Lettre ouverte au Premier ministre Moussa Mara

2

Bonjour M. Le premier Ministre son excellence Monsieur Mara Moussa

 

Bani Toure
Bani Toure

Vous prenez la gestion du pays au moment où il traverse des moments difficiles sur tous les plans, au moment où l’on se demande de quoi demain sera fait, le mali est aujourd’hui à la croisée des chemins à un moment ou la jeunesse est en train de perdre repères et espoir, ou les historiens ont du mali à dépoussiérer les livres d’histoire de notre vieille nation, cette crise sans précédente a giflé le mali en plein visage remettant en cause ses fondements même.

C’est à ce moment crucial  que l’histoire a fait le choix votre personne parmi d’autres maliens non moins nantis.

 

Les maliens de  Kayes à Kidal ont choisi IBK pour beaucoup de raison qu’il a tendance à oublier,  L’une des raisons fondamentale de ce choix  était le changement oui le changement, ton Yelema cher à toi Moussa Mara

 

Le changement dans la gestion de l’administration et de la chose publique.

Le changement dans la manière d’appliquer la justice qui semble ne pas avoir la même définition quand on est riche ou pauvre.

 

Le changement et la transparence dans la communication  et la gestion de nos biens.

Le changement concret dans la gestion et la compréhension du mot impunité.

Le mur au dos,  IBK a sans doute compris et c’est pour cette raison qu’il vous a choisi.

Je n’ai pas de doute sur votre capacité à relever ces défis, mais j’ai de sérieux doutes quant à la volonté de IBK et de son clan, de vous laisser travailler, vous connaissant intègre et pragmatique vous saurez prendre en ce moment et dans ce cas  les décisions qui s’imposent ; sachez que l’histoire est têtues et le plus souvent prononce un verdict clair.
Mais en acceptant  ce poste de figurant et de premier ministre sans réel pouvoir vous avez rompu le pacte avec le peuple malien, en effet votre projet de société que j’ai lu en long et en large est au antipode de celui de IBK qui n’a même pas de projet sérieux et claire par rapport à la situation du Mali.

 

Il est très facile de comprendre votre état d’âme actuel,  sans être Psychologue ou géomancien, qui se résume à un équilibrisme permanent, une gymnastique d’esprit pour comprendre un homme IBK et son clan, une équipe dont certain membre ne t’apprécie même pas.

 

 

A mon humble avis il ne fallait pas cautionner cet attelage, ce partage flagrant du gâteau Mali, vous devez maintenant choisir entre ton yelema qui nous a fait rêver et le fait de coacher une équipe choisie par quelque d’autre.

 

Je vous exhorte à prendre à bras le corps et de façon urgente le problème de Kidal qui à mon sens est un double casse-tête d’une part un problème d’intérêt nourrit par la France  (pétrole) de géopolitique et d’autre part un problème de développement et de décentralisation car il faut reconnaitre,  qu’il n’a jamais eu une politique développement claire dans certaines régions du nord. Monsieur Mara je vous demande sans passion de défendre les intérêts du mali dans cette crise, de poser des actes de développement et d’apaisement dans ces régions ; car il ne s’agit pas de vouloir la paix mais de l’inscrire dans nos comportements de tous les jours.

 

Monsieur le premier ministre comme vous avez toujours fait, il faut  communiquer dans les médias vos faits et actions et spécialement sur la crise de kidal  car les bandits armées sont plus forts en communication.

 

Malgré tout votre nomination rallume une fois de plus la bougie de l’espoir, donc vos actions renforcerons cet espoir.
Bonne chance et bon courage

 

De la corruption et de l’impunité

Qu’il est facile de pointer du doigt et de rejeter la responsabilité de ces problèmes sur d’autres. Cependant, l’Occident n’est pas responsable de la destruction de  nos économies au cours des dix dernières années, de la corruption, de la dilapidation de nos ressources a des fins personnels, des enfants mendiants dans les rues et sur les routes, du chômage et de la famine qui poussent nos frères à l’exil.

 

Aucun pays ne peut créer des richesses si ses dirigeants exploitent l’économie pour s’enrichir personnellement, ou si des policiers peuvent être achetés par des trafiquants. Aucune entreprise ne veut investir dans un pays instable politiquement et économiquement, dans un pays corrompu.

 

Personne ne veut vivre dans une société où la règle de droit,  cède la place à la loi du plus fort et à la corruption. Ce n’est pas de la démocratie, c’est de la tyrannie.

 

Pour cela Monsieur le ministre,  je vous demande de  procéder à un changement de comportement radical dans la fonction publique, en augmentant les salaires tout en fixant des objectifs de  rentabilité, et de faire de l’évaluation des ressources humaines  une doctrine.

 

D’arrêter de diaboliser un homme, de faire le culte de la personnalité. C’est le peuple souverain qui choisit un homme, je dis bien un homme et non un demi dieu.

 

Un toilettage de fond et en profondeur dans la justice, un pays ne peut jamais se développer sans une justice forte indépendante et non corrompue. Déjà que l’on nous explique nos droits et devoirs dans nos langues, que les hommes de droit cesse de mystifier la justice, d’abuser des analphabètes et des illettrés en leur soutirant leur maigre argent.

 

Enfin ayons la foi en dieu, en jésus, en bouddha, au Kontron et Sané mais faisons du bien à son prochain.

 

Bani Madani Toure
Ingenieur GI
tourebani@gmail.com

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. pour une fois l’enfant je suis d’accord avec toi

    belle analyse et une belle plume.
    tes analyses valent mieux que celles de ces soit disant journalistes

Comments are closed.