Le fichier biométrique pour départager les candidats

2

  La guerre n’a pas commencé. Il n’empêche les candidats à la prochaine présidentielle sortent déjà du bois.
Répondez je suis candidat  (Dans le désordre) :
–         Ibrahim Boubacar Kéita (ancien Premier ministre, ancien Président de l’assemblée nationale)
–         Soumaïla Cissé  (ancien ministre)
–          Blaise Sangaré  ( Elu, et homme politique)
–         Mountaga Tall   ( Elu et homme politique)
–         Oumar Mariko  (Elu et homme politique)
–   Modibo Sidibé  (ancien Premier ministre)
La liste n’est pas exhaustive. On ne connaît pas encore le candidat de l’adéma, on ne sait pas non plus les intentions d’une dizaine d’autres probables candidats.
Mais dores et déjà un débat fait rage : le Premier ministre Cheick Modibo Diarra a-t-il le droit d’être candidat ?  Le débat est biaisé. Jusqu’à présent, il n’a pas levé le moindre doigt, il n’a pas élevé la moindre voix pour annoncer la couleur.
Je ne souhaite pas entrer dans un débat stérile sur les textes stériles de la transition. Ce n’est pas le moment.
L’urgence est pour le moment se situer à un seul niveau : la libération du nord du Mali, et l’organisation d’élections transparentes et crédibles pour une fois dans notre pays.
Pour y arriver, nous devons imposer aux décideurs, l’établissement d’un fichier biométrique au Mali. C’est à mon avis la priorité des priorités.
Concentrer le débat sur la candidature d’une seule personne, c’est fuir le débat. C’est noyer le poisson. Les maliens ont besoin de renouveau. Lorsqu’on jette un coup d’œil sur la listes des potentiels candidats, on hurle tout de suite « les vieux chevaux sont de retour ».
Depuis vingt ans, ce sont les mêmes qui dansent le disco sur la scène politique. Le rythme du disco étant devenu trop rapide, ils ont viré au takamba, avant de venir au Slow.
Il y a une véritable réflexion à mener sur les hommes politiques qui nous gouvernent ou qui veulent nous gouverner.
Leur moralité ? Leur projet de société ? Ne cherchons pas loin,  c’est  essentiellement de s’asseoir dans le fauteuil présidentiel. C’est un fauteuil moelleux, douillet,  doucereux, liquoreux. Le reste ne l’intéresse pas du tout.
Je veux ici lancer un mouvement « Fichier biométrique ou pas d’élections au Mali »
Nous devons ça au peuple malien, nous devons ça à nos sœurs et frères qui souffrent dans le nord du Mali.
Nous devons ça à nos filles qui sont violées quotidiennement par des criminels qui évoluent sous le terme d’islamistes.
Nous devons ça à nos ancêtres dont les sépultures au nord sont  profanées chaque jour.
Nous devons ça aux futures générations.
Nous devons ça à nous-mêmes
Le premier responsable interpellé est donc le ministre malien de l’Administration territorial. C’est lui qui est chargé d’organiser les élections.
C’est lui qui est le maître d’œuvre de l’organisation des élections.
C’est sur lui que repose la remise de la démocratie sur les rails.
Ancien proche collaborateur du capitaine Amadou Sanogo, le ministre de l’administration territorial, fait partie des jeunes officiers qui ont été rencontrés Cheick Modibo Diarra pour lui demander de devenir Premier ministre.
Le ministre de l’administration territoriale doit donc mettre en place un fichier biométrique, pour ne pas être soupçonné de soutenir un des candidats.
Il doit maintenant prendre cet engagement devant la nation malienne, qui ne lui pardonnera aucune erreur.
Un officier est homme d’honneur. C’est maintenant qu’il faut tout mettre en œuvre pour l’élaboration d’un fichier biométrique.
Si les prochaines élections ne sont pas transparentes, si les prochaines élections ne sont pas démocratiques, il faut craindre des troubles dans notre pays.
L’adoption d’un fichier biométrique est le seul moyen d’arriver à l’organisation d’élections crédibles.
Maliens, battons nous pour Obtenir ce fichier biométrique
Mahamame Maïga, professeur de lettres, Bamako

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. BONJOUR TOUT LE MONDE
    LE LT COLONEL DIALLO A PARLE ET TOUT LE MONDE CONTINUE DE PARLER.
    LE MALIEN DOIT ENFIN BOUGER, SI CERTAINS SOLDATS PENSENT COMME LE LT COLONEL DIALLO,
    VA FALLOIR QU’ILS SE RETROUVENT ENFIN.MÊME SI SANOGO VEUT AUSSI SAUVER LE MALI, IL SERA LE BIENVENU.
    SUR MALIWEB ON S’EST ASSEZ INSULTE ET ASSEZ PARLE.MAINTENANT AUX ACTES.
    1-RETROUVONS-NOUS SUR UNE PLATE FORME, PAR EXEMPLE SUR beffodougou@gmail.com.
    2-DEVENONS LES CATALISEURS QUI VONT FAIRE QUE NOS MILITAIRES SE RETROUVENT.
    3-PERMETTONS QUE NOS MILITAIRES SAUVENT LEUR HONNEUR EN RALLIANT MOPTI, REGROUPES TEL UN SEUL HOMME, POUR AU MOINS LIBERER DOUENTZA.
    LE RESTE NOUS ALLONS LE FAIRE AVEC LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE.
    LE MALIEN EST FIERTE ET JE PENSE BON SENS, ALORS CESSONS ENFIN DE PARLER ET AGISSONS.
    LA DIASPORA PEUT AIDER MATERIELLEMENT, J’OSE PENSER QUE LE LT COLONEL DIALLO N’A PAS RISQUE POUR RIEN.
    JE VOUS ATTENDS A L’ADRESSE CI-DESSUS INDIQUEE POUR QUE NOUS PUISSIONS ORGANISER TOUT CELA.
    L’APPEL EST LANCE A TOUT MALIEN, MILITAIRE ET CIVIL ,DE L’INTERIEUR COMME DE L’EXTERIEUR ;SOYONS UNIS ENFIN POUR LAVER L’AFFRONT. ON A ETE ASSEZ DIVISE.
    JE VOUS ATTENDS….

Comments are closed.