Lettre ouverte aux acteurs nigériens (CENI, CC, CNDP, …) et aux acteurs internationaux (ONU, OIF, UE, UA, CEDEAO, …) : Évitons la prise en otage des élections, des institutions du Niger et de son économie

0

Au Niger, les résultats globaux provisoires, donnés par la CENI, de l’élection présidentielle 2016, deuxième tour, sont connus depuis le 22 mars 2016 : le gagnant, Mahamadou Issoufou a obtenu 92,49 % et Hama Amadou, 07,51%. Ce dernier et l’alliance COPA 2016 autour de lui, ont appelé à boycotter ce scrutin.

 

Le taux de participation donné par la CENI pour ce deuxième tour de la présidentielle 2016, au Niger, est de 59,79.
J’ai écrit deux lettres ouvertes adressées en ligne, aux Nigériens et aux acteurs nationaux Nigériens (CENI, CNDP, Gouvernement, Majorité, Opposition, COPA 2016, …) et internationaux (partenaires, ONU, UA, CEDEAO, OIF, OCI, CE, …) ,  pour proposer un dialogue et une communication entre TOUS les acteurs et pour établir un consensus entre eux, afin :

 

– dans la première, publiée,  sur internet, facebook et tamtaminfo, le 25/26 février 2016,  d’éviter les dérives de l’élection présidentielle 2016, au Niger, qui a démarré dans un climat apaisé de paix,

 

– dans la deuxième, publiée,  sur internet, facebook et tamtaminfo, le 13 MARS 2016,  d’éviter la prise en otage de l’élection présidentielle, deuxième tour, au Niger.

 

Ces deux lettres ont eu un écho favorable sur internet, facebook et tamtaminfo mais aussi sur les médias tels que la télévision Canal 3 et les journaux.

 

Sur Canal 3 Niger, à travers l’émission, canal café, pour laquelle j’ai été invité à deux reprises (le 18 et le 21  MARS 2016), les auditeurs et des internautes ont trouvé que ces propositions sont excellentes.

 

Je serai invité le 25 MARS 2016 à l’émission « Vue d’Afrique » de Canal Monde et Canal 3 pour parler de mes propositions et des positions des acteurs en présence.

 

DOMMAGE, QUE CERTAINS ACTEURS, SURTOUT DES ACTEURS INTERNATIONAUX,  N’AIENT PRIS CONSCIENCE OU N’AIENT AFFICHÉ LEUR INTENTION QUE TARDIVEMENT.

 

 

  1. Évitons la prise en otage des élections, des institutions du Niger et de son économie

 

Compte-tenu de la nouvelle donne (nouveau durcissement de la position de l’opposition et de la COPA 2016 en ne reconnaissant pas les résultats et institutions issus de tous les scrutins 2016 au Niger et leur proposition d’une transition pour refaire ces scrutins à travers des élections démocratiques, libres, crédibles, légitimes, transparentes et inclusives), et le BUZZ aidant, j’attire, une nouvelle fois, l’attention sur le fait que les institutions du Niger risquent d’être prises en otage ainsi que son économie.

 

 

L’effet du  BUZZ (communication amplifiée entre Nigériens autour de HAMA AMADOU suite à son résultat du deuxième tour en étant hospitalisé et sans avoir participé à la campagne et au scrutin  boycottés par l’opposition et par la COPA 2016) sera réduit par le fait que HAMA AMADOU ait été relaxé par la cour de cassation.

 

COMPTE-TENU DE LA NON RECONNAISSANCE DES RÉSULTATS DE LA PRÉSIDENTIELLE 2016, DEUXIEME TOUR, AU NIGER, ET DES INSTITUTIONS ISSUES DES PREMIER ET DEUXIEME TOUR DE L’ELECTION PRESIDENTIELLE ET DES LEGISLATIVES AU NIGER, PAR LA COALITION COPA ET L’OPPOSITION, les vérifications idoines, en présence de TOUS les acteurs, DONT LES REPRÉSENTANTS DES PARTIS POLITIQUES ET DES DEUX CANDIDATS AU DEUXIEME TOUR DE LA PRESIDENTIELLE 2016 ET DES OBSERVATEURS INTERNATIONAUX, doivent être faites, POUR ÉVITER D’ÉVENTUELLES NOUVELLES DÉRIVES AUX CONSÉQUENCES INESTIMABLES ET DES COMPLICATIONS FUTURES.

 

Ces vérifications des résultats du deuxième tour de la présidentielle 2016 au Niger, en présence de TOUS les acteurs,  sont indispensables pour ne pas faire passer le Niger d’une prise en otage de son élection présidentielle 2016, deuxième tour, à une prise en otage de ses institutions et de son économie.

 

Ainsi, ces vérifications mettront en lumière le taux de participation, au niveau national, à cette élection.

 

Ce taux est l’un des éléments sur lesquels la majorité et l’opposition/COPA 2016  ne s’entendent pas.

 

  1. Quelques critères pour valider l’élection  et pour s’entendre

 

Pour valider l’élection et pour s’entendre, quelques critères sont nécessaires tels que : climat apaisé ou pas, la non violation de la constitution et des lois électorales, l’aspect démocratique, Le taux de participation, Légitimité, Crédibilité, Légalité, la Transparence,  l’Inclusivité, …

 

Globalement, l’élection présidentielle, deuxième tour, au Niger, s’est déroulée dans un climat apaisé et serein.

 

S’il est élevé, le taux de participation aidera à accorder la légitimité et la crédibilité à l’élection présidentielle 2016, deuxième tour, au Niger.

 

La vérification de la légalité de tel ou tel bureau de vote dépendra de la composition de ce bureau de vote. Un bureau légal doit être composé au moins d’un président (ayant prêté serment) du bureau, d’un(e) secrétaire et, au moins, d’un assesseur (au plus de trois assesseurs).

 

Par la suite, après appréciation (les observateurs nationaux et internationaux et les acteurs pourront aider pour établir cette appréciation) du climat d’apaisement ou pas caractérisant l’élection, après vérification de la non violation de la constitution, de la non violation des lois électorales, de l’aspect démocratique, de la transparence et de l’inclusivité, les candidats et les Nigériens devront accepter le verdict des urnes.

 

CES VÉRIFICATIONS DOIVENT ETRE FAITES PAR LES ACTEURS, PAR LA CENI ET PAR LA COUR CONSTITUTIONNELLE.

 

Après ces vérifications, les acteurs doivent accepter celui qui gagne et reconnaitre sa victoire pour la quiétude générale.

 

Ainsi, tout compromis ou gouvernement d’union nationale ou gouvernement de large ouverture sera facilité.

 

En l’absence de critères, les compromis seront plus difficiles à établir.

 

Trouvons des critères pertinents pour établir les compromis nécessaires pour gouverner et pour gérer le Niger en s’aidant d’une gouvernance participative.

 

  1. Conclusion

 

EN METTANT LE NIGER EN AVANT, ÉVITONS LA PRISE EN OTAGE DES INSTITUTIONS DU NIGER ET DE SON ÉCONOMIE ET OPTONS POUR LE RASSEMBLEMENT DE TOUS LES NIGÉRIENS ET DES PARTENAIRES AUTOUR DU NIGER, POUR SA SÉCURISATION ET POUR SON DÉVELOPPEMENT DURABLE, SOLIDAIRE ET RÉSILIENT (CAPACITÉS D’ADAPTATION FACE AUX PROBLEMES ET AUX CRISES) EN SE BASANT SUR UN SOCLE UNIFICATEUR ET RÉCONCILIATEUR.

 

En partant des attentes et aspirations des Nigériens, j’ai défini un tel socle (bonne gouvernance, sécurité, unité nationale, réconciliation nationale) dans une lettre ouverte adressée, en ligne, aux quinze présidentiables du premier tour de l’élection présidentielle 2016 au Niger.

 

Elle a été publiée le 08 février 2016 sur Tamtaminfo, Nigerdiaspora, Facebook et internet.

 

Dieu étant au dessus de tout et sachons que c’est lui qui donnera la victoire à celui qui la mérite ou qui facilitera le compromis, les acteurs n’auront aucun mal à accepter cette victoire ou ce compromis.


QUE DIEU APPORTE LA QUIÉTUDE GÉNÉRALE AU NIGER ET FASSE CONVERGER LES NIGÉRIENS VERS UN COMPROMIS PERMETTANT DE GOUVERNER ET GÉRER EFFICACEMENT LE NIGER.

 

AMINE.

 

  1. 4. Contact

 

Dr ANASSER AG RHISSA

Expert TIC, Gouvernance et Sécurité

E-mail : Webanassane@yahoo.com

TEL 00227 97 89 41 55

 

PARTAGER