Les dérives dans l’application de la charia

2

Tout croyant dans sa vie doit se référer à son livre saint en recherchant inlassablement la perfection dans son comportement. La charia, loi canonique de l’islam est considérée comme le fil conducteur de la vie de sa communauté. Les dérives dans son application créent de nos jours un vaste mouvement de critiques acerbes contre l’islam. Qu’en est-il réellement de la charia ?

Pour l’opinion publique, la charia consiste à couper la main du voleur, à lapider l’homme ou la femme marié coupable d’adultère, d’infliger cent coups de fouets au fornicateur. Ce sont des préjugés, une vision étriquée de la loi divine. La charia est un ensemble de règles de conduite applicables aux musulmans. Elle contient des prescriptions relatives à tous les aspects de la vie humaine, qu’ils soient religieux, politiques, sociaux ou privés. C’est également l’ensemble des règles, des préceptes, des enseignements issus de la révélation.

En d’autres termes, la charia consiste à mettre en application la parole de Dieu et de son prophète dans tous les domaines de la vie. La sanction pénale qui constitue une infime partie du Coran (0,7%) défraye la chronique. Son but n’est pas de sévir mais d’organiser la vie pour qu’elle soit la plus vertueuse et utile possible et de préparer les hommes à leur salut.

Quelques sanctions pénales

Le droit musulman prévoit une série de sanctions qui varient selon la gravité des intérêts à préserver. Le coran mentionne entre autres les sanctions suivantes : la crucifixion, la lapidation, la loi du talion, l’amputation d’un membre, la flagellation, la privation du droit de témoigner, l’affranchissement d’un esclave, l’octroi de nourriture et d’habit aux pauvres, l’offrande d’un sacrifice, le jeûne, le bannissement. L’application de ces peines diffère d’une école juridique à une autre.

L’adultère

L’adultère est le fait d’avoir des relations sexuelles avec une femme autre que son conjoint. Le châtiment est la lapidation à mort en public s’il y a quatre personnes qui témoignent qu’il y a eu effectivement pénétration sexuelle ou encore par aveu. Cette sanction doit être faite avec respect sans porter atteinte à la dignité du fautif.

La fornication

La fornication désigne le fait qu’il ait eu un rapport sexuel entre deux célibataires de sexe opposé. La sanction est la flagellation en public s’il y a le témoignage de quatre personnes.

Les relations homosexuelles

Les hommes ayant commis cet acte sont punis voire exécutés. Il y a des divergences sur les sanctions à appliquer. Cela va de 100 coups de fouets à la peine de mort.

L’apostasie

L’apostat est celui qui renie sa foi musulmane et prêt à combattre les musulmans. Il est puni de mort selon toutes les écoles de jurisprudence. Ce délit ne peut faire l’objet de grâce ; seul le repentir peut éviter à l’apostat d’encourir la peine de mort. C’est en vertu de cette norme que Salman Rushdie est condamné à mort après la publication de son livre intitulé “versets sataniques” paru en 1989.

Le blasphème

Celui qui blasphème est punissable mais il n’y a pas de canon à ce sujet sauf s’il s’agit d’une accusation pouvant engendrer une condamnation à mort ; dans ce cas de figure, le coupable est puni par 100 coups de fouet.

Le vol

Le vol est puni par l’amputation de la main. Le vol d’un proche parent et le vol d’un objet de peu de valeur ne sont pas punis.

Selon les rites malikites et chaféites, au premier vol on coupe la main gauche, au deuxième le pied gauche, au troisième la main droite et au quatrième le pied droit. S’il est encore capable de voler et qu’il le fasse, on l’exécute.

Selon les rites hanafites et hanbalites, la main droite est coupée pour le premier vol et le pied gauche au deuxième vol. Au troisième vol, il est emprisonné.

Problème soulevé par l’application de la charia

Pour certains, les peines corporelles en vigueur dans la loi islamique ne correspondent plus depuis longtemps aux réalités du moment. Ils suggèrent alors une adaptation des lois selon les époques et les situations comme nous enseigne l’exemple du Calife Omar qui a refusé l’amputation de la main des voleurs en temps de disette. Selon ces analyses, la doctrine du Coran doit être révisée et interprétée à la lumière de la philosophie et de la logique moderne. Ils considèrent encore que les dispositions de la charia sont devenues caduques du fait de l’évolution de la société, inutile donc de les préserver tel le cas de l’esclavage.

La peine de mort par exemple est radicalement critiquée par la société moderne qui trouve en elle une confiscation de la liberté religieuse et de la liberté d’expression. Tant qu’une personne vit, elle a la possibilité selon ces abolitionnistes de se racheter ; la priver de sa vie, c’est la priver de ce droit. Et tant que cette épée Damoclès est brandie, il ne peut y avoir de démocratie possible, ni d’évolution de la société. La société selon eux doit jouer sa partition au lieu de s’acharner sur des individus très souvent victimes de l’irresponsabilité de ladite société.

Quelques principes de l’application de la charia

L’institutionnalisation de la charia dans un pays exige un certain nombre de conditions à remplir. Vouloir appliquer la charia en commençant par couper les membres des voleurs, par la flagellation, la décapitation, c’est comme le disait un penseur musulman commencer par la fin. La société doit donc créer les conditions nécessaires pour préserver ses membres, pour les empêcher de tomber dans le délit. Dans une société où la population a de la peine à avoir sa pitance quotidienne, dans une société où la nudité des filles est à la mode, il sera inconcevable de couper la main du voleur ou de fouetter un fornicateur pour un délit commis.

Aussi, dans une société multiculturelle ou laïque, il est absurde et même irresponsable de vouloir placer une religion ou une forme de spiritualité comme norme sociale. En ce sens que pour former une société, il faut mettre en place ce qui rassemble et non ce qui divise. Néanmoins, le respect de la croyance d’autrui doit être de rigueur.

KABORE Karim,
Econome CEG de Poura (abdoulkaka@yahoo.fr)

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Le mot que je lance est que le bon dieu aide le grand Mali de s en sortir dans son difficulte amen

  2. BONJOUR TOUT LE MONDE
    LE LT COLONEL DIALLO A PARLE ET TOUT LE MONDE CONTINUE DE PARLER.
    LE MALIEN DOIT ENFIN BOUGER, SI CERTAINS SOLDATS PENSENT COMME LE LT COLONEL DIALLO,
    VA FALLOIR QU’ILS SE RETROUVENT ENFIN.MÊME SI SANOGO VEUT AUSSI SAUVER LE MALI, IL SERA LE BIENVENU.
    SUR MALIWEB ON S’EST ASSEZ INSULTE ET ASSEZ PARLE.MAINTENANT AUX ACTES.
    1-RETROUVONS-NOUS SUR UNE PLATE FORME, PAR EXEMPLE SUR beffodougou@gmail.com.
    2-DEVENONS LES CATALISEURS QUI VONT FAIRE QUE NOS MILITAIRES SE RETROUVENT.
    3-PERMETTONS QUE NOS MILITAIRES SAUVENT LEUR HONNEUR EN RALLIANT MOPTI, REGROUPES TEL UN SEUL HOMME, POUR AU MOINS LIBERER DOUENTZA.
    LE RESTE NOUS ALLONS LE FAIRE AVEC LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE.
    LE MALIEN EST FIERTE ET JE PENSE BON SENS, ALORS CESSONS ENFIN DE PARLER ET AGISSONS.
    LA DIASPORA PEUT AIDER MATERIELLEMENT, J’OSE PENSER QUE LE LT COLONEL DIALLO N’A PAS RISQUE POUR RIEN.
    JE VOUS ATTENDS A L’ADRESSE CI-DESSUS INDIQUEE POUR QUE NOUS PUISSIONS ORGANISER TOUT CELA.
    L’APPEL EST LANCE A TOUT MALIEN, MILITAIRE ET CIVIL ,DE L’INTERIEUR COMME DE L’EXTERIEUR ;SOYONS UNIS ENFIN POUR LAVER L’AFFRONT. ON A ETE ASSEZ DIVISE.
    JE VOUS ATTENDS….

Comments are closed.