[Opinion] La France en guerre au Mali : La pilule à avaler sera amère

111 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le Mali que nous avons connu, c’est à dire fier, debout et digne, n’existe plus.

C’est dur de l’admettre mais c’est la triste réalité avec laquelle il va falloir s’y habituer.

Mr Yachim Maiga

Ceci étant, revenant à une question qui taraude beaucoup parmi nous, à savoir n’est-il pas mieux que la France  recolonise le Mali,  je dirai simplement que la France n’a plus besoin de nous recoloniser. Désormais, nous sommes tous français, et nous nous plierons au diktat de nos ancêtres les gaulois,  une fois l’orage derrière nous.

François Hollande ave la France, sauveur du Mali, peut légitimement nous imposer une ligne de conduite à respecter dans les négociations futures. Car n’oublions pas qu’ils ne vont pas rester tout le temps. Il  va falloir, un moment donné comme en Afghanistan, que les forces étrangères  se retirent. Un retrait qui ne peut se faire sans avoir à régler l’épineuse question des régions du Nord.  Il ne faut pas se voiler la face c’est dès aujourd’hui qu’il faut mettre la question sur la table : La France au secours du Mali et après ? Plus rien ne sera comme avant, car cette fois- ci nous devrions prendre en compte le facteur : l’intervention étrangère. C’est toute la gouvernance  qui est à revoir et cela passe par des choix. Il est fort à parier que les français, nos sauveurs, et futurs vainqueurs de la guerre contre les jihadistes, auront leurs mots à dire et surtout à imposer, comme jadis l’URSS en RDA après la seconde guerre mondiale. Le probable scenario serait la carte de l’autonomie des régions du Nord sous la férule du MNLA. Nous n’aurons pas le choix, car nous n’avons plus aucune carte maitresse en mains pour négocier.

Avec des forces armées mal formées et sous–équipées, une classe politique en déconfiture, une société alimentaire, un pays divisé entre Nord et Sud, le Mali ne peut se permettre une énième humiliation : entre l’autonomie des régions du nord ou l’humiliation suprême, la prise de Bamako, le choix est vite fait.

Nul n’est dupe, cette guerre est une guerre géostratégique où la France joue gros. Elle tient l’occasion rêvée de se faire une place au soleil au Mali où elle aura toute la latitude d’exploiter les ressources énergétiques du nord. Elle qui ne possède plus de ressources.

Aider le Mali à ne pas disparaitre, et aussi et surtout lutter contre le terrorisme international, à la place des autres puissances étrangères, est le scenario idéal qui  lui ouvrira toutes les portes pour conduire à sa guise les négociations vers l’autonomie de l’Azawad.

Ca parait presque utopique, mais n’en déplaise ceux qui ne veulent pas voir la réalité, notre avenir en tant que nation malienne indivisible, nous a déjà échappé. C’est mon intime conviction d’analyste rêveur.

Revisitons ensemble quelques bizarreries soudaines qui viennent de se produire dans l’intervalle de deux semaines. Une semaine plutôt, les rebelles, version Ansardine d’Iyad Aghaly venait de faire connaitre leur position: autonomie. Deuxième bizarrerie : Juste à la veille de l’ouverture des négociations prévues le 10 Janvier 2013 au Burkina,  les hostilités se déclenchent et en deux jours de combat, le Mali entier est ébranli.

Troisième bizarrerie : il a suffit de quelques heures à l’armée française de se déployer à Sévaré et comme par enchantement au même moment, le Président français présentait ses vœux aux diplomates  qui avaient la primeur des combats sur le terrain.

L’enchainement des événements soulève une curieuse coïncidence. Est-ce le hasard ? Ou est-ce une planification orchestrée avec une main de maitre ?  Je n’en sais rien, mais je ne crois point aux coïncidences, mais crois plutôt à un plan savamment organisé, qui certes soulage aujourd’hui les maliens, qui nous conduirait toit droit au mur : le Mali libéré, et après ?

Dommage qu’au moment même où le sort de la nation malienne se joue entre rebelles et forces étrangères, nos politiciens assoiffés et affamés s’ameutent dans les rues de Bamako pour on ne sait quel but.

Bon allons, me diriez-vous, l’essentiel est que les français nous aient aidés à stopper l’avancée des rebelles vers le sud et il faut les rendre gloire en chantant désormais la « Marseillaise » et en brandissant le drapeau tricolore français.

Après la guerre, il va falloir retourner à la table de discussions : les rebelles qui ne voudraient certainement même pas du sud, pensaient mettre la pression sur le Mali pour influencer les négociations prochaines. Mal leur a pris, car ils viennent sans se rendre compte, faciliter le travail du MNLA. Aujourd’hui ce dernier se pré-positionne déjà pour occuper toute sa place dans les négociations.  Nos autorités ont-elles la tête aux négociations ?  J’en doute fort. Quel négociateur malien pourrait-il relever la tète lors des négociations après cette énième humiliation pour exiger quoi?

« Malheur aux vaincus,  criaient les romains qui venaient de vaincre sur l’armée gauloise » Cette terrible boutade pourrait bien s’appliquer à nous maliens. Malheur à nous vaincus et humiliés. Nous ne sommes plus en capacité d’exiger quoi que ce soit.

Les français, nos sauveurs, feront de nous ce qu’ils voudraient sans avoir à nous  recoloniser.

Nous leur serons éternellement reconnaissants en chassant les rebelles de la partie utile du Mali. En contre partie nous leur dirons de faire ce qu’ils voudraient du nord, cette partie maudite par où tous nos malheurs arrivent.

Après tout, en nous débarrassant de cette partie maudite, qu’est le Nord, on pourra enfin vivre en paix et sans crainte de rébellion. Alors seulement, on pourra s’occuper de nos manifestations de rues, de nos grèves illimitées, et  autre sit-in. Nous pourrons tranquillement de nouveau battre le pavé avec les sacs de riz, de thé et de sucre pour nous faire élire.

Quant aux nordistes qui n’en veulent pas de l’autonomie, ils ont le choix de nous rejoindre plus au sud, ou de rester là-bas dans cette  partie  que même les harikoy, les hakoye et gandakoye ont abandonné pour les fous de Dieu et les seigneurs de la drogue et du trafic.

La pilule à avaler sera amère et même très amère car les vaincus ont toujours tort.

Une contribution de Mr Yachim MAIGA pour maliweb.net
Port-Au Prince, le 15 janvier 2013

111 Réactions à [Opinion] La France en guerre au Mali : La pilule à avaler sera amère

  1. Olivier09

    En tant que français je crois pouvoir vous dire que la France (son peuple) n’attendra rien en retour de cette intervention en espérant toutefois qu’elle réussisse. Et ceci pour deux raisons fondamentales:

    -Notre culture nous interdit de réclamer le règlement de dettes fussent-elle d’honneur entre amis. Nous ne sommes pas les américains et ce genre de comportements sont considérés comme viles. Faites commerce avec la Chine ou l’Allemagne après cette affaire: nous grognerons certes mais respecterons votre décision.

    -Nous nous attendons bien sur à être dépeints comme de viles profiteurs colonialistes d’ici quelques mois quand tout se sera calmé car c’est la façon dont les élites africaines on dominé (et continueront à dominer) un auditoire crédule depuis les indépendances.
    Ce sont des gens tels l’auteur de cet article qui vous colonisent depuis 50 ans en agitant les conspirations les plus improbables, en manipulant vos peurs et malheurs, et en vous dédouanant de toute responsabilité. :

    • djeden

      Bonsoir Olivier09

      Je vous demande de ne pas faire attention à ces quelques abrutis (qu’on trouve d’ailleurs partout en afrique) qui pensent qu’on est toujours aux années des indépendances.

      Ils resteront sur le quai car le train qui a demarré il y a 50 ans ne peut plus les récupérer. Heureusement qu’ils ne sont plus qu’une minorité désavouée comme vous pouvez constater à travers les différents commentaires.

      « …être dépeints comme de viles profiteurs colonialistes d’ici quelques mois quand tout se sera calmé… » Je ne serai pas non plus surpris car si en pleine action de sauvetage de notre pays la France n’est pas épargnée, attendons nous à d’autres réactions négatives de ce genre après l’opération.

      Vive le Mali
      Vive la France et son Président François HOLLANDE

      • Olivier09

        Merci pour votre réponse djeden.
        Vous dites que cette faction est maintenant très minoritaire, mais vu d’ici, il semble qu’elle représente la majorité tellement elle est bruyante.
        Je m’avance peut être en disant que la situation au Mali a pu dégénérer à ce point principalement à cause de cette faction « pseudo-anti-impérialiste » qui paralyse les chancelleries occidentales.

  2. sebdefrance

    je découvre le site car je recherchait des infos sur la guerre au mali.
    je connais trés mal ce pays, je vie en france et je me sent citoyen du monde.
    j ai ete elevé en banlieu avec beaucoup d africains de différents pays.gabon cameroun senegalais congolais
    Cela m attriste que beaucoup de pays affricains n arrivent pas à trouver une stabilité politique mais je pense que cela est certainenent dû à la pauvreté à la corruption ( les hauts dirigeants voulant recuperer un maximum du maigre gateau), le pillage des richesses également.
    les pays riches devraient donner une chance aux pays d afrique de se développer quand je vois l excés dans les pays dit riches et la pauvreté materiels dans les pays dit pauvres je ne comprend pas.
    je pense que maiga a raison par rapport à l inconscient historique du pays , il aurait fallu l europe plutôt que la france mais bon l intervention etait urgente.
    j espere que le mali sera retrouvé un état fort afin que son peuple puisse vivre dans la sécurité

  3. Anaiss

    Va te faire voire Mr maiga pauvre cancre

  4. idrissa Diemé

    Je suis d’accord avec vous monsieur. C’est une analyse pertinente.mais il reste que dans ce dossier malien il y a beaucoup de zones d’ombre depuis le putch intervenu a un mois des elections ;les hesitations de la cedeao ;ces negociations interminables ;l:attitude de l’ONU. Trop de bizareries. Seulement a mon humble AVIS les soldats de la cedeao devraient imperativement occuper le nord mali au moins trois a cinq ans le temps de reorganiser l’armee malienne.

  5. keital

    Très bonne analyse et malheureusement elle n’est pas scrutée par la plupart des maliens. Ce scenario qui est par vous développé risque bien de se produire. J’espère que les maliens seront prêts pour faire face à ce scenario tout en demontrant avec de vrais arguments que le Mali doit et peut rester un et indivisible.

    • moussalaha

      Merci Mr Maiga votre analyse ressemble à l’attitude de ces cadres politiques malhonnêtes qui étaient dans la rue pour demander des concertations tandis que nos ennemis étaient à la porte de Mopti;Comme disent nos amis bambaras je cite <> ce n’est pas quand la guerre est derrière ta concession que tu doit chercher les armes.Le malheur du Mali vient toujours de nos grands intellectuels.Nous nous disons Merci à François HOLLANDE et à tous ses alliés et je réapprendrai la Marseillaise,s’ils veulent s’éterniser pourquoi vont -t-il former notre armée? Monsieur MAIGA PRIONS ENSEMBLE LE TOUT PUISSANT POUR SAUVER LE MALI.

  6. féministe

    Mille merci à blanche neige pour répondre ce Maïga. Vive la France qui envoie ses enfants pour libérer le Mali, Vive Le Mali. Abbas les pays voyous qui finances les wahabites térroriste pour tuer les Africains chez eux.