« Libérez les bérets rouges afin qu’ils participent à l’opération Serval »

59 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

À  monsieur le Président de la République par intérim

Monsieur le Président,

Tout d’abord permettez-moi  de vous rendre hommage et de vous dire  merci pour avoir eu le courage et la clairvoyance de faire appel au président Français M. François Hollande et à l’Onu pour aider notre armée à stopper l’avancée des djihadistes sur Bamako.

Monsieur le Président, au moment  où des terroristes et trafiquants de tous genres ont décidé de mettre un coup d’arrêt fatal à l’existence même de notre nation, dixit le président Hollande, l’histoire nous  impose à  nous démocrates maliens et  à vous,  chef suprême  des armées, qui avez la lourde charge de décider du sort de  notre pays, de prendre vos responsabilités en ces heures dramatiques de l’histoire du Mali.

Monsieur le président, au moment où des soldats étrangers viennent au prix du sacrifice ultime (puisse l’âme du Lieutenant  Damien Boiteux reposer en paix), combattre pour libérer notre pays, le moment n’est-il pas venu de poser enfin le problème de nos vaillants bérets rouges et de les relaxer purement et simplement afin qu’ils aillent combattre aux côtés des soldats français, sénégalais, nigérians, nigériens, burkinabés etc. bref aux côtés de leurs frères d’armes ?

Monsieur le  Président, est-il utile de rappeler que le régiment des commandos parachutistes, plus connu sous le nom de 33e RPC, constitue le corps d’élite  de l’armée malienne depuis sa création en 1961 et qu’il a été au cœur des défis auxquels les forces de défense et de sécurité ont constamment eu à faire face ?

Comme il en existe partout dans le monde, le 33e RPC, composé d’éléments aguerris, formés pour des missions difficiles et ultra sensibles à un rôle primordial et déterminant à jouer dans cette guerre qui nous a comme vous l’avez si bien dit  été imposée par l’ennemi.

Si nous nous référons aux différents modèles d’unités d’élite, on peut citer le GIGN (Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale), le GIPN (Groupe d’intervention de la police nationale), le Raid (Recherche assistance intervention dissuasion) en France et le Swat (Specials weapons attack tactics) aux USA.

Pour rappel, c’est après les événements tragiques des JO de Munich et le massacre de la délégation israélienne par un commando palestinien que les polices européennes décidèrent de lancer des décrets pour former des unités capables de lutter contre les différentes formes de terrorisme et pour gérer les situations de crise.

Tout comme ces unités spéciales, les bérets rouges disposent de compétence et de savoir-faire spécifiques et sont entraînés à intervenir dans  des situations d’extrême violence où à haut risques telles que les prises d’otages, les actes de terrorisme, les mutineries dans les prisons ou les interpellations d’individus dangereux ou de forcenés.

Ces soldats de l’extrême, en plus d’être polyvalents ont tous une spécialité (combat, tireur d’élite, négociateur…).
Ce  sont ces capacités qui leur permettent d’atteindre le niveau d’efficacité nécessaire à leurs missions.

« Sauvez des vies au mépris de la sienne » tel est la devise de ces soldats d’élite et chacun de ces « guerriers représente à lui seul un commando d’élite et il est important de rappeler que  le 33e RPC a participé à toutes les opérations de guerres depuis sa création, notamment les deux conflits frontaliers qui ont opposés notre ays au Burkina en 1974 et 1985 .

N’oublions pas non plus la rébellion de 1963, matée par un certain capitaine un vrai de vrai, Dibi Sillas Diarra et celle de 1990 par Siaka Koné, tous deux bérets rouges, ayant combattus au front sans jamais fuir.

Ce sont ces mêmes bérets  rouges qui ont livré un combat héroïque face aux terroristes de la pire espèce, Aqmi, MNLA et Ançar Eddine lors des derniers affrontements dans le Nord.

Les populations de Gao pourront témoigner que ce sont nos braves soldats d’élite dont la tête est mise à prix aujourd’hui par des soldats déserteurs qui ont libéré le pont de Wabaria pour permettre à la population et aux militaires loyalistes de quitter la ville avant l’arrivée des renforts des bandits armés.

Si le siège de Kidal a autant duré sans que la ville ne tombe c’est parce que les bérets rouges avaient abandonné la garde rapprochée du président ATT pour aller renforcer les soldats au front, toute chose qui a empêché  la ville de tomber, ce qui a d’ailleurs favorisé le putsch.

Il faut croire que dans leur sombre logique d’entretenir le culte de leur bienfaitrice la junte, l’ancien PM et certains membres de son gouvernement fantoche étaient d’une méfiance viscérale envers tout ce qui touche l’ancien régime à tel point qu’ils ont voulu effacer de la surface de la terre le Colonel Abdine Guindo et ses hommes.

Sinon pourquoi dissoudre un régiment de presque 1400 hommes rompus aux combats, habitués à vivre et à se battre dans des conditions d’extrême violence et chargés de la sécurisation, de la protection des institutions et ce au moment où les 2/3 du territoire national sont occupés pour les remplacer par des   » sacs à dos  «   comme on le dit si bien dans l’armée ?

D’ailleurs, cette  dissolution illégale, décision unilatérale prise par le chef de l’ex-junte au lendemain de la  soi-disant tentative de contre coup d’état ne doit-elle pas faire l’objet d’une procédure judiciaire ou au moins la saisine de l’Assemblée nationale ?

La détestation de ces BR est donc si forte  que certains sont prêts  à tout pour faire plaisir à leur maitre et faire disparaitre ainsi le corps d’élite de l’armée malienne ?

Il est temps pour les Maliens d’ouvrir leurs yeux et de comprendre que n’eut été l’intervention de la France, Bamako serait à l’heure actuelle envahie par des terroristes de la pire espèce.

Notre argent, celui du contribuable malien a servi à former cette unité et il est de notre devoir d’exiger leur libération sans condition.
Monsieur le président par intérim, l’heure est grave et il est temps de prendre enfin vos responsabilités.
Les bérets rouges doivent au plus vite être relaxés, purement et simplement!!!
Leur place n’est nullement en prison ou dans la nature, traqués comme des bêtes lors d’une chasse à coures!!!
Les Maliens et l’armée malienne ont besoin de ces supers hommes aguerris dont la place et le rôle ne sont plus à démontrer au sein de notre « armée ».

Il est grand temps de restaurer le 33e RPC  et qu’il retrouve sa place au sein de l’armée malienne afin que celle-ci puisse faire face à sa mission régalienne de défense de l’intégrité territoriale.

Plus que jamais, vous et les vraies autorités militaires devez, au nom de l’intérêt national, tout mettre en œuvre pour concrétiser la réconciliation de la grande muette.

La relaxe pure et simple et la restauration des corps des commandos- para au plus vite  est un impératif national pour la libération de nos régions, tombées aux mains des terroristes et narco- trafiquants à la suite de ce coup d’Etat débile qui a engagé le pronostic vital du Mali.

Monsieur le président, le monde entier à les yeux tournés envers vous, envers nous, envers le Mali et prenez vo responsabilités. Soyez un vrai chef, soyez le chef suprême des armées, car vous êtes reconnus seuls par nos partenaires et entrez dans l’histoire pour celui qui aura eu courage de réparer une injustice qui a contribué à la descente aux enfers de notre pays.

Monsieur le président, dissociez-vous de ces gens qui par peur de perdre leur siège ont fini  par perdre leur âme!
Nous avons ce devoir de mémoire envers  feu le  Lieutenant Boiteux qui de l’au-delà nous scrute et ne comprendrait pas notre silence et inaction face à la persécution  des bérets rouges.

Enfin tout en vous réitérant  encore une fois mes sincères  remerciements pour ces décisions hautement salutaires qui ont permis d’éviter le chaos à notre pays, permettez moi de vous saluez avec la déférence qui est de mise.

Bamako le 13 janvier 2013.

Irène Coulibaly
Citoyenne d’un pays occupé dans ses 2/3

 

SOURCE:  du   15 jan 2013.    

59 Réactions à « Libérez les bérets rouges afin qu’ils participent à l’opération Serval »

  1. Bala

    Je suis étonnez qu’ont nous présente les bérets rouge come les sauveur du Mali incroyable mais vrais

  2. Altermonde

    Liberez-les vraiment car ce sont eux qui sont efficaces dans les opérations en ville avec les djihadistes qui commencent à se mêler à la population.

    C’est le travil des commandos qui restent à faire à Konna et Diabaly pour nettoyer ces localités.

  3. C’est de la merde enfin il faut que Diouncounda prend ses responsabilités en libérant les bérets rouges qui coûtent cher à l’Etat en gardant en prison : ils faut les garder encore eux et leur peuvent apporter du plus à l’armée malienne au lieu d’immobiliser toutes ses forces. Vive l’armée française et vive l’armée malienn qui est au front. A bas les lâches qui se cachent à Bamako et dans les autres villes.

  4. veridique

    Tous les pays alliés ont envoyé leur commando pour liberer notre pays. Francais, togolais, burkinabes, senegalais, nigerians, nigeriens etc, tous , sauf le Mali… Pendant que les commandos des autres pays se battent sur notre sil pour nous liberer; non content de rester fanafonner à kati, le cpt de la Gueule sanogo, après avoir massacré, humilié et torturé nos commandos , nos braves berets rouges, refuse de les liberer pour qu’ils aillent au front combattre l’ennemi avec leurs freres afriçains et leurs amis Français. Pourquoi cela? parce qu’il a peur et parce qu’il ne pense qu’à lui meme. Mais très sérieusement, croit-il qu’il a une seule chance de s’en sortir?seuls des idiots comme lui et sa racaille peuvent le penser.Nous autres savons que le vin est tiré pour lui et sa racaille. Il a au moins l’occasion maintenant de mettre le Mali au dessus de ses interets égoistes en liberant sans delai nos berets rouges pendant qu’il est encore temps.Saura-t-il le saisir?

  5. Koumba Sacko

    Nous disons tout le monde sait avec 1brin d’honnêtetė que les bérets rouge ont trahi leurs frères d’armes en les attaquant et cela est anticonfraternel car l’armée est 1corps

    Nous disons ils se sont laissés manipuler par des politiciens véreux et étaient aveuglés par la défense de leurs privilèges que les autres corps n’avaient pas

    Nous disons avec l’état d’urgence tout citoyen lambda valide a le droit d’aller se faire recruter en tant que reserviste prêt à partir au front en cas de besoin

    Nous disons après la victoire sur les ennemis il faudra reconstituer 1nouvelle armêe malienne composée uniquement de personnes qui y viennent uniquement par vocation et tous les corps doivent avoir les mêmes privilèges

    • Leuk

      Tu es un vrai idiot toi, tu es au US et tu ne comprend rien? dommage pour le Mali

    • veridique

      c’est les berets verts qui ont dabord attaqué les berets rouges. Les berets verts pnt été les premiers à tirer sur les berets rouges…lorsque drogués et soulés, ils tiraient sur koulouba

    • Jit

      Koumba , il me semble que une pres pauvre lecture de la situation des BR. C’ impossible a mon Avis de jouir de toutes ses facultes mention et de supporter ces vau riens de kati. Les BR n’ont Jamais attaque une institution contrairement aux declaration hazardeuse de l’i diot CMD.

    • Kayes

      DONC RENVERSER UN PRESIDENT DEMOCRATIQUEMENT ELU EN TUANT LES FRERES D’ARME QUI GARDENT LE PALAIS N’EST PAS UNE TRAHISON. C’est cela le problème de la plupart des maliens prendre partie de façon aveugle. Apprenons à être honnête ce serait un bon début pour la sortie de crise.

    • Toi tu es le pire idiot de ta famille et tu es malhonnêtes. Aujourd’hui tous les maliens cherchent la réconciliation et les bérets verts qui ont destitué un président démocratiquement élu qui ont violé la constitution et qui ont mis l’économie à terre. La vérité va triomphé un jour toi tu es un amaldeme de pure race

  6. dinosaure

    L’AEROPORT DE SEVARE DOIT ETRE BAPTISE AEROPORT DAMIEN BOITEUX.

  7. koudis

    C’est la spécialité malienne ça… on profite de chaque occasion pour se montrer et pas de la belle manière… En ce moment même il y a un important nombre de bérets rouges qui se battent à Sevaré et à Diabali… Si on veut aider son pays on ne crie pas… Tout malien en bonne santé est un soldat pour le pays, bérets rouges, jaunes, grises,etc… on a pas besoin de passer dans la presse pour monter au front……. « « « « « Le patriotisme mal compris, au lieu d’être une vertu, devient un défaut ridicule » » » » » 8-O 8-O 8-O

  8. Simbo BERTHE

    Je salue Irène COULIBALY pour son courage. Je partage son désir de rehabilitation des BR. Seulement, je ne pense pas que la couleur du beret changera la donne face aux assaillants. Je pense plutot qu’il faut creer une nouvelle armée appellee  » Force de Defense Nationale (FDN) » ou autre… Constituée de nouvelles recrues selectionnées sur des critères stictement militaires, et devouées totalement au respect des institutions democratiques et aux valeurs républicaines.
    Le mal du Mali c’est surtout ces officiers qui un moment donné se prennent pour des politiciens, alors retournent les armes de la nation contre la nation elle-même.

    • Altermonde

      @Simbo BERTHE

      Ce n’est pas affaire de couleur du beret, mais plutôt affaire d’opérations commando pour déloger les ennemis des concessions avec le minimum de victimes civiles. Ca c’est leur travail.

      Liberez-les vraiment car ce sont eux qui sont efficaces dans les opérations en ville avec les djihadistes qui commencent à se mêler à la population.

      C’est le travil des commandos qui restent à faire à Konna et Diabaly pour nettoyer ces localités.