Lettre ouverte Ă  monsieur le ministre de la culture : “Soyez un espoir pour les hommes de culture de ce pays, n’en soyez pas un fossoyeur”

1

Nous avons appris avec soulagement la nomination d’un syndicaliste  avĂ©ré  comme vous Ă  la tĂŞte du dĂ©partement de la Culture. Une de  vos prioritĂ©s serait, je crois de bâtir une industrie culturelle digne de notre pays. Celui des grands hommes de culture et d’histoire. Comme l’a dit monsieur le Premier ministre, le Docteur Cheick Modibo Diarra, il est venu pour travailler, pour bâtir un nouveau Mali avec des hommes nouveaux capables d’apporter leurs petites pierres Ă  la construction nationale. Je pense que le nouveau ministre ne doit pas ignorer ce slogan. Lui, en tant que syndicaliste, il doit comprendre que la culture malienne est victime de ceux qui la gèrent. Ceux-lĂ  mĂŞmes qui ont bâti un empire sur l’injustice, le nĂ©potisme et la partialitĂ©.

Boubacar-H-Kebe-ministre de la culture.

Comment va-t-il bâtir cette industrie culturelle, le meilleur maillon de développement de notre nation, avec des hommes qui veulent vivre de la culture et non qui la font vivre. Monsieur le ministre, je sais que vous ne vous apprêtez pas de construire cet édifice de la culture malienne sur des bases déjà galvaudées. Le vent du nouveau changement amorcé par le docteur Cheick Modibo Diarra doit apporter aux artistes et aux opérateurs culturels de ce pays espoir et réconfort moral contrairement au passé.
Le soulagement des artistes et des opĂ©rateurs culturels Ă  l’avènement de la dĂ©mocratie n’a Ă©tĂ© que de courte durĂ©e, comme le proverbe bamanan dit “sosoro  tara, sosoro nana. “Ce qui veut dire que le système est restĂ© le mĂŞme .Je me pose la question, quand est-ce que le changement tant espĂ©rĂ© sera opĂ©rĂ©, lorsque les diffĂ©rents ministres qui se sont succĂ©dĂ©s Ă  la tĂŞte du dĂ©partement de la culture ont  toujours gardĂ© ces mĂŞmes Ă©quipes dans tous les rĂ©gimes à  savoir :celui  de Alpha Oumar KonarĂ©, Amadou Toumani TourĂ© et maintenant celui de la transition. IL me semble que les autoritĂ©s de ce pays  n’accordent pas l’importance requise Ă  la culture qui, du reste, est le socle du dĂ©veloppement d’une nation forte, digne et respectueuse de son passĂ©. Un grand philosophe chinois disait : Que lorsqu’un Etat chute politiquement, il peut se redresser, s’il chute Ă©conomiquement, il peut encore se redresser, mais s’il chute culturellement, c’est la dĂ©rive totale.
Monsieur le ministre, je voudrais vous demander d’aider monsieur Cheick Modibo Diarra Ă  rĂ©ussir sa mission, celle de conduire notre pays vers  des  lendemains meilleurs fondĂ©s sur des hommes capables, intègres et soucieux de l’Ă©tique et des  intĂ©rĂŞts du pays.
Regardez donc bien autour de vous pour choisir vos collaborateurs, ceux dont les conseils éclairés  vous guideront à mieux cerner  la chose culturelle avec toutes ses composantes.
Votre rencontre avec le monde de la culture nous a Ă©difiĂ©s sur vos intentions, vos projets notamment, la crĂ©ation d’une confĂ©dĂ©ration des artistes Ă  l’image des grands regroupements syndicaux. Belles initiatives, certes, mais qui doit   s’appuyer sur une meilleure connaissance des diffĂ©rentes  associations et des hommes qui les animent. Faites   donc en sorte que vous connaissiez la mentalitĂ© de ces hommes et de ces femmes dont certains sont loin et très loin de ce combat que vous allez mener pour le bien-ĂŞtre et le bonheur des artistes. Il s’agit de tous ceux qui sont Ă  vos portes pour demander de l’argent pour  organiser des concerts au nom de leurs  associations, de ceux qui ont des yeux de bois pour  ne pas  voir la pertinence des projets soumis à  l’Union EuropĂ©enne  par le biais du  PADESC, de ceux qui vous conseilleront toujours d’ĂŞtre Ă  l’Ă©coute des  acteurs culturels qui ne se gĂŞneront pas pour vous dire la vĂ©ritĂ© sur la rĂ©alitĂ© du monde de la culture  malienne. Ils vous diront toujours non, ne les Ă©coutes pas ! Ce sont des droguĂ©s, des analphabètes, des  ignorants comme si eux qui vous conseillent  travaillent Ă  autre chose que sur l’intĂ©rĂŞt.Vous  avez  dĂ©jĂ  bien  dĂ©butĂ©. Faites en sorte monsieur le ministre que vous convoquiez tous les acteurs culturels pour parler de leurs problèmes,  de leurs projets et de l’avenir de la culture de notre pays.
Soyez  donc  monsieur le ministre un espoir pour les hommes de culture de ce pays. N’en soyez pas un fossoyeur
Extirpez-y les  mauvaises  graines, et semez  celles  qui pousseront demain pour nourrir l’art et la culture  du Mali. Faites aussi en sorte que l’argent que nous donne  l’Union EuropĂ©enne  ne lui soit plus  retournĂ© sous  le prĂ©texte fallacieux que les projets ont Ă©tĂ© montĂ©s ou qu’il n’ya pas  d’acteurs culturels  capables de concevoir et de monter de bon projets.
Faites enfin en sorte monsieur que le ministre, votre regard soit portĂ© sur les Commissions  d’Ă©valuations de ces projets qui sont taillĂ©es  sur mesure et  qui  obĂ©issent  non pas aux critères  vrais  d’Ă©ligibilitĂ©, mais Ă  la  volontĂ© des commanditaires. Bonne chance monsieur le ministre
Souleymane Cissé, artiste      auteur scénariste
Tél :   00223    76-37-91-80
           00223    63-51-77-06

PARTAGER

1 commentaire

  1. Dans cette lettre je ne vois que des critiques. L’auteur n’a pas Ă©clairĂ© la voie au ministre pour qu’il s’en sorte. On voit bien qu’il ne comprend pas les problèmes de la culture malienne et par consĂ©quent, il ne dispose pas de solutions. Je propose donc les solutions:
    1. Faire adopter un document de politique culturelle qui sera accepté par les bailleurs.
    2. Réorganiser le cadre règlementaire et législatif.
    3. Réorganiser les 4 programmes du ministère en conformité avec la politique culturelle.
    4. Utiliser les jeunes cadres qui ont une notion des industries culturelles et se dĂ©barrasser du personnel non nĂ©cessaire recrutĂ© rĂ©cemment et ne disposant d’aucune compĂ©tences culturelles;
    5. Former les agents du ministère aux nouveaux concepts;
    6. Faire appel aux experts pour mettre le Mali au mĂŞme niveau que nos voisins;
    7. Se faire entourer par des vrais conseillers et non des littĂ©raires. Pour cela je propose les 4 expertises suivantes: patrimoine, juriste (pour la rĂ©forme du cadre règlementaire, les conventions internationales et les questions de droits d’auteur), relations extĂ©rieurs (pour le partenariat), Ă©conomiste (pour le dĂ©veloppement des industries culturelles).
    8. Nommer des cadres experts financiers à la division des finances et matériel;
    9. Produire des données statistiques fiables et conformes aux normes sous-régionales et internationales;
    10. Fusionner les DRC et les missions culturelles pour réduire les charges, les rattacher aux CADD;
    11. Utiliser de façon judicieux le volet ‘autres dĂ©penses” du ministère.
    12. Rechercher d’autres partenaires
    13. Faire des subventions d’Ă©tat aux vrais acteurs culturels
    14. RĂ©former le BUMDA pour y instaurer la confiance.
    15. Orienter la culture et les acteurs culturels vers le professionnalisme;
    Vous vouyez quel boulot !

Comments are closed.