à un sursaut national et démocratique pour consolider l’Etat de droit, renforcer la légitimité et l’efficacité des formations et partis politiques, accroître la transparence et la crédibilité des élections.

Ce sursaut   national  et démocratique est d’autant plus   nécessaire  que : les institutions issues du processus démocratique ont  manifesté  leurs limites objectives  en certains points ; les acteurs politiques, notamment les formations et partis politiques  sont en quête de plus de légitimité, et d’efficacité pour restaurer la confiance des citoyens  en eux ; les élections sont de plus en plus l’occasion  et le moyen privilégié de conversion  et de recyclage d’hommes et de femmes en  fin ou en  mal de succès dans leur carrière professionnelle et/ou  en manque   de prospérité dans leurs affaires privées ; les  citoyens, faute de mécanismes appropriés, ont peu d’emprise sur  la gestion des affaires  et des politiques publiques. La finalité de ce sursaut national et démocratique est  de réconcilier le politique et le citoyen, relégitimer la politique  en d’instaurant  un débat de haut niveau pour  procéder à  un diagnostic approfondi  et indépendant de ces questions, formuler des recommandations et faire en sorte que celles-ci soient prises en compte par les décideurs.

La  Fondation Balanzan pour la Gouvernance et la Stabilité se veut  ce cadre inclusif  de Réflexion et d’Action  pour consolider la démocratie pluraliste avec comme objectifs stratégiques  de : contribuer à créer une nouvelle dynamique institutionnelle, aider à l’émergence d’acteurs politiques (formations et partis politiques) de type nouveau. Contribuer à la mise en place  de processus électoraux plus transparents, plus crédibles. Contribuer au renforcement de  la citoyenneté responsable. A cette fin, la Fondation Balanzan  met en place un Réseau  de Connaissance et de Pratique  regroupant les représentants des pouvoirs publics, des femmes et des hommes politiques, des leaders et responsables de la Société civile, les enseignants-chercheurs, des élus nationaux et locaux.

Le réseau Balanzan  est un espace de promotion de la libre expression  contradictoire  sur les enjeux et les défis de la consolidation de l’Etat de droit, du renforcement du  processus démocratique, de l’ancrage de la culture électorale, de la bonne gouvernance et de  la promotion du contrôle citoyen sur la gestion des affaires et des politiques publiques. Pour participer aux travaux du Réseau Balanzan, prendre contact à f.balanzan@gmail.com .

Moussa Makan CAMARA*

Ancien Ambassadeur, Ancien haut fonctionnaire international. Président de la Fondation Balanzan

PARTAGER