G5 sahel : Une autre tragi-comedie bien africaine

5
Le G5 Sahel demande des financements
Les présidents mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, nigérien Mahamadou Issoufou, malien Ibrahim Boubacar Keita, tchadien Idriss Deby et burkinabè Roch Marc Christian Kaboré (de gauche à droite) au sommet du G5 Sahel le 6 février 2018 à Niamey afp.com - BOUREIMA HAMA

Alors que les groupes islamistes à tendance djihadiste, dont le tristement célèbre Boko Haram continuent de faire des victimes en Afrique de l’Ouest, les chefs d’Etat des pays concernés peinent toujours à mettre leurs forces en commun pour écarter la menace.

Une ‘’comédie’’ aux conséquences tragiques pour les populations. Mais, pas seulement. Que nos chers présidents, reçoivent mes sincères excuses s’ils s’en trouvent froissés, mais le mot ‘’comédie’’ me semble le plus illustrateur de ces réunions interminables, incapables de déboucher sur une stratégie militaire commune contre le terrorisme.

Le dernier acte en date de la comédie a été joué récemment, et a vu l’accession du président nigérien Mahamadou Issouffou à la tête du G5 Sahel doublée de la nomination d’un secrétaire permanent. Quid de la force militaire conjointe censée pacifier le Sahel. Pour toute réponse, j’ai entendu sur RFI un officiel africain exprimer son «espoir de voir la force monter en puissance» et c’est tout. Alors qu’on les attend sur le terrain de l’action, sur le terrain militaire, le seul mérite de nos présidents est d’avoir monté une superstructure au nom qui fait joli, mais qui jusque-là reste une coquille vide.

En fait, rien de nouveau sous le soleil. Les tergiversations qui entourent le G5 Sahel rappellent, à bien des égards, l’idée de la force dite en attente de la Cedeao, tombée aux oubliettes avec la fin de la crise militaro-politique ivoirienne.

Les nouvelles menaces sécuritaires exigent des pays africains et particulièrement ceux du Sahel, une réelle mutualisation des moyens militaires et des renseignements, l’accroissement des moyens et l’implication intelligente des populations dans un cadre plus pragmatique, orienté vers des actions opérationnelles concrètes. Face à ce constat, il est regrettable de voir les chefs d’Etats étaler leurs incompétences, se traduisant par une absence de stratégies véritables, le manque de courage politique ainsi que la mise en avant des méfiances entre états voisins, des egos, de petites querelles de leadership et d’un opportunisme rampant aux bénéfices de leurs propres pouvoirs plutôt qu’ à ceux des populations.

En un mot comme en mille, l’incompétence mêlée au manque de volonté des présidents des pays du Sahel, est la raison principale du martyr des populations. Sinon, le manque de moyens financiers ne saurait, à lui seul, excuser le refus des présidents concernés d’assumer leurs missions régaliennes de sécurisation des populations, ou l’amateurisme suicidaire qui entoure les actions de ceux qui s’y essaient. En effet, dire que les pays du Sahel sont pauvres au point de ne pas être capables de mobiliser 50 millions d’Euros (moins de 32 milliards) nécessaires pour assurer leur propre sécurité, me semble ridicule !Il faut arrêter les faux-fuyants et passer à l’action militaire, car les exemples partout dans le monde, montrent que c’est le seul langage que les terroristes comprennent. Le Tchad a montré l’exemple. Il faut reconnaître à ce pays d’avoir fait le job au point où on s’était pris à annoncer la fin du chef de Boko Haram.

Hélas, le patron de Boko Haram annonce dans une dernière vidéo la poursuite de sa folie meurtrière. Dans des pays sérieux, cette nouvelle aurait suscité une réunion d’urgence ne serait-ce qu’entre experts. Mais que constate-t-on ? La peur et l’incompétence ont paralysé le potentiel de nos présidents qui ont remis leur sort entre les mains de l’Occident, notamment l’Union Européenne. Et pourtant, nombre de pays africains ont déjà fait l’amère expérience de confier leur sécurité à l’étranger. Depuis des années, les occidentaux, américains en tête, ont promis d’aider le Nigéria à neutraliser le chef de Boko Haram. Mais en vain.

Après avoir applaudi Hollande jurant le soutien de la France au Mali contre les djihadistes, les Maliens ont fini par marcher contre l’armée française parce qu’entre autres, ils sont désillusionnés par l’existence de ce «kyste» formé par les djihadistes dans la localité de Kidal. Les exemples sont nombreux qui démontrent que l’agenda des occidentaux obéit plus à leurs intérêts qu’à «l’amitié », ce terme devenu totalement désuet et sans contenu réel, mais dont la magie continue curieusement d’opérer lors des tournées africaines des présidents occidentaux, notamment français.

Les présidents des pays membres du fameux G5 Sahel doivent prendre leur destin en main et imaginer une défense commune face au terrorisme djihadiste. En le faisant, ils ne sauveront pas que les populations, mais aussi leurs pouvoirs auxquels ils semblent tant tenir. Car, à vouloir persister dans leur comédie actuelle, ils seront tous balayés par la menace terroriste.

Comme le disait la star du reggae Alpha Bondy, « nous avons le choix entre avancer ou périr tous comme des idiots ».

A bon entendeur, salut !

Par lanouvelletribune.info

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. L’ INERTIE DE NOS “DIRIGEANTS” LACHES ET LARBINISÉS FRANCO-ARABIQUEMENT, EST DUE AUX MENACES DE POURSUITES IMPLICITEMENT OU EXPLICITEMENT ÉMISES CONTRE LES VIOLATIONS DES DROITS DES TERRORISTES ISLAMISTES.

    LE TERRORISME ISLAMIQUE ÉTANT LE SEUL MOYEN DE GUERRE PAR PROCURATION ET LE SEUL ET UNIQUE OUTIL “GÉOPOLITIQUE” RESTANT AUX MAINS DE L’ OCCIDENT(FRANCE, USA, UK, UE, CANADA, ….)

    EN VOICI UNE PREUVE FLAGRANTE :

    La Cour pénale internationale a ouvert jeudi un «examen préliminaire» portant sur des crimes commis aux Philippines, où les autorités ont déclenché une guerre sanglante contre la drogue.

    Rodrigo Duterte a été élu président en 2016 sur une promesse d’éradiquer le trafic de drogue en faisant abattre des dizaines de milliers de délinquants.

    Depuis son élection, plus de 4.000 trafiquants et usagers de drogue présumés ont été tués par la police.

    QUELLE DIARRHÉE MORTELLE D’ AMPLEUR OCCIDENDALE…!!!

    SIGNÉ :
    WAZEKWA TOLO Doe,
    SPIRIT OF Zimbabwe Banconi Ghetto-City of Wadawada,
    Colombia of Bamako DC .

  2. Vous perdez votre temps: le G5 n’existe pas…

    La france est en train de perdre du temps avec nos pays….

    Plus on perd du temps avec le G5, plus nos armées ne se renforcent pas….

  3. “G5 sahel : Une autre tragi-comedie bien africaine” (dire que les pays du Sahel sont pauvres au point de ne pas être capables de mobiliser 50 millions d’Euros (moins de 32 milliards) nécessaires pour assurer leur propre sécurité, me semble ridicule !)
    . Vraiment, un autre machin pour se donner bonne contenance ou fuir ses responsabilites….

  4. MERCI POUR CETTE ANALYSE.

    PAS PLUS TARD QUE CE MATIN, JE ME DEMANDAIS SI LE BUDGET DU G-5 SAHEL NE S’ELEVAIT PAS PLUTÔT A 450 MILLIARDS D’EUROS. QUELQUES MINUTES PLUS TARD SUR RFI , J’ENTENDIS LA CONFIRMATION QU’IL S’AGIT BEL ET BIEN DE 450 MILLIONS D’EUROS, SUR 4 ANS SOIT 300 MILLIARDS DE FCFA SUR 4 ANS SOIT EN MOYENNE 75 MILLIARDS DE CFA PAR AN.

    QUAND ON BIEN SAIT QU’ILS SONT 5 ET NE PRATIQUENT AUCUNE DISCRIMINATION, CELA REPRÉSENTERAIT 15 MILLIARDS DE CFA PAR PAYS ET PAR AN.

    SI L’IDEE COMMUNÉMENT RÉPANDUE QUE NOS PAYS NE SERONT MIEUX DÉFENDUS QUE PAR EUX MÊMES, EST SINCÈRE ET RÉELLE, ALORS COMMENT EXPLIQUER QUE CES PAYS DONT LE NÔTRE QUI A FAIT VOTER UNE LOI DE PROGRAMMATION MILITAIRE DONT LE MONTANT EST SUPÉRIEUR AU BUDGET DU G-5 SAHEL, NE SE DÉCIDENT PAS A PRENDRE EN CHARGE EUX MÊMES, CE MONTANT.

    AU LIEU DE CELA, LES PRÉSIDENTS EN EXERCICE SUCCESSIFS, CHACUN SON TOUR, SILLONNENT LE MONDE A COÛT DE PLUSIEURS MILLIARDS CFA SUR LES BUDGETS DÉJÀ MASSACRÉS, SÉBILE A LA MAIN, MALGRÉ LES MÉPRIS ET LES HUMILIATIONS INÉVITABLES.

    TOUTES CHOSES QUI DONNENT L’OCCASION A CERTAINS DIRIGEANTS DE TRAITER PUBLIQUEMENT OU EN PRIVÉ, TOUTE L’AFRIQUE DE PAYS DE TROUS DE CULS, PIRE QUE DES PAYS DE MERDE QUE LA PRESSE FRANÇAISE, PAR SENTIMENT DE CULPABILITÉ SANS DOUTE VOULAIT NOUS FAIRE AVALER.

    ÉVIDEMMENT CELA NE DOIT PAS ÉTONNER QUAND ON GARDE A L’ESPRIT LA MENTALITÉ D’ETERNELS ASSISTÉS DE NOS PAYS OÙ CELLE COURAMMENT RÉPANDUE DE SE TOURNER VERS L’ARGENT DES BLANCS, L’ARGENT DES AUTRES, L’ARGENT CADEAU.

  5. merci à la nouvelle tribune.
    on peut acheter un avion casse présidentiel à 17 milliards, 21 millirads, suivant les sources; qui n’était pas prévu dans le budget, mais incapable de 3,4 ou 4,2 milliard par état.
    quel triste sort!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here